Planitia

De Apocalypsis
Aller à : navigation, rechercher
Planitia elle-même, la mystérieuse passionaria. Les Planitiens ne sont pas encore complètement au fait de son existence, rien n'ayant pour le moment germé du cerveau malade du fondateur. Affaire à suivre...


Ami commandant, bienvenue sur le lien wiki de la coalition Planitia! Il est né de la demande sans cesse croissante d'informations sur notre magnifique groupement. Pour la première fois dans l'histoire de la galaxie, Planitia ouvre donc ses archives au grand public! Tu trouveras principalement ici des informations historiques, concernant aussi bien les commandants de Planitia que la galaxie Origine dans son ensemble, régulièrement complétées et mises à jour. N'hésite donc pas à venir et revenir et re-re-revenir, car on ne sait jamais: peut-être notre orthographe défaillante ou notre syntaxe de kevin sera-t-elle corrigée par quelque généreux bienfaiteur! Ou pas.


Ah! Et un petit conseil: cet article est bien plus joli en 1024 x 768...



Planitia13.jpg



Leaders : Oui il y en a!

Idéaux : Bof si c'est bien payé peut être

Signes particuliers : Les Planitiens n'obéissent pas à une hiérarchie clairement définie ni à un système de prise de décision gravé dans la pierre, la parole des anciens a un poids moral qui fait basculer la décision si nécessaire, concertation obligatoire! Les membres savent pouvoir compter sur la coalition tant qu'ils agissent dans le respect de ses décisions

Recrutement : ça dépend de l'humeur du moment et de la formulation de la proposition!


Bienvenue à Planitia, recrue! Aguichant, non? Prête pas attention à l'état des locaux, c'est la faute à l'héritage sénatorial...


On a dit qu'on ouvrait les archives, très bien: on va les ouvrir. Faites gaffe, parfois ça tache!









Good morning 283, ou l'épopée fondatrice.

Macastril, Sayan69, Tito et Ridenow, les quatre principaux membres de la coalition.



Ah on fait moins le mariole, hein? T'as cliqué sur ce lien et tu vas te fader quatre-vingt pages d'historique chiant tapées par un kevin boutonneux à l'orthographe embryonnaire, mmmh? Non, rassure-toi, ce sera pas long.


Le fait est qu'il n'y a pas grand-chose à dire sur les débuts de cette coalition. Fondée à la base par un ex-membre de l'UG, financée durant toute son existence par l'argent sale de trafics douteux, elle ne possède ni hiérarchie précise, ni constitution, ni objectif transcendant.


Là, je te vois venir. Tu te dis: "'Tain, Planitia, c'est complètement la zone". Et tu as bien tort, vil malandrin! Car cette coalition, après des débuts forts discrets, c'est illustrée, après la chute du Sénat, par une des premières arnaques coloniales rendues publiques! Magouille consistant à profiter du premier litige venu pour prendre des systèmes de boulets (qui sont pratiquement toujours en guerre les uns contre les autres), à les garder et à défendre ses positions non-seulement dans les faits mais aussi à l'Assemblée. Le tout en se cachant, bien évidemment, derrière une façade de fond d'aide aux nouveaux commandants...


"Pas glorieux", me diras-tu. "Bah non", te répondrai-je.





1- Tout commence par une campagne (presque) réussie...


Vue d'artiste de l'invasion du natal d'un boulet, lors de la guerre du 283. On y voit Macastril, le fondateur de la coa, mener ses troupes à la bataille. Plus des trois quarts n'en reviendront pas. Hé ouais, faut dire que le boss n'est pas vraiment un tacticien des plus talentueux...


La guerre du 283, donc... C'est le véritable évènement fondateur de la coalition. Avant cela, on se contentait d'aider financièrement les nouveaux arrivants à s'imposer dans leur système natal. Pas de quoi vermifuger un abris-bus, donc. On avait fondé la coa à deux, puis deux autres étaient arrivés, et c'est ce fond-là qui avait perduré, la coa ne dépassant jamais huit ou neuf membres. Les quatre principaux piliers de Planitia sont toujours Macastril, Sayan69, Ridenow et Tito. L'avantage d'une petite coa sans histoire, c'est que ses membres s'enrichissent traquillement, sans dépense inconsidérée, relativement à l'abris des luttes déchirant les hautes sphères du pouvoir galactique.


