Spleen

De Apocalypsis
Aller à : navigation, rechercher

Ca date d'il y a deja quelques années...dans les bas fond d'une planete dont l'histoire n'a pas retenu le nom.Dans le plus grands bordel de la ville, la pute la plus en vue venais d'avoir un gosse...avec l'attirail de contraceptifs existant, on peut dire que les excuses n'étaient pas legions. Elle fut bien sur viré, et se retrouva sur le trottoir.

Les premiers jours furent difficile, la rue été un veritable charnier, et on risquait vite de se retrouvé en haut du tas de cadavres, aussi fit elle l'acquisition d'un pistolet a impulsion.

Les années defilerent, le temps emporta avec lui la beauté de la fille,ainsi que son oeil droit, les clients se fesaient rare,et ceux qui voulait se faire une estropié n'été pas vraiment sain, elle ne comptait plus le nombre de fois ou elle avait dû tué un client.

Elle decida de confié l'enfant a un ordre religieux nommé les fils du vent. L'enfant, nommé Spleen, fut elevé sur un asteroïde-monastere.

La vie y été rude, et le temps ne semblait pas existé entre les murs d'ebonite du monastere, aussi, quand un representant de la federation dut accosté l'asteroïde pour examiné son vaisseau, Spleen ne se fit pas prié.

Il passa dix ans sous les ordres du militaire, il devint rapidement une veritable machine a tué, n'hesitant pas a se mettre au premier rang, a massacré ses adversaires a grands coups de blaster et de nano-lames. Il se fit rapidement un nom; ses superieur" le nommé "la tornade", ses ennemis la "bete".

Il fut decoré bon nombres de fois mais ne vint jamais au ceremonie.Il y avait toujours une guerre qui l'appelait dans la galaxie, et dix ans durant, il tua, avec n'importe quelle arme, parfois meme avec les membres de ses camarades mort, peut lui importé la maniere, seul compté le resultat.

Vint le jour ou il eu des hommes sous ses ordres, il eu le droit de les recruté lui meme, selon ses criteres, il rassembla les pires bouchers de la galaxie sous son commandemments, la horde été née. Rapidement il trahit ses superieurs, realisant ce que l'on nomme aujourd'hui le coup de Spleen.

Convoqué pour un briefing, il tua a la sarbacane (arme en bois primitive refractaire a touts les detecteurs) le chef de la base, recupera les armes sur les cadavres, prit le contrôle des armurerie,acheta une compagnie de mercenaires grace a un reseau electronique mit en place au prealable, attaqua les places fortes de la planete, prenant possession de celle ci et de la flotte planetaire.

Il acheta bon nombre de mercenaires grâce a son tresor de guerre, s'arma en consequence, fortifia la planete, et decida qu'il été temps de s'amusé...

15 ans, 15 ans de pillages, de meurtre, de viols, de conquetes, de sang, 15 ans de larmes, de haine, de violence, de cri d'agonie, 15 ans de neant au bout du compte...

L'apocalypse mit fin a tout ca, dans son bunker, coupé de tout lien avec l'exterieur, ses mercenaires organiserent une mutinerie, il reussi a s'enfuir de justesse, et avec quelques fideles, s'en alla vers l'unique chaine de montagne de la planete...

Isolé, lui et ses compagnons durent vivre presque comme des sauvages, de chasse et de ceuillettes...la, il pensa a son defunt "empire", il pensa a l'echec que fut la horde...

Il s'entraina a tué en silence, armé de silex taillé, et seul, entierement nu et recouvert de glaise, il s'infiltra dans la forteresse principale de la planete, la il tua les capitaines de la horde, les egorgeant dans leurs sommeil.

Il reprit le controle de la planete rapidement, grâce a l'aide de ses compagnons d'infortune qui s'été eux aussi infiltré dans les autres base de la planete, il retablit les communication extra planetaire, relanca l'industrie mondiale, fit de l'economie une priorité, et avec ses excedents, se constitua une modeste mais rapide flotte d'attaque, il pilla quelques convois marchands, posta quelques vaisseaux en orbite, attaqua les planetes voisine a grands coups de kamikazes, et se prepara...



1ere epoque: Le bon temps

Sur une lointaine planete, dans un certain systeme....


Palais Gouvernemental, salle du trône.

