Un petit soleil, entre deux grandes lunes

De Apocalypsis
Aller à : navigation, rechercher

Des montagnes, des gorges et des vallées qui s'étendent à perte de vue... L'air, si pur et si enivrant, si chaud et si frais...L'herbe, douce et délicate, qui s'incline devant quiconque lorsque qu'il marche sur elle... Les innombrables fleurs, qui projettent au loin leurs parfums délicieux... Les arbustes, robustes, qui exhibent leurs myriade de mets savoureux... Les lapins, les chevreuils et les cerfs, sautillant sereinement entre les fougères épaisses... Exquis, c'était exquis.

Mablane, assis dans le creux d'un arbre centenaire, s'imprégnait de ce paysage unique. Il aurait voulu à jamais rester là, planté comme le plus tenace des chênes, à admirer pour des milliers d'années ce spectacle devenu si rare... Mais non... Oh non... Quel non si regrettable... Il ne le pouvait pas... Sortant de sa torpeur à contre-coeur, il sauta de sa branche et, d'un pas déterminé, s'éloigna, en prenant bien garde de ne pas se retourner vers ces montagnes ensorcellantes... C'était la dernière fois, oui, la dernière fois qu'il pouvait regarder cette beauté merveilleuse ...

Il était sur une planète reculée, qui n'avait pas encore était souillée par les batailles, haines ou vengeances d'hommes sanguinaires. Il était sur une planète calme, loin de toutes ces horreurs qui détuisaient la galaxie. Il était sur une planète, chose extraordinaire, qui était encore à l'état naturel... Mablane y était venu, pendant quelques jours, afin de s'y reposer et de travailler en paix... Mais aujourd'hui, le temps était venu de repartir. Le temps était venu de revenir à la réalité. Le temps était venu d'agir, concrétement, et de reprendre en main le destin si misérable de la galaxie..

Donc, Mablane se dirigeait, de ce pas déterminé, vers l'Action. Il se dririgeait vers son croiseur lourd amiral, le Delphinien, pour voler vers Thot, sur sa planète-mère...Thot venait de l'appeler, il y a quelques heures, par Communication Hyperspatiale Unisens. Il désirait le voir afin d'organiser les préparatifs... "Les préparatifs..., se répéta Mablane, mon dieu, comment avons-nous pu en arriver là ?!"...

Arrivé à destination, sans aucun obstacle ni le moindre problème, le Delphinien se posa sur la seule piste suffisamment grande, longue de trois kilomètres et large de deux... Contrairement aux apparences, ce n'était pas véritablement un vaisseau très gros... Il était même de gabarit intermédiaire... Mablane préférait en effet la manoeuvrabilité... Immédiatement à sa sortie, Thot l'acceuilla. Quelle bonheur de retrouver enfin un véritable ami ! Quel soulagement d'être en compagnie d'un être qui vous est si cher ! Quelle joie de se savoir soutenu ! Mablane, dans une digression malheureuse, songea à ce que pourrait être la perte d'une telle amitié... Il pensait qu'il ne serait, à vrai dire, plus capable de vivre... La solitude était si destructrice et douloureuse qu'il ne voulait pas devoir la subir...

Alors, lorsqu'il purent enfin discuter tranquillement, après une accollade longue et sincére, Mablane retrouva le sourire qui l'avait quitté si longtemps... La conversation fut rapidemment passionée et passionnante... On parla de chose et d'autres, mais surtout, là était le fond du problème, des "Préparatifs" - et par extension, de l'Empire des Sens... Le combat qu'ils menaient tous les deux était particulièrement difficile et éprouvant... Sans cesse, des soldats mourraient, des vaisseaux explosaient, et la diplomatie jouait... Le tunnel n'en finissait pas, et semblait ne jamais devoir se finir... Mablane, un tel pacifiste, s'étonnait lui-même de s'être ainsi engagé dans cette lutte acharnée... Mais là était la seul issue... Là était la seule solution pour espérer, un jour, voir la liberté fleurir partout dans la galaxie...

Peu après, les deux amis entamèrent un dîner... Ces aliments délicieux, venant des étranges jardins Thotiens, parvenaient à égayer ce qui pouvait encore l'être... Ainsi rassasié, Thot proposa à Mablane de rester dans son humble palais pour la nuit... Ce-dernier, n'ayant guère d'autres possibilités tout aussi attirantes, accepta sans détour... En traversant les couloirs à la longueur modeste accompagné de Thot, Mablane vit quelqu'un passer, en sens inverse. C'était une femme... Oui, une femme... Une femmes dans un univers d'homme... Lorsqu'ils se croisèrent, Thot la salua d'un bref regard, et invita Mablane à poursuivre la route, sans plus attendre... Elle était étrange, cette femme... Mablane la regarda avec insistance, écouta les froissement de sa robe de lin.

"Qui-est-ce, demanda Mablane lorsqu'elle se fut éloigné... - Eh bien... Isis, ma soeur !..."

Thot le regardait d'un air incrédule, comme si cette information paraissait évidente... A la vue de cette femme, pourtant, rien ne lui paraissait réellement évident... C'était, au contraire, presque insoluble.. Malgré tout, sans s'attarder plus longtemps, ils finirent par se coucher... Mablane dormit alors profondément, mais toutefois d'un sommeil particulièrement agité...