Un bunker SPAT. Le 283 fut l'un des systèmes les plus bunkerisés de la galaxie. Je sais, c'est laid.
Et on avait accumulé une jolie somme. Il fallait bien trouver quoi en faire! Donc, quand un boulet a tenté d'arnaquer le fondateur sur une vente de planète, on a tout-de-suite vu l'occasion. La planète se trouvait dans le 283, un système empli de petits conquérants à peine sortis de leur natal, se faisant la guerre entre eux. Le vendeur de la planète, en la personne du commandant le Ranger, avait donc tenté de mêler la coa à un conflit local en cédant au fondateur un monde convoité par plusieurs nains, notamment Luke Skywalker18.


Bref, il ne fut pas difficile pour Planitia de faire passer la colonisation du système pour une opération de police devant l'Assemblée Galactique. Le fondateur fit venir ses trois principaux coalisés. A quatre, ils prirent la totalité du système et le protégèrent contre ses propres habitants(le Ranger, Luke Skywalker18 et Damarod), puis contre une première vague d'envahisseurs extérieurs (Damarod, Zephyr et Litos Zamura), et enfin contre une seconde vague venue venger la première (Makki Catta).


Au final, les vingt planètes revinrent au fondateur. La surprise du départ, notre organisation et la richesse des commandants permirent de sortir victorieux d'une guerre d'usure qui dura plusieurs semaines. On construisait des bunkers dernière génération sur la plupart des planètes, et on profitait des tout nouveaux croiseurs lourds ioniques pour bloquer l'accès au système. Notons au passage que l'apparition des ioniques donna lieu à de très nombreux accrochages et erreurs de jugement, qui coûtèrent presque autant aux Planitiens que les dommages infligés par l'ennemi tout au long du conflit...


Les premiers vaisseaux lourds utilisés par Planitia le furent dans le 283. L'inexpérience des commandants fit cependant qu'ils ne permirent pas de verrouiller aussi efficacement le système qu'ils étaient censés le faire. Et puis ça non plus, c'est pas très esthétique...
La guerre avait duré un mois, mais ses répercussions se font toujours sentir. Elle aura fait naître des rancoeurs inexpuniables, plongeant les commandants dans des luttes à mort dont Planitia sortit, jusqu'à présent, toujours vainqueur. Le Ranger, Luke Skywalker18 et Zephyr disparurent des suites directes de la guerre. Rappelons que Planitia n'est pour rien dans la mort de ces pauvres boul... commandants mal-comprenants, tout étant évidemment de la faute de Damarod, qui tenta à maintes reprises de reprendre ses positions dans le 283, et ce sans aucun succès. Comprenez que, dans ces conditions, on est bien OBLIGE de faire le ménage comme des bourrins, ma bonne dame. Nous déplorons ces pertes collatérales et nous nous associons aux familles pour les pleurer, etc etc.


Dans l'ensemble, le conflit avait tout-de-même été particulièrement mal géré, de par l'inexpérience des belligérants, d'un côté comme de l'autre. En conséquence, ce conflit local s'avéra plus coûteux en ressources et en vies humaines qu'il n'aurait dû l'être...





2- Coups d'boule et conséquences.


Une des dernières grosses batailles spatiales, ici au-dessus d'un monde du commandant Litos zamura, juste avant la généralisation des ioniques en Origine. Merde, la baston conventionnelle, ça avait quand-même plus de classe!


Les commandants Litos et Damarod restaient en lice et comptaient bien reprendre leur part du magot. Nous fûment donc contraints et forcés de BHA leurs systèmes nataux, et c'est la mort dans l'âme que nous annexâmes la majorité de leurs empires. Mais il apparut rapidement que ces deux larons allaient donner plus de fil à retordre que prévu.