-"Hierarque Zahon, puisque je vous le dit..." -"Enfin, c'est insensé, le chef de la garde pretorienne du Tres-Haut ne sais pas ou il se trouve! Si j'étais seigneur je vous..." -"Vous n'etes pas Seigneur" repliqua une voix dans le dos du Hierarque."Neammoins, j'aimerais bien savoir ou est passé le Tres-Haut... -"Aths, allez detaché Luxury..." -"Mais, Hierarque....." -"tu prefere allé toi meme a Zakhna?" -"j'y vais Hierarque"...

Zakhna, bar "La derniere chance".


"C'est le troisieme client qu'il me flingue", se dit le tavernier, "Et cette bande d'abrutis n'arrete pas...."

-"Mais puisque j'te l'dit pauv' con!" -"Ca m'etonnerais que le Tres-Haut sois l'espece de trou du cul en face de moi, la plupart du temps, un commandant ne pue pas la vignasse et la sueur a trois kilometres..." -"Ta gueule" -"Oh le seigneur est vexé!" -"Ta gueule ou j'te tue!" -"c'est pas parce que t'as tué trois neo-junkie que tu me flingueras...j'ai la tete froide moi..." -"Oh et puis merde..."

Le geant effectua un demi tour et se leva, son bras decrivant un arc de cercle qui s'acheva sur le cou du malheureux, maintenant soulevé a un demi metre du sol cradingue du bar.

-"Je te broie le cou ou je te roue de coup infâme sac a conneries?"

La reponse prit la forme d'un crachat.

-"Je te broie le cou"

Un craquement a faire hurlé les morts brisa le relatif silence de la salle, qui avait cessé toutes formes d'activités pour observé le geant.

Le patron du trocquet s'approcha, un fusil a impulsions pointé vers le tueur.

-"Ca fait quatres mort en deux heures, sortez ou j'appelle la garde..."

Plusieurs clients senfuirent illico, par precaution, la garde été une force armée des plus redouté dans la sale ville de Zakhna....

-"La ferme, lache ton petoire et vas plutot me servir un nouveau verre de ton huile de vidange..." -"C'est du veritable vin terrien!" -"Ca marche pas avec moi, mais j'en veut bien un autre verre, de ta piquette...et tu devrais savoir que le vin terrien chiffrais pas 65°...

Mercantile dans l'âme, le barman finit par obtemperais, quand son fusil fut broyait en deux par les enorme paluches du "monstre", et qu'une antique lame-fusil chatouillait son menton...


trois heure plus tard...

"Vous..v...voous fermé deja?"

Au centre de ce qui fut "La derniere chance", le geant, totalement saôul, defoncé, avec tout ce que pouvait proposé ce pauvre bar, son épée fusil a bout de bras,été en train de se payé le pire trip de la Galaxie...

"WOUHOU"

Bing Bang Boum, en un instant une raie de lumiere jaillit de son arme, pulverisant les trois membre de la garde alerté par le voisinage...


Porte Nordde Zakhna, Une heure plus tard


Luxury ne parlait pas. Le maitre lui avait dit qu'il devait trouvé le maitre du maitre, il prenait la voie la plus direct, en consequence une tranchée de cinq metre de large traversait les immeubles derriere lui...Luxury n'avait que faire de la "facon", seul lui importait la "solution"...

Il finit par le trouvé, au milieu d'un quartier recemment en ruine, a en jugé par les cadavres encore frais....

-"De la biere!J'veut d'la biere! et un fix! de suite!" -"mais, puisque je vous dit que je suis courtier en assurance..." -"Tant pis pour toi..." -"Non!!ne me tuez pas! Je vous en conjure!" -"Ca veut dire quoi conjure?"- -"....." -"Beurp." le bruit de l'explosion resonna dans tout le quartier.

luxury devait ramené le maitre du maitre a la maison, par tout les moyens, son petit cerveau comprit rapidement que le maitre du maitre ne se laisserais pas faire, il decida donc de le neutralisé, son ordre n'indiquait pas en combiens de morceaux il devait le ramené...

Il decida de se laissé tombé sur son objectifs, ses cinq tonnes ferait le travail...

-"Putain elle est grande cette ombre...et ca va pas en s'arrangant...MERDE!"

Demi tour, bras levé, pression du pouce....explosion...

-"Putain mes fringues,degeu son sang..."

-"Bon...Je rentre..."


Palais Gouvernemental, salle du trône.