Après avoir raccompagné Mablane, Thot rejoigna le grand prêtre. Il avait été un des premier a montrer son accord de renouveler les caracteristiques et l'Orientation de son peuple ... 10 000 000 de personnes partirent avec Thot, à l'inconnu ... Et aujourd'hui, en ces temps troublés et difficile, devaient se tenir une des cérémonies les plus importante de la vie de Thot ... L'intronisation auprès des Dieu ... Auprès de SON Dieu.

Le prêtre lui prit la main, et accompagna Thot dans la partie du palais reservé aux cultes du Dieu Thot ... Ici l'attendait sa soeur, et ses autres frères, ainsi qu'une dizaine de Hauts prêtres, habilité a garder le secret de cette nuit si particulière ... Après avoir été lavé a l'encens, et épilé entierement, Thot se rendit seul dans la chapelle, devant le Naos, tombeau du Dieu ...

Les portes se refermerent, et pendant plusieurs heures, Thot se retrouva seul avec son Dieu. Que se passa t'il ? Personne ne le su ... Dans tout les cas, quand les portes s'ouvrirent, Thot apparut. Et ce n'était plus le même homme. Son corps était encore le même. Mais le haut de son corps était réellement surprenant et effarant.

A partir des épaules, un léger duvet de plume apparaissait, pour continuer sur un cou extremement long, terminé par un bec ... Thot était devenu à l'image de son Dieu ... L'Homme Ibis ... Un rayon de soleil perça a travers le toit du temple. Le plumage bleu clair prit une teinte azurée, et cette hybride eu l'air encore plus impressionant, et encore plus mystique. Le bec s'ouvrit légerement, et tous purent reconnaitre la voix de Thot ...

N'ayez pas peur, mes amis, dit-il de sa même voix, encore plus profonde et imposante, je suis toujours le même ... J'ai rencontré mon Dieu cette nuit, et je sais exactement ce que je dois faire...

Il serra sa soeur et ses freres dans ses bras. Isis le regarda, et lui répondit : Au moins, tu a le plumage lisse ... avec un sourire qui irradiait son visage.

Toutes les personnes présentes s'agenouillérent devant l'Homme Dieu. Thot se rendit devant son Palais, et se montra devant les monumentaux pylones d'entrée. Des milliers de personnes étaient là, et scandait le nom du Dieu. Mais quand les portes s'ouvrirent, le silence fut asourdissant, avec une acclamation triomphale de Thot ... Leur Dieu était avec eux, et rien de mauvais ne pouvait leur arriver ...

Quelques heures plus tard ...

Thot était encore en tailleur, et été toujours en train de préparer un Papyrus ... Dédié à son peuple, pour l'organisation de nouvelles elections. Thot garderait le pouvoir diplomatique, auprès de autres planètes, mais un auter représentant devait etre élu ...

Thot reconnu un pas familier. En se retournant, il vit un Mablane effaré, mais retrouvant rapidement sa constance.

Thot, c'est bien toi ?

L'Ibis esquissa un sourire.

En effet, mon cher Mablane. Disont que j'ai eu la révélation que mon peuple attendait tant. Mais vient, vient, nous avons tant de chose a preparer pour notre avenir.

Quelques heures plus tard ...

Je t'assure que mes techniciens peuvent dévier l'énergie des armes ioniques sur le bouclier supra energetique avant ... En résultat, un gain important de défense, permettant probablement de resister a de gros impact, du type ionique ...

Oui, mais sera t'il capable de resister a un bombardement de type nucléaire, bref et intense ?

Thot haussa des épaules.

Cela, il n'y a qu'un moyen de le savoir ! Mais d'une part, je pense qu'il vaux mieux jouer sur les boucliers que sur l'attaque !

Combien de fois le fait de se proteger derriere un bouclier nous a sauvé la vie ?

Ensuite, des armes conventionnelle viendront a bout de l'autre vaisseau avant que celui-ci n'atteigne les parties vitales du mien...

Il faudra revoir cela tout de même ... La meilleure defense reste l'attaque, Thot, ne l'oublie pas ...

Mablane fixa un point derrière Thot ... Il paraissait captivé par celui-ci ...

Euh, frerot ?

Thot se retourna vivement, sa soeur, Isis était la.

Isis, je suis en réunion privé la ...

Tu viens de recevoir une Holo Urgent de l'OPU ...

Mablane et Thot se levérent d'un bon, et se ruérent a la suite de la jeune soeur de Thot ...




Tous les trois, ils se ruèrent vers la Salle de Transmission Holographique.. Un message urgent de l'OPU, disait-elle... Qu'avait-il bien pu se produire ? Une attaque ? Une menace ? Peu à peu, des hypothèses de plus en plus folles s'imposaient dans son esprit tourmenté... Comme sur le sien, il lisait sur le visage de Thot une appréhension et une inquiétude profondes.

Alors, ils commencèrent à traverser un long couloir peint de couleurs vives et de signes étranges… Surpris par la précision de ces formes, et afin de réduire l'anxiété qui régnait à ce moment même, Mablane se mit à les survoler d'un oeil curieux... C’était, d’après Thot, les vestiges d'une langue oubliée, composée d'une multitude de "Hiéroglyphes"... Tout, sur ces murs, était merveilleusement parfait. Les traits, fins et droits ; les couleurs, superbes et variées ; le relief, avantageux et réfléchi... Cela avait du, d'après lui, nécessité un travail remarquable !