Les premières secondes de l'explosion d'une BHA. On a pas d'images des secondes suivantes...
Damarod, de notoriété publique, était une petite frappe agressive souffrant de graves troubles relationnels. Il tenta trois ou quatre campagnes d'affilée dans le 283 sans succès, foirant lamentablement ses invasions au premier bunker venu. On put donc aller tranquillement s'occuper de lui jusque dans son propre système natal, qu'on mit du temps à trouver. Mais Damarod avait l'avantage d'être mobile, et prenait des systèmes pairs au même rythme qu'il perdait ses impairs. Il résista comme ça un bon mois, choisissant la fuite stratégique, jusqu'à ce qu'une majorité de commandants vienne se plaindre de son comportement (Planitia n'étant évidemment pour rien dans cette chute de popularité du commandant Damarod).


On appliqua sensiblement la même méthode au commandant Litos, mais ce dernier eut l'idée d'appeler à l'aide quand il vit les troupes planitiennes aux portes de son système natal. Il fut entendu par Makki Catta, qui envahit le PC1 du 283 et força Macastril à négocier. On négocia une trève, Planitia s'engageant à cesser l'épuration du boulet, tandis que Litos promettait de ne plus tenter d'invasion du 283. Mais Litos ne tint pas sa parole et attaqua les flottes planitiennes. On l'éradiqua donc en conséquence, ce qui ne plut pas à Makki Catta, qui décidément se complaisait dans un rôle d'arbitre qu'il n'avait pas nécessairement les moyens d'assumer. Il lança donc des attaques sur le 283, ignorant volontairement les justifications de Planitia.









La montée en puissance et les Red Tantra.

Allégorie représentant la chute du Sénat vieillissant, dévoré par l'hydre arcienne. C'est joli, hein?





1- Le prix de la guerre, le butin de la conquête.


Alors que se terminait la guerre du 283, le contexte géopolitique d'Origine se dérégla brusquement, touchant indirectement Planitia. Rappelons-en un bref instant le contexte.
Damarod lui-même.


La seconde Apocalypse avait laissé une communauté de commandants exangue, cherchant plus ou moins vainement à recréer une entité étatique centrale. Le Sénat en fut la première expression, mais périclita et succomba à un coup d'Etat. Ce putch était perpétré par Angelus L Oméga, un des cinq Sénateurs, qui instaura l'Empire Arcien en compagnie de Perlelune. Il se lia ensuite à la coalition des Red Tantra pour former l'Empire des Sens.


Ce tour d'horizon très synthétique rend compte de l'instabilité notoire qui régnait, et règne toujours en Origine. C'est dans ces conditions que des guerres comme celles du 283 sont possibles et peuvent se généraliser rapidement. Planitia profita donc largement du vide politique laissé par l'Apocalypse, même si elle ne prit jamais à ce jour une puissance réellement décisive. Le jeu des alliances, qui était extrêmement fluide et changeant, rendait très relative la notion de trahison. Des intérêts se rejoignaient, puis divergeaient l'instant suivant. On se faisait la guerre. Les boulets morflaient. Planitia s'y retrouvait.


Deux Planitiens, en particulier, profitèrent de cette période de troubles: Tito, devenu Llocas, et Sayan69. Ils acquirent une puissance et une expérience respectables qui les placèrent en peu de temps et durablement dans le top 20. De plus, Llocas amenait avec lui un lien avec la Famiglia Ex Morte, tandis que Sayan69 nouait des relations fructueuses avec certains membres des Red Tantra. Ils garantirent donc tacitement la neutralité et l'intouchabilité relative de Planitia, non pas par sa puissance mais par le jeu des alliances. Ridenow, de son côté, croissait moins rapidement. Macastril se pétait complètement la gueule, victime de sa propre conception bien personnelle du métier de commerçant.


Ce fut donc principalement Sayan69 qui régla les comptes de l'après-283.





2- La mise en sommeil.


L'Archange Nathaniel, l'homme par qui vint la première mise en sommeil de Planitia.
Mais cette neutralité ne dura pas bien longtemps. Macastril, rongé par sa décrépitude et l'apât du gain, conclut un pact avec la puissance du moment, les Red Tantra. Il dissout la coalition planitienne et draîna ses meilleurs éléments vers Dead Pression, la coalition de L'Archange Nathaniel. Mais l'esprit de Planitia continua de perdurer, et les troubles politiques étaient loin d'être réglés...


Arigliano Arguello, premier des trois Parains de la Famiglia ex Morte.
L'Empire des Sens, régime politique instauré par les Red Tantra dès leur arrivée au pouvoir, se fondait sur une philosophie de la jouissance totale et absolue. Pas un épicurisme traditionnel, mais bien un édonisme décomplexé, élevé au rang de valeur utopique.