-"Il dort" -"Et il ronfle..." -"Chut! le Tres-Haut pourrait vous entendre!" -"Vu son odeur et son analyse sanguine, non...il a bu pour un regiment..." -"hhhmm...n'empeche que c'est le Tres-Haut" -"Appelez moi Spleen" retorqua l'interressé, affalé sur son trône..."Eh! toi la!" -"Moi?" repondit le hierarque. -"Ué toi! apporte moi des fringues!Et fissa! -"Mais, vous ne pouvez pas me traité comme un valet de chambre, enfin je..." Une explosion suivit d'une tornade de sang l'interrompit, la moitié de son corps tenait encore debout, l'autre se trouvait sur les murs et occupants de la pieces... -"Un autre abruti veut contesté le Tres-Haut?" -"Je vais vous cherché des vetements dit un garde de faction" -"Cool, te voila Hierarque, et change toi, t'as d'la cervelle sur ton armure..." -"Oui Tres-Haut"






-"Le conseil de l'Alliance Azur est ouvert." -"C'est qui qu'a trouvé ce nom???" -"Hierarque Zatharsta Tres-Haut" -"Sa seigneurie le Tres-Haut!... fils de chienne" -"Oui...Sa seigneurie le Tres-haut..." -"Quoique Archiduc du Destin c'est pas mal aussi..t'en pense quoi Druss?" -"Ah ouais ca tue!"

"C'est n'importe quoi" se dit Zatharsta,"Druss, un simple garde , devenut Hierarque pour avoir proposé de ramené des vetements a Spleen...Le noble hierarque n'en pouvait plus, pour un homme issus de la caste des guerriers, c'été un veritable affont...et Spleen le savait. Une catin de Zakhna venait d'etre promut "Ministre de la joie", ce qui consistait a faire construire des maisons de passes sur toutes la planete, tout ca payé par le gouvernement, et inauguré, evidemment, par Spleen..et en "grandes pompes", bien sur...


-"Bon, passons a ce leger detail la...l'insurrection de la megalopole nord..." -"Les rebelles ont fait l'acquisition d'une demi douzaine de bases Atomique, ont prit possession de la grande majorité des faubourgs de la ville et.... -"Mmmmouuaaaaiiiss...faite moi bombardé la zone pendant...hm, disons quatres jours, non-stop..." -"Mais...c'est la megalopole nord! le refuge des vieilles familles noble..." -"Rien a foutre sac a merde, bombarde je te dit!" -"Mais, enfin! c'est insensé! la fine fleur du pays decimé parce qu'elle a osé se dressé face a un pouilleux tyrannique!" -"Druss..." -"Oui..."

Le sifflement de la hache laser resonna longtemps dans les couloirs en titannium adjacent a la salle...

-"D'autres candidats?"

Silence.

-"Bien, reprenons..."




5 jours plus tard

-"Merde Spleen, c'été le dernier Hierarque..." -"Oh ta gueule Druss, et remet moi un peu de ta super dope la. -"Ouais...n'empeche qu'on devrais envoyé une navette de sauvetage dans la megalopole nord, histoire d'en ramené une trentaine pour te conseillé..." -"Bon d'accords, mais en echange tu vas toi meme conduire la flotte des demain, pour allé me rasé c'te ville de merde..." -"Ok...On vas voir la ministre de la joie?" -"Rectification, JE vais voir la ministre de la joie.."


Une semaine plus tard.

-"Bienvenue dans le palais de sa seigneurie le Tres-Haut.Sa seigneurie vous attends dans la salle du trône."

Les nouveaux Hierarque se dirigèrent vers la salle du trône a une vitesse effarante..."Bande de lâches." se dit Ivs, le decurion chargé de les recevoir.

Les portes de la salle s'ouvrirent devant les hierarques, devoilant une immense piece tout en pierre taillé.