Soudain, un dessin particulier suscita en lui une attention particulière. Oui, cela lui ressemblait... C'était elle... C'était bel et bien elle... Alors, Mablane se souvint...

Elle était là, ses mystérieux cheveux blonds et bouclés tombant timidement sur ses calmes épaules ; ses yeux, brillant d'une lueur surnaturelle, divine même ; et son regard, géné et fuyant... Mablane, lui, ne pouvait pas se détacher de ce visage ensorcellant, animé par une esprit surhumain... Alors, après un long moment, voyant que Thot avait remarqué cet échange incongrue, elle décida de le rompre... Lorsqu'ils prirent le chemin attivement, Mablane valida le préjugé qu'il avait établi la dernière fois... Il se répéta donc, satisfait de lui-même ainsi que de son avis : "Etrange, elle est vraiment très étrange..."

Le grésillement habituel précédant tout message holographique arracha Mablane de sa rêverie, et le ramena immédiatement à la dure réalité... Devant eux, une image commença à se constituer... Comme lorsque l'on observe un animal timide devant une nourriture inconnue, l'image s'aggrandissait, se précisait, se diminuait, se stabilisait, se rapprochait... Alors, enfin, elle parut parfaite. Cependant, avant que la transmission ne débute, Thot pria sa soeur de ne pas rester, car les informations étaient purement confidentielles. Elle obtempéra, déçue, et dès qu'elle fut sortit, on put voir le commandant Aldébaran, visiblement inquiet... Immédiatement, il commença à parler d'une voix puissante et quelque peu enrouée :

"Bonjour commandants ! Voilà, c'était juste pour vous dire que nous avons un petit problème qui pourrait prendre une ampleur considérable... - A quel sujet ? demanda Mablane, reprennant instentanément toute sa vivacité et son dynamisme. - Eh bien... Un commandant nous a attaqué sans sommation, et tout du moins assez étrangement... Nous ne savons pas qui il est, ni même s'il est en relation avec l'Empire... - Il faut actionner le plan de surveillance immédiatement ! proposa Thot... On ne sait jamais !... - A vos ordres !"

La conversation fut coupée... Alors, l'image repris son cheminement, mais à l'envers... Elle s'éloigna, se stabilisa, se diminua... Bien que la situation était menaçante, les deux amis étaient énormément soulagés... Des choses bien pires aurait pu se passer, et ce petit "accrochage" demeurait tout à fait négligeable... Se comprenant par un simple sourire, il sortirent de la pièce et reprirent l'organisation des "préparatifs"...

La défense, l'attaque, la coordination, la rapidité, l'efficacité, la furtivité... Tous les points furent abordés... Mablane insista particulièrement sur l'organisation des différentes actions... En effet, il avait en sa possession de nombreux renseignements en ce qui concerne les coalitions et les alliances... Il voulait ainsi de mettre en commun les moyens défensifs et offensifs avec d'autres organisations... Il avait donc contacté plusieurs commandants qui avait donnés leur accord pour combattre ensemble l'Ennemi... Thot, enthousiaste face à cette idée, le soutint et l'encouragea à continuer sur cette voie...

Cependant, après avoir travaillé longtemps et durement, Thot accompagna Mablane vers son vaisseau... Il était tard, et il devait rejoindre rapidement son peuple, qui avait besoin de lui...

Soudain, alors qu'ils n'étaient qu'à deux pas de la piste d'atterisage, ils entendirent un son strident... Au bout de quelques secondes interminables, Mablane comprit tout.

Ce n'était pas un son ! Oh non ! C'était un cri ! Mais... Pas n'importe quel cri ! C'était SON cri ! Celui d'Isis !

Devant le regard épouvanté de Mablane, Thot comprit, à son tour... Alors, ils se précipitèrent vers ce son qui déchirait les âmes... Thot fut rapidement devancé par Mablane qui courait aussi vite qu'il le pouvait, comme porté par des ailes invisibles... Sans savoir pourquoi, il était irrésistiblement attiré, envouté, terrorisé... Il savait juste qu'il devait absolument faire quelque chose...



Thot avait compris que sa sœur était en danger. Il fit un signe aux gardes Thotiens, qui se pressèrent pour le suivre. Il arracha une lance a Plasma d’une des mains de ses Hommes. Il vit Mablane, devant, courir comme un dératé … Thot ne pensa pas pourquoi il courait si vite, pour une femme entr’aperçu dans un couloir … Cela finirait par venir en l’esprit de Thot …

Une cour de bâtiment. Un pylône immense. Un drapeau bleu, avec le sigle de l’OPU. Un drapeau bleu, mais avec cette fois un Ibis. Une fresque murale racontant l’exode du peuple de Thot. Et le silence. Pesant. Lourd. Oppressant. Mablane était arrivé avant lui. Thot repris son souffle. Il regarda à droite, à gauche, puis il regarda attentivement derrière un pilier. Un détail lui parut suspect. Il reconnut sa sœur, haletante et terrorisé, mais terrorisé par quoi ?