Contrairement au système sénatorial qui les avait précédés, les Red T prophessaient un universalisme sans concession, assumant la vocation d'éduquer la communauté des commandants par la recherche du plaisir à tout prix, recherche qu'on leur ferait entreprendre par la force si nécessaire. Les commandants Al-Kashi et Mata Hari formèrent le couple impérial à la tête de l'Etat.


Cet Empire, comme de coutume, s'attira de nombreux ennemis, dont la Famiglia Ex Morte qui décida d'elle-même de quitter Origine après avoir infligé de lourdes pertes à l'Empire. Un mouvement de résistance plutôt désuni, mené entre autres par Mac Polar III, entama une guérilla sanglante qui plongea de nouveau la Galaxie dans une période de violence. De nombreux commandants, sans nécessairement prendre parti pour l'un ou l'autre camp, subirent d'importants dommages collatéraux, leurs territoires ravagés par les passages des armées de tous bords. Macastril, qui descendait de plus en plus dans le groupe des puissances moyennes, n'échappa pas à la guerre qui fit rage dans nombre de ses systèmes.


Janus-Jana, réincarnation androgyne d'Al-Kashi et de Mata Hari selon certaines rumeurs.
Symbole du gouvernemement de l'Empire des Sens
Par son entrée à la Dead Pression, Macastril comptait se refaire une santé économique. Il fit donc un maximum de lobbying pour trouver des mondes à se faire céder. La Red Tantra était idéale pour ce genre d'activité, vu qu'elle n'était quasiment formée que de commandants plus puissants les uns que les autres. Ce groupement exigeait beaucoup de ses vassaux, mais donnait beaucoup en échange. De fil en aiguille, Macastril, Ridenow et Sayan69 furent admis au saint des saints: la coalition de l'Empire des Sens, dirigée par l'emperoratrice androgyne Janus-Jana.


Alors, évidemment, quand on dispose de l'appui technique et diplomatique d'une coa de cette taille, les avantages sont nombreux. Macastril bénéficia ainsi de nombreuses facilités commerciales, acquit des planètes et des marchés, renforçant son dispositif de trafic de kamis. Il fit également venir Eowei, achevant de fondre Planitia dans l'Empire des Sens. Il cessa de se préoccuper de Damarod et, quand Makki Catta supplia Sayan69 d'accepter de négocier, il était trop tard. C'était une période de prospérité qui s'ouvrait aux anciens Planitiens, prospérité qui durerait tant que la position centrale de l'Empire des Sens serait assurée. Ils avaient donc ici un réel intérêt à colaborer avec le pouvoir en place.





3- La collaboration.


La dernière génération de kamikazes à collerette rouge développée par les Red Tantra. En plus d'être flambant neuf, celui-ci est tuné. On dirait pas, là, mais en fait c'est tout petit...


Entrer chez les Red T peut avoir quelque chose de déroutant pour les non-avertis. Tout ce rouge est... comment dire? Ben déroutant, tiens. Mais bon, on s'y fait, et l'ambiance est plutôt sympathique, loin des groupuscules militaristes qui peuplent la galaxie et se croient obligés de créer un cadre ultra-rigide pour s'affirmer. Macastril ne fut donc pas si dérouté. A l'instar de Planitia, l'Empire des Sens offrait essentiellement une plate-forme d'échange et d'entraide, des cibles communes et finalement très peu de discipline. Il n'y avait qu'à jeter un oeil sur les quelques topics pour s'apercevoir du peu d'organisation ambiante... même s'il y en avait suffisamment pour coordonner les attaques et répartir le matériel disponible.


Morceau choisi de la propagande résistante, de moins en moins active mais réservant quand-même quelques morceaux intéressants. Ici, allégorie représentant la bataille homérique entre une résistance fantasmée et la peste Red T.


Et l'époque ne manquait pas de conflits à mener. En effet, l'initiative résistante des parains de la Famiglia Ex Morte avait laissé un empire ébranlé mais encore solide. Il ne manquait plus qu'un mouvement structuré pour continuer la lutte, mais ce mouvement ne vit jamais le jour. Les commandants se reconnaissant dans l'action famiglienne semblaient manquer de la volonté politique nécessaire à l'établissement d'une véritable action militaire. Tout juste si, à l'exemple de Mablane, ils mirent en place un rp cohérent.