Des gigantesque Braseros en ebonite disposé en intervalles reguliers brisait la monotomie des murs, crachant de temps a autres la graisses des anciens Hierarques.Un tapie fait de la peau du conseil qui dirigait l'Empire avant la prise de pouvoir de Spleen indiqua le chemin aux Hierarques jusqu'au trone du dirigeant, une monstruosité de carcasses de vaisseaux et de lave refroidit...Pour voir dessus un geant crasseux vetu de cuir et armé d'une antique lame-canon...Un groupe disparate l'entouré, ce que l'ont appelé le cercle interieur, les proches de sa seigneurie...*

-"Bienvenue.", La voix fit sursauté les freles aristocrates, une voix de guerriers, une voix qui pouvait etre chargé de menaces... -"Vous me connaissez deja, alors laissez moi vous presentez les autres membres du Haut-conseil; A ma droite, c'est Skar, le chef de ma garde pretorienne, derriere lui, C'est Druss, ancien Hierarque recemment promût chef de la grande armée du nord, mais vous le connaissez deja...a ma gauche, c'est Lucia, ministre des plaisirs, a coté, vous pouvez voir Snikk, chef des ombres, mon reseau de...euh...boarf, disons le...espion, et aussi assassin a l'occasion, et enfin, le clou du spectacle, je vous presente Luxury, que mes chercheurs ont recemment cloné a partir de ses restes, dit bonjour Luxury! -"BRRRROOOAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAR!!!!!" -"C'est bien, gentil fifille...quand a vous, comme vous le savez deja, vous serez mes hierarques, c'est a dire mes conseillé, fidele et devoué comme il se doit.......




"Pas mal les nouveaux..." -"Ben ecoute ma belle, aucun n'est encore mort..." -"Oui, s'en est surprenant..." -"Ca t'as plut?" -"De quoi? qu'il reste en vie? -"Non, tout a l'heure.." -"Oh! oui, mais tu est vraiment une vrai bete, au debut ca m'as fait mal mais.." -"au bout du compte ca t'as plut, je sais, vous disez toutes ca..." -"Monsieur est un vrai connaisseurs a ce que je voit... -"Monsieur en veut encore.." -"Hmmm...sa seigneurie est elle infatiguable?"


trois jours plus tard.

-"Je dit que vous devriez...." -"Bohh les affaires de gouvernement tu sais..." -"C'est important, vous serez connut des hautes instances de cette galaxie, et ce n'est pas rien...." -"Tu sais la recconnaissance d'une bande d'intellos coincés..." -"Oh! mais enfin, nous parlons de l'Assemblée Galactique! Nous parlons de la planete Newdeun! -"Ouais ouais..je sais, c'est super important qu'on connaisse ma trogne....T'en pense quoi Lucia? sympa ta robe au fait.." -"Oh merci, mais je pense que tu devrait y allé..." -"Et pourquoi?" -"Beeen....ca ferait un voyage, et puis les boutiques doivent etre fournit par la bas..." -"Tssss....les femmes..." -"Snikk?" -"Je pourrais y etablir un reseau, histoire de nous tenir informé..." -"Druss?" -"Ya d'bons rade dans c'bled?" -"Je pense Druss, je pense..." -"J'suis pour alors..." -"Skar?" -"Vous devriez, c'est quelque chose que tout bon commandant se doit de faire une fois dans sa vie, L'Assemblée vous permettra d'etablir des relations..." -"Bon, je m'incline, Nous partons dans une semaine, Luxury, tu assureras la regence..." -"?????" -"Mes chercheurs lui ont injecté une partie de ma conscience..." -"Aaaahhh...." -"La debat est clos, bonne soirée...Ah Lucia! Je doit vous parlé d'une affaire de la plus haute importances.....




Ils finirent tout de meme par y allé...Le vaisseau put enfin etre réparé, et la petite congregation grimpa a bord.


Le sas de decompression succeda a un grands hall d'ou partaient trois corridors.


-Spleen:"Bonjour pilote, peut tu nous indiqué nos quartiers?" -Pilote:"Le couloirs a droite Tres-Haut, a gauche, vous trouverez l'infirmerie, l'armurerie, ainsi que les reserves, et en face se trouve les dortoirs et le mess des soldats, ainsi que ma cabine et le poste de pilotage." -Spleen:"Bien...Ne perdons pas de temps...nous y allons tout de suite!" -Pilote:"Bien Tres-Haut"


"Nous y sommes" pensa Spleen...l'assemblée Galactique...Les couloirs menant a la salle principale de l'Assemblée semblaient infinis...


Suivit du cercle interieur, ses soldats étaient resté a l'exterieur, sa Seigneurie le Tres-Haut avancait rapidement, Son canon-Lame battant contre sa cuisse.

Il rentra presque par hasard.Il avait la tete ailleurs, a moitié absent..."Merde, rolalah...ils sont nombreux, et ils me regardent tous..."

lissant les plis de sa cape rouge impeccable, porté pour l'occasion par dessus une armure noire antique ornée de runes, Spleen se dit qu'il passait franchement pour un con...."Oh et puis merde!"