Un ordre Thotien fut donné. Aussitôt, une quinzaine de lance s’ouvrirent, et une décharge de plasma se fixa dans la partie centrale de l’arme. Relâcher la pression signifierait que la boule partirait, se fixerait à la peau, provoquant de profonde brûlure, et si touchant une partie sensible, capable de provoquer la mort. L’agresseur se déplaça à la lumière. Seul Mablane ne trembla pas. Seul Mablane ne fut pas surpris. C’était une espèce de singe, horriblement hideux. De taille respectable, la créature portait elle aussi un simple pagne. Un couteau, placé sous la gorge d’Isis. Un regard haineux, mais avec une certaine intelligence …

Hypsis, Hypsis, murmura un des soldats Thotiens …Thot ferma les yeux. Il repensa a son enfance. Il repensa a l’horreur qu’il connut, enfant … Son père, emmenant au combat une compagnie de soldat … Et les trois quart ne revenant pas… Et le quart restant, mutilé, ou bien terrorisé a vie … Ces créatures sont terriblement sauvage, et plus intelligent qui ne le laissait croire … Ils avaient tenté d’exterminer le peuple de Thot, et en réponse, c’était les Hypsis qui avait été tué … Le dernier contact qu’ils aient eu, c’était un message de mort, de destruction … Pendant 15 ans, nous n’étions plus concerné par eux …Aujourd’hui, il sont de retour …

Mablane ne comprenait pas l’attente de la Garde Thotienne … Thot fut réveillé de ses souvenirs par le fait que Mablane arrachait son armes des mains, et visa précisément la tête du preneur d’otage. Pendant une seconde, le cœur de Thot s’arrêta, avant de reprendre a un rythme fou … Mablane se précipita sur Isis, avant Thot …

Thot jura, et lança un ordre. Brûler le cadavre, et s’en débarrasser des restes … Mettre au courant les Mécanoides, et qu’il recherche ses créatures a travers la planète et la Galaxie …

Mablane se retourna vers Thot :

Pourquoi tu ne l’a pas tué ? Cette bestiole aurait put tué ta sœur !

Je sais … Thot était réellement perturbé. Il se pressa contre sa sœur, et la renvoya dans ces appartements, pendant qu’il pris Mablane par le bras, et l’emmena a part …

Cette bestiole s’appelle Hypsis … C’est une race que nous avons exterminé, enfin que nous avions cru avoir tué …

Mablane eu un regard surpris …

Ton peuple a éradiqué un autre peuple ? J’ai du mal a le croire …

C’était eux ou nous, répondit il avec colère … Il voulait notre mort … Ils ont tué des millions de Thotiens … Ils ont voulu nous éradiquer de la Galaxie … C’était eux ou nous !

Je ne sais pas si c’est la meilleure des deux qui est en vie … Mais comprenez mon émoi … Ma sœur vient de se faire menacer par une créature supposé éradiquer et qui a tenter de nous tuer …

Laisse moi s’il te plait … J’ai besoin de faire le point … Tu peux aller voir Isis, pour voir comment elle se porte … Dis lui que je la rejoins un peu plus tard …

Mablane accepta cette demande, et partit dans les couloirs colorés et chaud du palais Thotien …



Mablane, pensif, se dirigeait d'un pas incertain vers les appartements d'Isis... Thot l'inquiétait. Il avait vu ce regard terrifié... Il paraissait paralysé de peur... Mablane, lui, ne cessait de se poser maintes et maintes questions... Quelle sombre histoire avait-elle bien pu être à l'origine de cet aggression ? D'où venait ce monstre étrange ? Comment cet Hypsis avait-il bien pu s'introduire dans le palais ? Etrange, oui, c'était très étrange...

Mablane, insensible à la décoration chatoyante de ce couloir interminable, ne parvenait pas à ce débarrasser de la vue de ce singe haineux... Il revoyait encore cet être animé par des pulsions destructrices, démentielles, sanglantes... Il se souvenait aussi de ce couteau à la lame tranchante tenu d'une main ferme et déterminée, qui décidait cruellement du destin d'Isis, heureusement sauvé par son discret pistolet ionique qu'il transportait encore dans le fond de sa poche... Cela n'avait duré que quelques secondes, mais son sens était évocateur. Les Hypsis revenaient, et les Thotiens était désormais sérieusement en danger...

Mablane, rapidement, atteignit la chambre d'Isis. Elle était là, recroquevillée sur un lit de papyrus, immobile... Soudain, il eut un élan de pitié, de compassion... Peu à peu, il s'approcha, et s'aperçut qu'elle n'était pas si immobile qu'elle le laissait paraître ; elle tremblait de tous ses membres... Mablane, calmement, s'agenouilla auprès d'elle. Elle était en état de choc, terrifiée. Entre des filets de cheveux soyeux, il parvenait à distinguer son regard angoissé... Même dans cet état déplorable, Isis lui transmettait encore cette impression étrange, surnaturelle...

Mablane, sereinement, d'une voix qu'il voulait douce et rassurante, murmura "Tout va bien... C'est fini...". Cette intervention bénine et banale eut pour effet de sortir Isis de sa torpeur hallucinante, et de la faire revenir à la réaité. Cet réalité, calme et reposante, la soulagea. Elle sourit. Mablane, sans savoir pourquoi, eut alors la sensation de fondre littéralement en eau, tel un glaçon en sueur. Pendant quelques instants, il crut nager dans une véritable piscine, en proie à un bonheur incommensurable.