Mablane, démocrate auto-proclamé.
Thot, ancien sénateur de renom, se suicide peu de temps après avoir engagé sa coalition, la Lune Blanche, aux côtés de la résistance.
Les résistants affichés échouèrent donc à poursuivre le combat des Famigliens, qui de leur côté n'avaient d'ailleurs rien laissé. L'Empire des Sens regagna donc du terrain et reprit les recrutements, suivant la dynamique, s'adaptant au contexte, ce que leurs opposants ne surent pas faire. Il fallait récupérer les groupements restés neutres jusque-là, et la bande d'arrivistes qui formait Planitia ne demandait pas mieux que de participer, même de loin, à l'exercice du pouvoir.


Makki Catta ne tint pas longtemps. En moins d'une journée, Eiganjo, mercenaire Red T, avait repris et rendu à Macastril les planètes du 283, tandis que Sayan69 tenait toujours le natal de Catta. L'homme continua jusqu'au bout de jouer les redresseurs de torts, puis les victimes. Il perdit planète sur planète, son empire se réduisit comme peau de chagrin, puis on ne l'entendit plus du tout...









La reprise sous l'Empire des Sens.

1- Meline et Arès, le temps des troubles.


Meline et son nouvel avatar. Personnellement, je préférais l'ancien...
Arès, le plus gros fed de la galaxie devant l'éternel, aura passé l'arme à gauche comme il vécut: en guerrier.
Laura Lee, ancienne planitienne, guildienne de son état, tenta de brouiller les pistes en jetant Macastril en pâture aux contre-espions Red T.
L'une des plus puissantes guildiennes de la résistance était aussi une superbe femme, doublée d'une grande mégalomaniaque. C'est ainsi qu'elle décida de déclencher ce que, dans le jargon des commandants, on appelait une Petite Apocalypse. Le principe est simple: on dispose des CLHA ou des CLI dans un maximum de systèmes, et on libère le feu du ciel. Meline disposa donc plusieurs milliers de ioniques dans des systèmes-clés, choisissant de préférence des cibles Red T.


Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'elle sema une belle panique dans les rangs de l'Empire des Sens. Et c'est alors que ce dernier se remettait à peine des assauts de Meline que l'unité de la coalition Red T manqua se briser. Une rumeur, apparemment répandue par Meline elle-même, voulait que des espions infiltraient le groupe. Une chasse aux sorcières s'engagea. Laura Lee, ancienne planitienne venue à l'Empire, dénonça Macastril. L'atmosphère se tendit sensiblement, et Macastril échappa de justesse à une condamnation, soutenu nottamment par Sayan69.


Karctak LE Tavernier, un des premiers à avoir récupéré les carcasses d'Arès, dont le natal de Macastril...
Les véritables traitres se manifestèrent avec brio, quand Arès passa à l'action. Il annonça officiellement sa trahison envers l'Empire avant de passer à l'attaque, prenant des myriades de planètes à ses anciens alliés avant de se suicider. Il n'avait pas agit en résistant, mais en guerrier désirant finir en ayant combattu les plus puissants commandants. Le problème, c'est qu'un Red T n'est pas forcément synonime de puissance, même si c'est souvent le cas. Cette volonté mit donc Macastril dans une merde noire, qui perdit une trentaine de planètes et peina à les récupérer.
Eyes of Fire, il va pas tarder à se faire ioniser celui-là.


Karctak le Tavernier récupéra, on ne sait trop par quel arrangement frauduleux, les conquètes d'Arès sur Macastril. Ce dernier dut donc récupérer son système natal à la force du CLA... Et lâcher quelques-uns de ses camarades de coalition sur l'importun.


Parrallèlement, les problèmes consécutifs à la chute de Meline prenaient de l'ampleur. La commandante hanta les interfaces neurales de nombreux commandant, souillant leurs interventions à l'Assemblée. Dieu foudroya nombre de commandants suspectés d'héberger cette peste, pratiquant une politique sanitaire lourde de conséquences. Origine mit du temps à s'en remettre.