-Spleen:"Salut a vous!commandants! Je suis Spleen,et chez moi, on me nomme Tres-Haut!Je vient de loin pour vous saluez, commandants d'Origine! Sachez que je ne serez pas le plus fin des diplomates, ni le plus ardent des debateurs, neammoins j'espere pouvoir apporté ma pierre a l'edifice nommé Origine, et que plus tard, quand mon corps auras rejoint la poussiere, nos ancetres se souviennent de mon nom comme de quelqu'un d'actif! "

Il marqua une pause, juste le temps de pensé un peu...

"merde! t'es un putain de génie mon gars!" Spleen n'en revenait pas de son discours, les mots avait jaillit litteralement de la bouche, cascade de politesse insoupconné. "Si ma pute de mere savait ca! son fils a l'a Assemblée Galactique!"

"Bon, passons aux choses serieuses..."

-Spleen:"Sachez aussi que je ne suis pas un tendre, et que mon sang s'enflamme comme un feu de foret en été! Je ne laisserais personne nuire d'une maniere quelquonque a mon modeste Empire, et j'ose esperé que nul ne feras l'erreur de me manqué de respect"

Il se tut, droit et fier. une sentation quasi orgasmique parcourait son cerveau...la fierté.. la fierté d'etre la, de s'etre depetré des bas-fond de sa ville pourri grâce a sa mere, la fierté d'avoir reussi a echapé a la vie monastique des fils du vent, celle aussi d'avoir servit sous les ordres de la Federation, pour finalement devenir un boucher interplanetaire...la fierté d'avoir survecut a 15 ans de ravage, au meprit de toutes les institutions....mais encore plus que tout ca, la fierté d'avoir remonté la pente apres l'apocalypse et d'avoir reussi a faire quelque chose de different, d'avoir reussi a Gouverné, avec plus ou moins de sagesse...Spleen se sentait en train de changé, et ce n'été pas forcement deplaisant...

-Spleen"J'espere avoir été clair, et c'est sur ces mots que je vous quitte..."




Le vaisseau filait a tout allure vers l'espace, sa carapace fremissant au contact de l'atmosphere

-Spleen:"Tu pense que j'ai été bon?" -Druss:"Tu as été parfait" -Soldat:"Tres-Haut, nous avons un message en provenance de notre capitale." -Spleen:"Ouvrez moi une interface" -Soldat:"Tout de suite seigneur!"

L'interface apparut devant Spleen...Une vision d'horreur lui eclaboussa les yeux...Spleen été un dur, un guerrier qui avait passé une bonne partie de sa vie dans les bas fond...mais la...

Un soldat des troupes d'elite de Spleen apparut a l'ecran, son uniforme noir recouvert de sang et de viscere

"Venez....vite..(le soldat pleurs)...il a tué toutes la brigade...tous mort...dechiqueté...et...et...les femmes.......(le soldat arreta de pleuré, et releva son fusil a impulsion)..il arrive....je l'entends...RAMENE TOI FILS DE PUTAIN!...je vais les vengé...et meme si je doit y passé, j'espere lui detaché le plus possible de membres..."


Le soldat s'eloigna de la caméra, le fusil en joue, il traversa la salle du trône en ruine, et se mit en position derriere une table en titanium renversé, il semblait resigné, innebranlable, fort....Un cadavre vient traversa le champ de la caméra, lancé avec tellement de force qu'il s'empala sur un pied de la table, le soldat tressaillit, et enleva la securité de son arme...

Luxury jaillit, litteralement. Du haut de ses quatres metres il pulverisa la table, arrachant par la même occasion une bonne partie du carrelage d'ebonite^, le soldat sauta en arriere, l'exo-squelette de son armure aidant, il se retablit parfaitement 8 metres en arriere...et fit feu. Le fusil a impulsion delivra son deluge d'energie pur en une rafale ultra rapide de deux secondes...le rayon perfora le ventre de Luxury, le traversa et continua jusqu'a sortir du champ de vision... Un grognement terrifiant sortit de l'interface, l'enorme bete sauta en l'air, s'aggripa au plafond...et le fit s'ecroulé...l'etage superieur, ses a dire les quartiers du Tres-Haut, s'effondra sur ce qui fut la salle du trone...