Alors, leurs regards se croisèrent. Isis l'observait intensément. Mablane, lui, ne parvenait pas à quitter ces yeux mouillé et rougis, mais au combien émouvants... Aucun ne pouvait se détacher l'un de l'autre... Ils étaient hypnotisés, paralysés. Mablane se laissa plonger dans ces yeux à la profondeur abyssale, lui donnant un vertige indolore... Alors, il distingua à nouveau cette lueur mytérieuse, ennivrante... Elle vacillait, s'éteignait et se rallumait sans cesse, avec d'autant plus de puissance, d'ardeur et de lumière..

Longtemps, longtemps, ils restèrent là, tous les deux, se comprennant silencieusement... La communication était totale... Mablane, heureux et insouciant, oubliait tout... Plus aucun tourment, plus aucune angoisse ne pouvaient perturber cette communion qui ne devait jamais se rompre... Il ne pensait plus qu'à ce regard, ce visage et ce sourire... Il ne pensait plus qu'à elle, Isis... Ils étaient tous les deux à des années-lumières de cette chambre aux couleurs vives, de cet guerre galactique, de cet Hypsis... Le bonheur était palpable...

"Mablane ? Isis ?"

La voix de Thot le ramena au Palais à une vitesse sensationnelle, et l'arracha de sa torpeur. Il eut l'impression que son coeur se déchira lorsque que ses yeux se détachèrent de ceux d'Isis... Immédiatement, Mablane revint à lui-même, ainsi que tous ses problèmes... Bien que leur échange n'avait duré que quelques secondes interminables, il était encore un peu sonné, comme un homme ivre portant une inimmitable gueule de bois, mais parvint à se retourner vers Thot... Celui-ci paraissait aller mieux... Il avait regagné son assurance... Alors, il reprit, un sourire malicieux illuminant son visage :

"Vous allez bien, tous les deux ?"

Génés, Isis porta une grossière attention toute particulière sur un détail précis du plafond, et Mablane se leva précipitament... Thot changea de sujet, drôlement amusé :

"Les Hypsis sont revenus... J'ai déclenché l'antique plan "vigypsis". Toute l'armée est maintenant en quête des ennemis, car il ne devait certainement pas être seul. Le Palais est fouillé de fond en comble, et nous ne dormirons pas ici cette nuit. Nous partons immédiatement sur une planète plus tranquille, préparez vos affaires... Tu vas mieux, Isis ?

- Oui... Je n'ai rien..."

En disant ces mots, elle lança un furtif regard sur Mablane... En fait, c'était grâce à lui, si elle était encore en vie...

Quelques heures plus tard, les trois Hommes se dirigaient vers le Vaisseau Amiral de Mablane, prêté pour l'occasion. Leurs bagages y étaient déjà embarquès, et ils n'avaient plus qu'à monter sur l'échelle pour passager... Thot donna ses derniers ordres, tandis que la caserne toute proche était déjà en plein effervescence... Les gardes couraient un peu partout, et les pilotes de l'énorme appareil hyperspatial s'apprêtait à décoller...

Ainsi, Thot entra, suivit de Mablane... Lorsque qu'Isis monta l'échelle, Mablane entreprit de l'aider, tout naturellement... Alors, ils se prirent la main... Le contact procura à Mablane une sensation de chaleur indescriptible. Tout son corps était en joie... Comme sa peau était douce ! Ces deux mains ne se séparèrent plus pendant toute la durée du voyage... Ils restèrent côte-à-côte, tout simplement, et ne se séparèrent qu'à l'arrivée, pour reprendre leurs valises... Cependant, la vue de cette planète les ramena a une autre réalité...




A la périphérie externe de Newdeun, Capital City ...

Thot regarda la paire de Lune, au dessus de Newdeun ... Elles étaient magnifique ... Cette puretée, tellement attrayante ... Cette blancheur, tellement etincelante ... L'Ibis se laissa absorber par la calme tranquilité de sa terrasse ... Aucun bruit, un calme agreable, réparateur ... L'Ibis était un Thotien assez occupé en ces temps-ci ... Entre sa coalition, la Lune Blanche d'une part, la cooperation avec les Red T et les autres Commandants d'autres part, les sortis avec ses amis, et aussi les Hypsis ...

Ca c'était un peu calmé avec eux ... Un mur avait été fait autour de leur capitale ... Assez d'espace pour cultiver, se déplacer ... Plusieurs centaine de milliers d'hectares, entouré d'une haute muraille magnetique ... Infranchissable, et au moins, on n'était protégé de leurs attaques ... Decision dure, mais necessaire pour l'avenir des Thotiens ... Eux, ou nous ... Bref, passons ...

L'Ibis Eternel sentit une chaleur derriere lui ... Sa soeur, Isis, était présente. ses long cheveux noirs tombaient en bataille sur ses épaules, et gagnait sa poitrine, la couvrant en partie. Ses yeux vert clair regardait intensement, son frere. Un sourire se dessinait sur son visage. Elle se jeta dans les bras de son frère. Thot adorait ces moments d'intimité avec sa soeur ... ILs étaient de plus en plus rare, mais de plus en plus intense. Un dernier sourire entre eux, et Thot lui murmurra...

Thot : On y va ? Je crois qu'il nous attendent !

Isis : Tu es réellement sur que je dois venir ? Je ne crois pas que ...

Thot : Ne dis pas de betise ... En plus, Newdeun, de nuit, est réellement agreable ! Et, il y a quelques amis a moi qui viendront, dont Mablane, lança l'Ibis dans un sourire ...