Dans le même temps, les cadres de l'Empire terminaient les derniers résistants partisans de la défunte Meline. Une nouvelle période de stabilité relative s'ouvrit alors, permettant la mise en place de projets institutionnels.




Tu la sens, ma grosse armure virile, hein? Ca a de la geule, les troupes d'élite... Et il fallait au moins ça à Macastril pour reprendre son natal.





2- L'Académie Tantrique, le Conseil Tantrique et autres prémices de stabilisation.


Bien des historiens galactiques ont tenté d'appréhender la manière dont les commandants utilisaient le biais de l'Assemblée Galactique. Il fallait une système qui permette à tous de participer, quel qu'ait pu être l'emplacement du commandant et ses possibilités de déplacement. En ce sens, l'interace neurale joua un rôle fort démocratisant.


Premier modèle d'interface neurale. Un peu barbare: on est obligé de se mettre une chaine pour ne pas se l'arracher lors de la mise en liaison, à cause de la douleur. Les interfaces récentes sont équipées d'antalgiques...
L'Empire des Sens avait pleinement conscience de la nécessité d'initier les commandants, non seulement à leur dogme, mais également aux règles communes de la galaxie. C'est ainsi que l'androgyne suprême forma l'académie, destinée à former les jeunes commandants. C'est en cela que les Red Tantra se montrèrent démocrates, bien plus que leurs prédécesseurs qui s'appuyaient essentiellement sur l'aristocratie galactique.


Les atours Red T de Macastril lors de la proposition du projet du Conseil Tantrique à l'Assemblée.
Macastril, de son côté, montait en grade dans l'Empire. Il avait participé au supplice publique réservé à Meline, honneur suprême accordé par les cadres comme signe qu'ils l'acceptaient en leur sein. C'est également à lui que revint l'honneur de présenter à l'Assemblée le projet de Conseil Tantrique, instance alors très floue censée regrouper des sommités élues pour gérer les fonds d'aide aux démunis.


Macastril fut même intégré au Conseil Galactique, l'école tantrique où il officia en tant que professeur en méthodologie de la propagande. Il suscita ainsi la création de nombreuses oeuvres dans la communauté des commandants, sur le wiki en particulier. Il finit par devenir co-dirigeant de l'école en compagnie d'Eiganjo (cette petite frappe), et épura l'établissement de ses éléments perturbateurs, menant une politique élitiste.


Le Planitien reprit confiance en sa force et en son jugement. Et, déjà, une cible de choix se présentait comme exutoire à son agressivité naturelle...





3- Karctak LE Tavernier et Macastril, l'allianiste et le guildien.


Yulée, la première fed à s'engager avec Macastril dans le 662.
La guerre contre Karctak fut sans doute la plus coûteuse que mena Macastril, la plus conne aussi.


Tout commença quand Karctak reçut en héritage d'Arès la totalité du système natal de Macastril, et refusa de le lui rendre sans rétribution. Il accepta cependant de ne pas se défendre, et Macastril put reprendre ses planètes à la force du CLA. Il en garda une certaine rancoeur, qui se calma tout d'abord...


Ridenow, le plus puissant des deux fédérés, termina la conquête pour le compte de Mac.
... Et se raviva quand Galactor, camarade de l'Empire, lui signala un système entièrement possédé par Karctak, le 662. Macastril ne résista pas... Il envoya de belles BHA sur le système en question et engagea deux fédérés, Yulée et Ridenow. La suite fut un agréable jeu de dupes: Karctak LE Tavernier reçut les BHA et demanda des comptes. Macastril lui répondit que c'était une regrettable erreur... ce qu'il crut, le brave homme, jusqu'à ce qu'il se reçoivet les premières invasions! Notons ici que Karctak et Macastril continuèrent de correspondre, et en termes généralement fort courtois, même au plus fort du conflit.


Le bourreau de Karctak LE Tavernier. Il aime les oiseaux, les fleurs, la peinture et le macramé.
Je vous préviens, la suite est affligeante... Macastril savait mentir et jouer avec ses adversaires, mais pas mener une stratégie; Karctak savait se défendre avec un certain talent et le démontra plusieurs semaines durant, mais était d'une naïveté touchante. Les adversaires parfaits! Macastril ne dut ses premières victoires qu'à la surprise. Les suivantes furent le fait du talent de ses fédérés.