L'image tressauta, disparut, puis se retablit...un champ de ruine, avec en arriere plan, la cité haute de la capitale...les ruines se mirent a "vibré", l'interface retransmit un bourdonnement. Une lueur rouge s'echapa d'entre les decombres, puis l'ecran se teinta integralement de rouge, rouge qui s'estompa jusqu'a disparaitre.....

Luxury dominait la ville, la scene parut se figé quelques minutes...puis la bete se retourna et dit:

"Je t'attends fils de pute!"

Elle avait la voix de Spleen.


Spleen eteignit l'interface, puis se tourna vers Druss.

"vas me cherché le chef des labos..."


-Spleen:"Vous lui avez injecté quelle pourcentage de mes genes? -Chercheur:"75 pour 100..." -Spleen:" hum...la prochaine fois on prendras un de ses HGM la que j'ai vu au marché...


Le vaisseau se posa a l'ecart de la piste principale, Spleen sortit en premier suivit de Druss et de Lucia, qui avait tenu a etre la....

Spleen arma son canon-lame, et se dirigea vers les restes du palais...




Chaos.

Destruction.

Mort.


Tout en essayant de faire le vide dans sa tete, Spleen escaladait le pan de mur a demi detruit.Il savait ce qu'il y avait derriere, mais c'été le seul moyen.Arrivé a mi-chemin, il verifia une derniere fois que son canon-lame été bien a puissance maximal sur faisceau reduit.D'un revers de manche, il essuya les goutelettes de sueurs qui parsemait ci et la son front.


Il avait peur.

C'été aussi simple que cela, le mal au ventre, les nausées qui l'assaillait, les tremblements...la peur, la peur de mourir, et la peur de perdre Lucia....il se ressaisit, puis resta immobile, completement ahuri parce ce qu'il venait de pensé.

"Foutre! voila que je tombe amoureux! d'une putain en plus..."

C'été une sentation nouvelle, et il se dit qu'il ne parviendrais certainement jamais a s'y habitué...Il se sentait faible, il savait tres bien qu'aimé été une faiblesse, une faille beante sur une armure qui se voulait incassable...l'amour entraine la peur d'etre separé de l'autre, et la peur entraine l'incertitude, qui entraine cette putain de seconde qui fait qu'on hesitera, et qu'a ce momment la, vous serez foutu, parce que dans cette univers, une seconde d'hesitation, c'est deja bien trop....


"Surtout quand on a affaire a une bete qui possede votre conscience et des cellules regeneratrices..."

il acheva l'escalade, et a moitié dissimulé par les debris de ce qui fut une statue, il se mit en position de tir, visa et tira.


Luxury reflechit.

Il savait que Spleen viendrait, c'été dans sa nature, de dansé avec la mort...il savait aussi qu'il l'aurait en traitre, parce que bien que courageux, le commandant n'été pas totalement stupide, la seul chose qu'il ne savait pas, c'été par ou il viendrait...

Il arpenta une enieme fois les restes de la salle du trône...

"Ca se passera ici, si il vient me cherché, autant que je connaisse le terrain"

Il se prepara mentalement au massacre qui s'annoncait avec delice quand une douleur fulgurante explosa dans son dos...



-Luxury:"Fils de rat, dans le dos hein!" -Spleen:"Vas t'faire mettre et releve toi, j'ose esperé que tu crevera en combattant, histoire de faire honneur a mes genes...."

"Le con" pensa Spleen. Il s'est relevé, alors qu'il avait utilisé toutes l'energie de son canon-lame...

Le Tres-Haut sauta et atterit a dix metres de Luxury, lui fesant face...il fit un moulinet avec son arme et hurla:

"Approche! je vais te transformé en tas de viande!"

Luxury arqua ses deux jambes, ecarta ses bras et d'un mouvement rapide et precis, la bete se propulsa vers Spleen, le heurta, et d'un meme geste, le prit entre ses deux bras qui semblait se moqué ouvertement de touts principes de proportions...

Spleen etouffa un cri de douleur, ses cotes lui fesaient atrocement mal, il ne pouvait plus bougé, il avait du mal a respiré, et il entendait des craquements inquietants...

"D'abord je vais te bouffé la tronche petit a petit, puis quand il ne restera plus ton visage et que tu seras a vif, je t'arracherais les parties et je te les ferais bouffé, et ensuite..."




Druss en avait marre.

