Yanluowang: 1er communiqué

De Apocalypsis
Aller à : navigation, rechercher

Yanluowang Respect diplomatique : 88


23/05 ETU 21:17 Score : 21


Depuis quelques minutes déjà, le bruit courait à travers les couloirs de l assemblé. Le précédent gouvernement venait d avoir été renversé. Certain se demandait des conséquences qu allait engendrer cet acte... Certain avait de franc espoir, la dictature nouvellement instauré par le comandant Arès venait d être mis à bas. Plus d impôt à payer et plus de fausses promesses de future élection qui n avançait guère. D autre encore n en avait rien à faire, le gouvernement n était rien pour eux, juste une pseudo pole où tout le monde rencontrait tout le monde. Juste un forum, un lieu de détente pour dire bonjour à son voisin, ou juste le taquiner.

J étais conscient de tout cela. J avais mis un capharnaüm dans cette noble institution salit par des promesses jamais tenu par des technocrates qui ne pense qu a leur petit bout de territoire prêt à mordre leur voisin car celui-ci a son coude qui dépasse légèrement de son siège. Avant rentrer j avais mis des gardes en faction devant la grande salle de l assemblé. Des géants sorti de l Enfer dévoué corps et âmes à ma cause. Je glisse ma main à travers les anneaux servant de poignée à ces gigantesques portes. Je prends mon souffle et je pousse la porte. La salle d où on entendait les cris des diplomates de l extérieur du bâtiment se tue. Tous les regards se tournèrent vers moi. Des yeux perçant envie de meurtre pour certain, des yeux reconnaissant pour d autre et des yeux vide de tous sens.

Ma garde personnel se composant de Quatre membres formèrent une formation en carré avec au centre ma personne. Nous avancions d un pas sur mais avec une grande méfiance à travers cette marée humaine. Mes gardes, la main sur le pommeau de leur armes prêt à lancer au moindre faux pas d un commandant, une décharge électrique.

Tout en marchant je me remémore les actions de cette journée. Le martèlement de la flotte ennemi et des défenses planétaires. Ces milliers de bombes tirées sur les défenses militaires. J avais ordonné de ne pas tiré sur la population, mais si des soldats ennemis si trouvaient, je refusais de me lancer dans une campagne génocidaire à la recherche de futur traître. La Terreur ne devait pas se faire...

Nous voilà enfin arrivé au pupitre donnant accès au micro, pour parler à l ensemble de la salle. Je me dis sur le coup: «enfin une bonne chose de faite, il me reste plus qu a sortir vivant de cette marée à priori hostile. J espère que mon discours va leur plaire, sinon il va me falloir plus de 4 gardes. Je m approche du micro : « 1, 2, 1, 2, test... Vous m entendez bien là haut ? Non, attendez j augmente le son ! Voilà c est mieux ? Ok, tout roule ! Commençons alors !

Chères âmes,

Bonjour. Je crois qu il n y a pas besoin de me présenter... Mais bon faisons les choses bien. Je suis le commandant Yanluowang, maître pour l instant de Newdeun.

Je dis pour l instant car je compte rendre la planète au Peuple dans les plus brefs délais, juste le temps de mettre en place un gouvernement élu et gérer par le Peuple. Oui vous allez me dire, un tyran remplace un autre tyran... Premièrement, je ne compte pas lever d impôt, et surtout pas pour les raisons de défense de Newdeun... Secondement, pour montrer un acte de bonne foi, je suis en pleine discussion avec des commandants pour pouvoir léguer Newdeun dans les plus bref délais (1 jour tout au plus tard). Ces commandants seront en charge de mettre en place le nouveau gouvernement du Peuple, par le biais d élection. Bon, il faut que je m en aille, mes généraux m attendent pour un débriefing. »

Je quitte l estrade. Avant même que je me rende compte, mes gardes étaient de nouveau en formation tout autour de moi. Mon taux d adrénaline de mon sang, décent, mais mon coeur continu à battre fortement. Si fort que je n entend plus que lui. Tous les autres bruits sont filtrés, je ne sais pas ce qu on dit tout autour de moi. Enfin arrivé à la porte, je suis sauvé, ouf... Ces loups affamés ne m auront pas... Bon je me retourne à mon bureau, cela me permettra de me reposer... Pour le débriefing, mes gardes attendront...