Hel, la fédérée réputée multimilliardaire. Cette guerre fut un jeu sans importance pour elle, bien plus qu'un réel engagement.
Son sens de la diplomatie permit au Planitien de négocier quand Karctak se trouva des alliés. Il se servit de son statut d'Impérial pour menacer à tours de bras... Sans grand succès, cependant. Tooki et Hel furent les deux alliés feds de Karctak, et ne le lâchèrent pas. Tout au plus, Macastril parvint-il à circonscrire le conflit au 662, évitant qu'il ne s'étende. Il avait l'habitude de combattre avec des boulets, s'en prendre à de vrais commandants fut plus compliqué, et bien plus enrichissant.


Au final, le Planitien ne dut sa victoire qu'à l'exécution de Karctak en place publique, pour opposition à l'Empire. Ses troupes se désorganisèrent, le 662 fut à prendre. Ses alliés se désistèrent également et ne furent pas poursuivis. Bilan: encore des milliards de leems engloutis dans une guerre pour finalement gagner... Un système.


Attention, minute innocence: le commandant Macastril décline toute responsabilité en ce qui concerne l'entrée en guerre de Sayan69 et de Chiana contre Karctak LE Tavernier. Ces faits ne sont que pures coïncidences, motivées par les aléas hasardeux de la trame géopolitique complexe et changeante... Pour toute réclamation, s'adresser à l'intéressé, à savoir Karctak lui-même.


Oui, je sais. Il est mort.









La Seconde Planitia.

La renaissance de Planitia s'annonça sous le signe du pognon... et pas qu'un peu!


Planitia's back, ça va chier sec...





1- La mort de l'Empire des Sens, la renaissance de Planitia.


Le nouveau visage de Macastril à l'occasion de la renaissance officielle de sa coalition.
Arriva le jour où l'Empire ne trouva plus d'ennemis sérieux sur sa route. Thanatos, Chiana, Angelus L Oméga, Janus-Jana... Les pontes de l'Empire décidèrent de frapper un grand et dernier coup avec l'opération Red Galaxy, qui consistait à exterminer tous les commandants qui n'avaient pas fait allégence à travers Origine. Un baroud d'honneur... avant le suicide collectif. En effet, l'opération, qui fut un franc succès (en tout cas au niveau du fun), fut suivie du départ massif des Red T au Nirvana, avec pour corollaire la dissolution de l'Empire. L'exhaltation atteint son sommet lors de l'ultime séance de tantrisme à l'Assemblée, In Voluptate Veritas, la dernière et plus fantastique orgie des Trois Galaxies, à laquelle participa Macastril.


Sans se gêner, ledit Macastril se tira en douce avant le suicide collectif... non sans avoir auparavant abondamment pillé les caisses de l'Empire, ce qui le propulsa instantanément à la première place du classement des commandants d'Origine. Et de très loin. L'héritage des Reds lui octroya instantanément une richesse globale qui ne serait plus atteinte avant fort longtemps (70 points, qui dit mieux), même si la chute qui suivit fut rude et sans pitié. Macastril en profita pour recréer Planitia, sa coalition mise en sommeil, lui donnant le nom de Seconde Planitia.


Les premiers jours de recrutement furent épuisants. Dès la première semaine, plus de 15 commandants vinrent à la Seconde, à commencer par les anciens Planitiens: Ridenow, Yulée, Eowei... De nouveaux personnages firent également leur entrée, tels Wensicia Corrino, Rudrig de Sul'Shara, Judayan, TC the Unbeliever, le S.H.I.E.L.D, Kordek, IWOK... Des anciens Reds, bien sûr, avec Galactor et une partie de sa clique, et quelques vieilles gloires d'Origine tels Koronag av Vikern et sa famille.


Le bon Mac, de son côté, s'était considérablement assagi depuis sa période Red T. Il avait eu un fils de Yulée, du nom de Vaiatu. Il lui consacrait une large part de son temps, faisait petit à petit son éducation, entre deux bars et une salle de conférence planitienne. Une accalmie dans sa vie mouvementée? Non, car chassez le naturel, il revient au galop. C'était bientôt Noël...