"Reste la Lucia, je le rejoint"

Sans plus attendre, le guerrier, sa hache a la main, courut vers le palais, fesant fit de toutes tactiques.Son ami était certainement en danger, il allait l'aidé.

Pour lui, la vie étaiton ne peut plus simple. Il arriva dans la salle du trône, et s'arreta un instant. Son maitre, et ami, était immobilisé par cette "chose" grotesque. Il avanca silencieusement, et quand il fut a distance, il abbatit sa gigantesque hache sur la nuque de la bete.



Luxury lacha prise. Il ne se souciait plus de rien, a part la douleur qui vrillait sa tete. C'été la deuxieme fois qu'on l'avait par derriere, il jura interieurement, et aveuglé par la souffrance, il entreprit de battre l'air des mains, en attendant que ces cellules regeneratrices fassent leurs boulot.


"Il faut l'achevé avant qu'il ne se recompose"

Alliant le geste a la parole, le commandant effectua un gigantesque arc de cercle avec son arme qui alla s'achevé dans la face du monstre. Le sang coulait a flot, et le nez et une partie de la joue avait été arraché par l'impact du coup. Tout en hurlant de rage, Luxury mit un genoux a terre, quand un second coup de hache fracassa son crane... Face contre terre, la bete encaissait les coups l'un apres l'autre.

Au bout d'un momment, la douleur fut remplacé par un etrange engourdissement, qui ceda devant un magnifique sentiment: Celui de la delivrance. Luxury ne souffrira plus jamais.



2eme Epoque: Desespoir et chiens de guerre




La souffrance martelait l'interieur de son crâne sans cesse. A chaque secondes une tempete de douleur ecrasait son systeme nerveux, et des larmes brulante creusait des sillons temoins de son malheur sur ces joues crasseuses.


Plus rien ne comptait a part son desespoir, il ne voulait plus parlé, plus vivre, plus ecrire, plus lire, plus boire ni mangé, l'avenir n'existait plus, le passé n'importait plus, le present semblait etre une chimere inventait par un fou et meme la mort ne le tentait plus. Il ne pensait plus qu'a une personne, la seule personne a qui il avait réélement tenu, la seul personne a l'avoir accepté dans son lit sans une grimace de degout, la seule personne avait qui il a rit comme il a rit, la seul personne qu'il a aimé, qu'il aime, et qu'il aimera.


Il hurla. Le long gemissement de douleur jaillit de sa bouche comme les quatres cavaliers de l'apocalypse, et, d'un bond, il se jeta contre le mur, frappant avec sa tete les briques de titanium, le sang se melant aux larmes et a la sueurs. Il finit par tombé, terrassé par une douleur physique, mentale, et plus encore. Celui qui disais n'avoir peur de rien n'essaya meme pas de se relevé, et face contre terre, il se noya dans un ocean de souffrance, bercé par des vagues de douleurs dont l'ecume venait s'echoué sur une plage de neant.

Les jours s'enfuirent, dans sa tete, toutes notion de temps avait disparu. Les heures se succedaient et c'été sans importance. Pour lui, le monde se limitait a cette grande salle plongé dans les tenebres, plus rien n'importait. Il avait perdu tout sens de la realité, realité qui ressemblait plus a ses yeux qu'a une vaste piece de theatres ecrite par un fou, et joué chaque jour par des debiles sans gouts... Une seule personne comptait, et elle n'été plus la.


Lucia été morte.


Druss était inquiet. Ca fesait trois semaines que le Tres Haut été barricadé dans la salle du trône. Trois semaines que Druss, avec l'aide des hierarques, tentaient de rattrapé la situation. Lucia avait été assassin par son ancien patron et amant, le chef d'une de ses mafias qui pullullaient dans les bas quartiers.


Dans un momments de rage, Spleen avait fait atomisé toutes la zone, et executé les gardes chargé de la protection de sa bien aimée. Apres ca, tout ceux qui avait osé emmettre une remarque furent empalé devant le palais, et peu a peu la planete s'été changé en un gigantesque champ de ruine parsemait ci et la de ville. La population mondiale avait été reduite a 10 pour 100 de son effectifs normale, des equipes payé a prix d'or été actuellement en train d'eradiqué les radiations qui fesait des milliers de morts chaque jours, et Druss avait reussi a faire venir des volontaires pour repeuplé la planete desolé.


