Déclaration Universelle des Droits Fondamentaux

De Apocalypsis
Aller à : navigation, rechercher

La Déclaration Universelle des Droits Fondamentaux (D.U.D.F) fut rédigée par le Sénateur Mablane, durant l'époque du Sénat démocratique... Cette déclaration dictait, et dicte encore aujurd'hui, tous les droits des commandants, et prône la liberté, l'égalité ou encore la fraternité.

Elle fut votée par 55 voix contre 21, le 15 juin 2006 ETU, mais le Sénat n'eut malheureusement pas la force de la faire appliquer à cause de l'absence de pouvoir exécutif efficace. Cependant, elle continue et continuera toujours de régir les droits de chacun, par l'intermédiaire des différents gouvernements qui s'instaureront dans la galaxie Origine...

Cette déclaration fut prononcée le 13 juin, par un Mablane déterminé et serein, bien que fatigué... Voilà la scène intense qui s'est alors déroulée à l'Assemblée Galactique, racontée par Mablane lui-même...




Dans le brouhaha permanent de l’Assemblée Galactique, un bruit imposa soudain le silence le plus magistral. C’était le bruit de la porte, qui s’ouvrit brutalement, laissant entrer majestueusement 5 commandants habillés d’un blanc immaculé. Les sénateurs avaient la mine grave, les trait tirés, mas ils avaient l’air tout de même heureux. Heureux d’avoir accompli un énorme travail. Heureux de pouvoir en doter la galaxie. Heureux de savoir que l’avenir s’éclaircit. Chacun les observa intensément, comprenant que le moment était important, crucial, voire même historique. Les sénateurs en dévisagèrent quelques-uns, avec des sourires aimables et sincères, et s’avancèrent doucement, sereinement, tranquillement vers le pupitre imposant. Alors, l’un d’eux commença à parler, d’une voix puissante et solennelle, tous les regards se tournant vers lui...


« Commandantes, commandants,

Aujourd’hui est un grand jour. Aujourd’hui, le sort de vos droits sont entre vos mains. Aujourd’hui, la déclaration fondatrice de la démocratie va être votée !

Depuis plusieurs jours, nous, les sénateurs, ont travaillé ardemment pour rédiger ce projet capital. Nous avons réfléchi, œuvré, et étudié pour aboutir à cette grande déclaration. L’instant sera longtemps encore mémorable !

Maintenant, devant vous, vont être proclamés les droits de chacune et de chacun. Si vous les acceptez, ces droits seront irréfutables et irrévocables, et formeront les piliers de la démocratie et de la paix de la galaxie ! »


Sur ce, un texte apparut soudainement sur un écran géant, à l’allure monumentale. Tout en haut, en lettre gothiques majestueuses, était inscrit : « Déclaration Universelle des Droits Fondamentaux ». Alors, un silence de mort s’installa, pendant que tous lisaient attentivement les différents articles.


______________________________


Déclaration Universelle des Droits Fondamentaux


Article premier.

  • Tous les commandants sont égaux en droits. Ainsi, tous les droits cités ci-après sont inaltérables et sont valables pour tous.

Article 2.

  • Chacun à le choix de ses opinions, et à le droit de se retrouver avec ses semblables. Les associations politiques et médiatiques favorisent ce choix en formant le pluralisme, et sont tolérées dans la mesures où elles restent en accord avec la loi.

Article 3.

  • La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi, l'exercice des droits de chaque commandant n'a de bornes que celles qui assurent aux autres la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la loi.

Article 4.

  • La loi n'a le droit de défendre que les actions nuisibles à la société. Tout ce qui n'est pas défendu par la loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu'elle n'ordonne pas.

Article 5.

  • La loi est l'expression de la volonté générale. Tous les commandants ont droit de participer personnellement ou par leurs représentants à sa formation. Elle est la même pour tous, soit qu'elle protège, soit qu'elle punisse.

Article 6.

  • Nul ne peut être accusé que dans les cas déterminés par la loi et selon les formes qu'elle a prescrites. Seule la justice à le droit de condamner les criminels. Tout commandant est présumé innocent jusqu'à ce qu'il ait été déclaré coupable, mais tout commandant appelé ou saisi en vertu de la loi doit obéir à l'instant car il se rend coupable par la résistance.

Article 7.

  • Chacun à le droit au respect de lui-même et de ses opinions. Toute diffamation, injure ou offense verbale demeure donc injustifiée.

Article 8.

  • La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux ; tout commandant peut donc s’exprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi.

Article 9.

  • La garantie de ces droits nécessite une force publique ; cette force est donc instituée pour l'avantage de tous, et non pour l'utilité particulière de ceux à qui elle est confiée. Chacun se doit donc de la respecter.

Article 10.

  • Pour l'entretien de la force publique, et pour les dépenses d'administration, surtout lors d’une crise majeure, une contribution commune peut-être indispensable. Chaque commandant a, non l’obligation, mais le devoir d’y participer ; en sachant que la survie de ses droits et de la démocratie en dépend.

Article 11.

  • Toute société dans laquelle la garantie des droits n'est pas assurée ni la séparation des pouvoirs déterminée, n'a point de Constitution.

Article 12.

  • Tout commandant a le droit à la vie. La propriété, lorsqu’elle devient nécessité première, peut-être protégée dans les cas déterminés par la loi.

______________________________


« Je le répète, le sort de vos droits est entre VOS mains. Le vote durera 2 jours. Toute remarque constructive sera bien-entendu acceptée ! J'incite donc vivement les commandants contre à expliquer les raisons de ce choix ! ».