2- Jingle ionics, Noël sur vos tronches et la notoriété méritée de grands humanistes devant l'éternel.


Dans son immense générosité, le bon tonton Mac décida de verser le sang en guise de cadeaux de Noël. Afin d'éliminer l'immonde conjuration areso-mablanienne, Judayan, second commandant de Planitia et héritier de Sayan, organisa l'exécution des coalitions Panunivers, Los Conquistadores, Belzebank et quelques autres de moindre importance... En tout, une soixantaine de commandants furent pris dans la tourmente. Du travail de pro.


Judayan, bras droit de Macastril pour la Seconde Planitia. A l'aide de Wensicia Corrino, il organisa une épuration anti-démocrate de grande envergure.


En un week-end, l'opération fut torchée, et les premières réactions ne se firent pas attendre. Ca gueulait de partout, et surtout du côté de Panunivers, le Conseil Galactique d'Uriel peinant à gérer les débats qui dégénéraient régulièrement en pugilats verbaux. On hurlait à l'agression gratuite, à la calomnie, à la trahison. De leur côté, les Planitiens maintenaient leur position, arguant de la nécessité de jouer les flics galactiques contre certains commandants qui, disaient-ils, préparaient en secret la chute du Conseil. Ils concluaient parrallèlement des paix séparées avec les commandants attaqués, sapant ainsi l'unité de leurs coaltions respectives.
Uriel, intelligence artificielle extrêmement développée, fondatrice tacite du Conseil.


Le logo de Planitia tel qu'il a été trouvé par Eowei, par ailleurs fondateur de la JOPP.
Désireux de montrer à la communauté d'Origine qu'en fait, c'était un mec sympa, Macastril mit en place une école pour jeunes commandants. Cela permettait également de désengorger la Seconde Planitia, qui comptait alors plus de 25 commandants et qui recevait tous les jours de nouvelles demandes d'admission. Les Jeunesses d'Origine pour le Paganisme Planitien furent alors créées, sous l'égide du commandant Eowei, ancien de Planitia et Guildien devant l'éternel. Macastril disposait, pour la fournir en profs, d'un large éventail de vétérans motivés et pédagogues.


D'autres coalitions mirent également en place des écoles, comme par exemple celle d'Amenhotep. Macastril et ses cadres déployèrent de grands efforts pour assurer une large notoriété aux JOPP et débaucher un maximum de jeunes commandants des griffes démocrates de Panunivers. Il s'agissait de ne pas laisser à l'ennemi, et surtout aux boulets, leur ascendance sur les jeunes générations.


Les JOPP se développaient donc sous la bienveillante surveillance du guide Eowei. Si l'on reconnait la prospérité d'une galaxie à sa prise en compte des nouveaux, alors c'était une ère de prospérité qui s'ouvrait pour Origine.
Wensicia Corrino, première candidate planitienne à l'élection à la présidence du Conseil.


Les Suisses de l'UFH s'étaient globalement maintenus à distance des opérations, bien que menant par eux-mêmes leurs propres opérations militaires sur des cibles sensiblement similaires à celles de Planitia. L'entité Uriel, en particulier, s'était énormément investie dans la création du Conseil Galactique, instance regroupant les coalitions qui le désiraient en un pseudo-gouvernement fédéral. Les Suisses respectaient leur pacte avec Planitia, mais semblaient souhaiter avant tout préserver la paix sociale et l'apaisement, dont ils avaient besoin pour ce qui allait suivre...


La vie du Conseil se précisa et gagna en complexité. Bientôt, des élections furent organisées pour désigner un président, qui aurait pour tâche principale d'organiser et d'arbitrer les débats entre coalitions-membres. Planitia choisit Wensicia Corrino pour candidate à ce premier mandat, qui devait durer trois semaines. Macastril s'assura du vote de certains de ses alliés, et les JOPP furent admises à voter en tant que coalition autonome, ce qui permit à la candidate de partir avec une sérieuse avance sur ses adversaires au Conseil.





Le wiki propagandiste de Planitia tardant à être mis à jour, nous faisons patienter notre aimable lectorat de façon non putassière et sans racolage aucun, avec cette image de bon goût qui, avouons-le, incite à la réflexion. Prenons quelques minutes pour méditer, mes frères...