Isis bafouilla, mais finit par trouver ses mots :

Isis : Euh, et bien, bah, allons y alors, lança t'elle dans un sourire ...

Thot descendit dans sa villa, de style égyptien. Une maison sur deux niveau, blanchis a la chaux vive. Thot descendit jusqu'a la baie d'envol ... Il prit le Chasseur Bombardier modifié, aux couleurs de la Lune Blanche, lui permettant ainsi d'echapper aux heures d'embouteillages de la capitale galactique.

Le Vaisseau décolla prestement, et rejoigna la terrasse. Isis grimpa sur la carlingue de l'appareil, et gagna la cabine, aménagé specialement pour 5 personnes. Aucune arme a bord, seulement des boucliers surpuissants, capable de devier un tir de Fregate de Combat. Technologie Thotienne oblige.

Devant l'Assemblée Galactique ...

Isis : alors c'est ici que tu vient représenter notre peuple ?

Le frére et la soeur se trouvait devant la façade Nord, dites façade classique. En effet, c'était la façade qui n'avait pas évolué depuis les débuts de Newdeun, en tant que Capitale du Repressentissime ...

Un fronton Imposant, vous ecrasant de toute sa masse. Des dizaines d'enfilade de colonne, toute en style ionique, donnant une impression de grandeur et de profondeur etonnante ... Au centre de ces colonnes, l'entrée, elle aussi grandiose. De gigantesque porte en bronze permettaient l'accés a l'interieur de l'Assemblée. Ces portes étaient gardés par deux gigantesques Mécanoides, certes basiques, mais tellement évolué au moment de leur création ...

Thot : La légende dit que le jour ou le descendant du Repressentissime Calomu reviendra proclamer son titre ici même, les statues se reveilleront, et se mettront au service du Représsentissime ...

Isis n'en revenait pas de cette grandeur, de cette magnificience ...

l'Holo Pad de Thot vibra ...

Il prit une mine renfrogné ...

Thot : Excuse moi, je revient tout de suite ... Je passe a mon bureau, et je revient tout de suite ... Rien de grave, ne t'inquiete pas ... Reste ici en m'attendant ! Mes amis ne devraient pas tarder !

Thot partit l'air pressé vers la in du couloir interminable ...

Isis se sentit un peu perdu, mais fut attiré par la fresque sur le mur, representant le combat entre Fédérés et Alliantistes, au début de la Galaxie ... Des centaines de Kamikazes attaqués une planete surprotegée par des Mécanoides et autres bunkers ...

Voix Inconnue : Bonsoir Isis ... La voie venait de derrière elle ...




Isis se retourna avec une rapidité surprenante. Alors qu’elle s’apprêtait à rendre son salut avec une ferveur insoupçonnée, elle dévisagea son interlocuteur. Surprise et déçue, elle balbutia :

"Ah !… Oui… Bonjour, Perceval… - Ca ne va pas ? - Si, si… Très bien... Et… et toi?"

Sans écouter sa réponse, Isis pensait qu’en vérité, c’était complètement faux… Elle n’allait pas bien du tout. Pourquoi, ça, elle l’ignorait, ou plutôt, refusait de le concevoir. Sans oser se l’avouer, Isis attendait quelqu’un d’autre…

Pendant quelques secondes, elle avait cru entendre celui qui s’était emparée d’elle, comme ça, sans rien demander… Elle avait cru sentir le souffle de celui qui avait envahi son cœur, dès son premier regard, et qui avait investi ses songes les plus intimes… Elle avait cru pouvoir parler, rien que parler, à l’être qui lui avait causé un énorme déchirement lors de son départ, à l’être qui lui avait arraché des larmes, sans aucune raison apparente…

Mais non. Ce n’était pas lui, et sa tristesse n’avait fait que s’accroître subitement. Tout en l’attendant avec impatience, elle redoutait désormais cette rencontre dont elle espérait, en réalité, tant de choses…

"Tu ne crois pas ? - Co… Comment ? De quoi… - Tu ne crois pas que nous devrions attendre les autres à l’abri, là-bas, dans ce café ? Il commence à faire sombre… - Ah… si…"

D’ordinaire, elle serait entrée dans une longue conversation avec Perceval, qui était une vieille connaissance… Pourtant, malgré tous ses efforts, elle ne parvenait pas à éloigner ce visage si doux qui obstruait sa vue et bouchait ses oreilles… Jadis, elle avait hâte de faire cette excursion sur Newdeun. Cependant, maintenant qu’elle était là, dans ce café sur l’esplanade de l’Assemblée, à guetter l’arrivée des autres amis de Thot, une boule se formait au creux de son ventre, une appréhension atroce et insoutenable…

Perdu dans ses pensées, Isis ne constata que bien plus tard que 4 autres convives en grande conversation s’étaient attablés auprès d’eux. Elle ne les connaissait pas, et n’avait pas envie de les connaître… Alors, pour se changer ses idées, elle s’excusa poliment et alla au toilette se débarbouiller...


