William Sigheim

De Apocalypsis
Aller à : navigation, rechercher

Politique étrangère et description du prophète de la Jirion-du-Roy

Position diplomatique actuelle

Lors de sa destitution par les Red Tantras, l’ensemble des Conseillers et Gardes du corps personnels de William furent éparpillés dans la galaxie par son choix pour vivre leur vie après avoir servi avec honneur leur Dirigeant. Durant quelques semaines, M. Sigheim fut un Commandant Sans-Planète qui s’évertuait à révéler aux autres Dirigeants la vérité qui se cachait derrière les actes des Red Tantras, croyants qui tentaient de destituer tous les Commandants ne faisant pas partie de leur nouveau Gouvernement, appelé l’Empire des Sens.

Il se rangea du côté de PanUnivers depuis qu’il perdit son statut de Dirigeant.

M. Sigheim tenta de reprendre sa place en tant que Gouverneur de la Jirion-du-Roy depuis le départ de la majorité des Red Tantras vers leur Nirvana. Parallèlement, son mouvement religieux, l’Ordre des Disciples du Renouveau, qui a tenu à renoncer au Tantrisme imposé, le réclama tout le temps de son absence, qui était plus le signe d’une grève du Commandement que d’un exil.


Description psychologique et fait religieux

Posé et réfléchi, il peut néanmoins offrir des discours scandés par la conviction et la persuasion, ce qui lui permet de tenir une position diplomatique ferme et précise.

Le Gouverneur William est un être humain issu de la Jirion-du-Roy, avec toutes les caractéristiques morales et culturelles que cela implique. Il est aussi le prophète d’une religion appelée l’Ordre des Disciples du Renouveau.


Description physique

La peau légèrement mâte de William Sigheim se mariait avec une tunique brune de sa confection qui recouvrait autant son corps svelte que sa tête à peine oblongue. De vigoureux cheveux noirs ébènes dépassaient imperceptiblement de la capuche alors qu’une barbe naissante marquait l’appartenance à cette nouvelle génération de politiciens.

L’ascétisme était aisément remarquable, tant l’absence de signe distinctif était criant. Pourtant, son front volontaire, son regard noir perçant abrité dans des yeux en partie bridés et son nez aquilin permettaient sans se tromper de reconnaître en lui un homme aux responsabilités importantes. Des mains fines aux longs doigts frêles ne pouvaient laisser deviner la fermeté dont était capable ce prophète. Seules ses lèvres à demi fermées représentaient l’autorité de ce Jirionais.

Un sabre sobre mais efficace attendait sagement dans son fourreau de cuir brun bouilli, un nœud de paix empêchant toute sortie abusive de la lame. Il marquait par ailleurs les aptitudes défensives mais non agressives de la gloire du peuple jirionais que le Gouverneur Sigheim représentait.