Mablane était en retard. Comme il travaillait à New-Mablanopolis, la capitale de sa République, il n’avait pas vu l’heure passer. En fait, ce retard était, inconsciemment, plutôt volontaire…

Depuis des semaines, il se réjouissait à l’idée de retrouver Thot, son ami de toujours. Il pensait sans cesse à ce rendez-vous où il pourrait découvrir Newdeun sous un œil de visiteur, et non de politicien. Et surtout, et oui surtout, il rêvait de pouvoir enfin revoir Isis, sans vraiment s’en rendre compte…

Seulement voilà… Maintenant que l’heure était arrivée, il ne se sentait plus capable de rentrer dans son croiseur… Il se croyait trop idiot, trop mauvais, trop banal pour mériter l’aubaine qui s’offrait à lui. Il se trouvait, en somme, trop médiocre pour pouvoir la conquérir, elle, tellement supérieure à lui…

Mais quoi qu’il en soit, après un long combat souterrain, il atterrissait désormais à quelques mètres de l’Assemblée, qu’il atteignit rapidement. Alors qu’il entrait dans le café où il avait reconnu les amis de Thot, il fut frappé de stupeur. Feignant de ne rien remarquer, et faisant avec un grand sourire à chacun des commandants, un question le taraudait : où diable était Isis ?!

Soudain, un détail lui sauta aux yeux : Thot non plus n’était pas là. Mon dieu… Cela signifiait qu’Isis n’était en effet pas venue ! Immédiatement, il se mit à imaginer des situations plus gênantes les unes que les autres… Peut-être était-elle souffrante? Peut-être ne voulait-elle pas le voir ? Pire : peut-être était-elle morte, tuée par des attaques des Hypsis ?! Cette possibilité lui donna le vertige...


Isis, après s’être débarbouillée avec de l’eau bien fraîche, songea à sortir des toilettes… Cet perspective l‘hantait, mais elle ne pouvait rester plus longtemps absente, sous peine de devoir débiter des excuses incohérentes… D’un pas lent et monotone, elle atteint le café. Etant sûre d’être déçue, elle ne jeta pas un seul regard sur la longue table où discutaient ses soi-disant "amis"...

"Bonsoir Isis !"

Sa voix ! Non, elle ne rêvait pas, c’était bien lui… Elle leva la tête, lentement, comme pour savourer le moment, et le vit... Alors qu’apparu sur son visage ce petit sourire significatif, son cœur, puis son corps, s’emplirent de chaleur, de douceur et de bonheur.


Elle était belle ! Comme elle était belle ! Mablane explosa de joie dès l’instant où il distingua ses yeux à la profondeur abyssale et à la lueur si mystérieuse, ses longs cheveux noirs ruisselant sur son corps... Isis, Isis, Isis… Derrière la façade de son visage, son cœur était en fête… Il la retrouvait… Enfin… Tout doucement, ils se serrèrent la main solennellement, mais elle ne se détachèrent pas…

Sous le regard étonné de tous les commandants du café, qui avaient subitement interrompu leurs conversations, Mablane et Isis partirent faire un tour à l’Assemblée Galactique, sous le clair de lune..




Isis et Mablane gravissaient lentement le monumental escalier de l’Assemblée, en savourant la tiédeur et le silence du soir. Au loin, ils apercevaient, devant l’immense colonnade, les deux mécanoïdes du légendaire Calomu. Nul ne sait depuis combien de temps ils étaient là, immobiles et indifférents, à franchir les âges, les guerres et les apocalypses, sans que rien ne puisse les déranger….Alors que Mablane les contemplait, ainsi qu’il l’avait fait déjà maintes et maintes fois, Isis s’exclama, de sa voix douce et fraîche :

- Tu connais la légende qui affirme que ces deux statues se réveilleront lorsque le descendant du Représentissime sera proclamé devant elles ? - Non… Et de toute façon, je doute que ces carcasses rouillés puissent faire encore un seul mouvement ! - C’est Thot qui me l’a dit, tout à l’heure... Au fait, t’es représentant, toi ? - Naturellement ! Je suis bel et bien un modeste serviteur de l’alliance éternelle…

Reposant son regard sur les mystiques statues, Mablane sursauta, terrifié. Ces yeux se fixèrent, comme possédés par une vision d’horreur. Non, il n’avait pas rêvé ! Elles avaient… Elles avaient vraiment… Non. C’est impossible. Complètement impossible.

- Mablane ? Ca va ? - Oh, euh… Oui… Hum. Très bien… J’ai juste cru voir… Non. Laisse tomber…

Isis se résigna, non sans inquiétude, et ils reprirent rapidement leur chemin. Mablane organisa ainsi un petit trajet touristique, afin qu’elle puisse admirer l’hémicycle, examiner les ancestrales décorations murales, et contempler l’antique pupitre, qui avait vu passer les plus grands de cette galaxie, de Fregger à Imothep, en passant par les Mac Polar et les illuminés Ultrêmes… Derrière le tout, imposant et fier, se dressait l’écran surdimensionné, unique en son genre dans toute la galaxie.

Tandis que Mablane restait de marbre devant ces magnificences qu’il ne voyait désormais plus, Isis, elle, allait de surprise en surprise.

Peu après avoir déambulé dans les longs couloirs jouxtant la salle principale, les deux compagnons observèrent Newdeun du haut de l’édifice, qui offrait un magnifique panorama. Au moment même où ils se tournaient vers le palais impérial flambant neuf, entouré d’énormes bunkers plus dissuasifs que véritablement efficaces, l’holo-pad de Mablane résonna dans la quiétude de la nuit.

C’était un message express de Thot.

Au fur et à mesure de sa lecture, Mablane pâlit. Ses yeux, enfiévrés, parcouraient l’écran holographique d’une vitesse hallucinante, pour se stopper, brusquement, sur le point final emplit de sens. Après un long silence, demeurant sous le regard anxieux et interrogateur d’Isis, Mablane réagit subitement. Il tira son bras, et l’emmena presqu’en courant vers le spatioport, pour la propulser plutôt brutalement dans son croiseur amiral.

Voilà comment Mablane et Isis disparurent subitement, sans que nul ne sache ce qui leur arriva.




Le 26/10/06 ETU, une missive fut projetée sur l’écran de l’Assemblée. Son expéditeur et le contenu de son message stupéfia les commandants présents. On murmura, on chuchota, on s’interrogea du regard. Une vaste rumeur circula entre les quelques intéressés de la galaxie. C’était donc ça… Tout s’éclairait… Tout s’assemblait dans un ordre logique.

Après la surprise, ce fut l’affairement. Surtout chez le peuple Mablanéen et chez ses relations. Encore plus chez les derniers Thotiens. Un peu moins dans les coalitions jadis en étroite collaboration avec ces populations. Mais partout, oui partout, on sut apprécier la nouvelle, qu’elle soit bonne pour les uns, mauvaise pour les autres…

Cette missive commençait ainsi :

_______________________________________

Hommes et femmes de la galaxie,

C’est moi, Mablane, qui vous envoie ce message. Chez certains commandants, j’en suis persuadé, ce nom vous dit quelque chose, vous rappelle quelqu’un. Ce nom éveille en vous des souvenirs plus ou moins enfouis. C’est pour eux que j’écris aujourd’hui. Vous autres, innocents de la sombre époque qui régit notre galaxie actuelle, sachez seulement que rien n’est éternel. N’allez pas plus loin, c’est inutile.

Cela fait donc précisémment un mois ETU que je n’ai pas donné signe de vie. Aucun contact, aucun signal, aucun message. Rien. Le Néant. Toutefois, la raison de ce silence existe. Elle est même double.

Ce n’est pas parce que j’étais las, fatigué ou impuissant, Ce n’est pas parce que je voulais me reclure, partir ou vivre en paix, Ce n’est pas parce que la guerre m’avait tuée, Ni même parce que le désespoir m’avait gagné,

Mais parce que j’aimais deux merveilles. Parce que je les aimais, je les aime et je les aimerai toujours :

Ma terre natale, Et mon âme sœur.

Delphine, Et Isis.

Mon passé, Et mon futur, Que j’ai voulu rassembler dans le même présent.

Oui. Il y a désormais 30 jours ETU que je suis parti en quête de cette planète magnifique. Lorsque j’ai reçu l’avertissement de Thot, mon vieil ami qui est mort depuis longtemps déjà, je n’ai pas attendu. Je me suis précipité vers Elle, Delphine, avec Elle, ma perle d’Isis.

J’ai longuement cherché, à travers étoiles et planètes. J’ai longuement fouillé, au fin fond de la voie lactée. Et j’ai trouvé. Je L’ai trouvé. Elle était là, devant moi, identique à celle de mes souvenirs d’enfance. C’était la même. Exactement la même, avec son océan Delphial, ses terres Olices et sa lune Oliode… Elle était superbe.

Seulement voilà… Delphine, ainsi que les autres planètes environnantes de la République Interstellaire Mablanéenne pré-apocalyptique, étaient déjà en la possession d’un autre commandant. Je me suis donc contenté de vivre quelques temps sur la planète qui m’a vu naître, en toute clandestinité. Les anciens, qui ont connu le passé de la civilisation Delphéenne, m’ont accueillis les bras ouverts dans leurs modestes demeures. Ils m’ont caché et m’ont montré ce qu’était devenu la terre dont j’avais été, il y a fort longtemps, le président incontesté.

Enivré par l’air unique qui émanait de l’atmosphère, je ne pouvais partir comme un sain d’esprit aurait du le faire. J’ai donc vécu auprès de ma douce et tendre Isis, dont l’amour fusionnel ne pouvait nous séparer. A l’écart de la vie politique, des médias et de l’hypocrisie, nous fûmes heureux et accomplis. 9 jours ETU après notre arrivée, d’ailleurs, une enfant adorable naquit de notre union.

C’est elle, jeune et insouciante, qui me ramena à la réalité : la vie de la galaxie et de ma République continuaient, et il ne fallait pas abandonner le poste que le destin m’avait confié. Il ne fallait pas agir en égoïste, et je devais m’en retourner immédiatement sur la scène politique. Mon peuple m’attendait, ainsi que ceux de mes coalisés.

J’ai donc pris une décision difficile. C’est pourquoi, aujourd’hui, un jour ETU après la naissance de ma fille, je reviens à la tête de Panunivers avec une ardeur renouvelée et des objectifs bien arrêtés. C’est pourquoi je reviens, tandis que ma famille reste cachée et protégée de la guerre et des vices. C’est pourquoi, également, je vais entamer dès maintenant des discussions diplomatiques afin que Delphine et les autres planètes me reviennent de droit.

Je vous salue donc, anciens et nouveaux commandants de la galaxie Origine, et vous souhaite de vivre selon vos choix, et non selon ceux des autres.

Puisse l’avenir vous être charitable !"

_______________________________________