Des chercheurs pendant ce temps mettait au point un vaste programme de reconstruction, pendant que le Tres Haut, conscient du danger qu'il representait pour son propre Empire, s'été barricadé dans la salle du trône, seul, avec ses demons.

Meme si la situation tendait a s'amelioré, le guerrier savait que les problemes continuerait a pointé le bout de leurs nez avant un bon bout de temps. Le risque d'insurrection planetaires était en hausse constante, et l'integralité de la milice avait prit le maquis, barricadant leurs base pour protesté contre la folie du dirigeant planetaire. Actuellement, six legions de mercenaires se dirigé vers le Quartier Général de la milice, et Druss dut se retenir de ne pas pleuré la mort imminente de ses valeureux miliciens, qui été encore il y a peu de temps sous ses ordres. Fermant lentement les yeux, il se prepara a affronté un nouveau concile, annonciateur d'une platrée de mauvaises nouvelles.


L'homme été vetu d'une simple robe noire, se fondant a merveille dans les ombres de la nuit. Regardant la gigantesque tours-horloge, l'homme se rendit compte que cela fesait 6 heures que la nuit avait etendut son manteau d'ombres. "Il est temps" se dit il.

Il se dirigea vers un petit batiment adjacent au palais, et ressortit au volant d'un vehicule motorisé individuelle. Filant a pleines vitesse sur la route de neo-asphalte, sa robe flottant au vent, l'homme si dirigea vers les faubourg de la cité en ruine, plus precisement vers l'astro-port.

Il se gara a proximité, et assis sur le capot de son vehicule, il etudia la situation.

Le terrain ne comportait qu'une seule entrée, gardé par douze centurie de gardes d'honneurs, le plus redoutable corps d'armée de la planete.Le reste de l'astro-port été cloturé d'un mur de titanium entierrement lisse, haut de 100 metres, et comportant des miradors tout les dix metres, armé de batterie de plasma capable de pulverisé tout un escadron mecanique d'elite.

Il fallait passé de front. Il n'y avait pas d'autres moyens. Il retourna dans son vehicule, alluma le contact et fonca vers l'entrée, ses deux canons a impulsions crachant leurs deluge de laser surchauffé.

Arrivé a portée de tir, il lacha l'unique dose de super-carburant qu'il avait. Plaqué contre son siege, ne controlant meme plus son vehicule qui se contentait d'allé tout droit, il dut se resigné a regardé le scene impuissant, en attendant que la dose soit epuisé. Le vehicule se propulsa d'u coup a deux milles kilometre heure, reduisant en charpie une dizaine de solda, les autres projetaient ci et la par le souffle créé par la vitesse. L'engin depassa les decuries, traversa un entrepot et se retrouva sur les pistes ou s'alignaient des navettes de toutes tailles.


La dose s'epuisa apres avoir explosé deux navettes; reprenant le contrôle de son vehicule, le conducteur fila plein gaz vers une petite navette entierement blindé et armé. il sauta de son vehicule, celui ci continua sa route et allé s'ecrasé contre le mirador le plus proche qui explosa; il ouvrit la navette avec la recconnaissance d'iris, et alluma les commandes. Il se retourna rapidement et vit q'une escouade de kamikazes foncait vers lui. Les reacteurs s'allumerent d'un coup et a pleine puissance, reduisant en cendres l'escouade de pilotes fanatiques qui allait s'ecrasait contre lui.


Le petit engin fila vers le firmament, poursuivit par deux vaisseau lourdement armés. Trop rapide pour les navire de guerre, le petit vaisseau les depassa, mais le pilote savait qu'il allait devoir faire fasse au plus dur. Les tirs ioniques frolerent la carcasse de l'engin, les voyant s'allumerent tous en meme temps.


L'homme en noir chargea une rafale de ionique, et effectua un looping tout en tirant. Les deux vaisseaux recurent la salves en pleins dans le coeur de leurs carcasse, il brillerent un instant dans l'atmosphere et exploserent. Le vaisseau sortit de la couche d'ozone et continua sa route tout droit, en plein dans les abîme de l'espace.



-Soldat:"Seigneur regent! reveillez vous!" -Druss:"Qu'y a t'il?" -Soldat:"La navette personnel du Tres-Haut vient d'etre volé!" -Druss:"Quoi? c'est impossible!" -Soldat:"Je vous le jure seigneur, a l'instant meme!" -Druss:"Je vais prevenir le Tres-Haut"

Ne prenant meme pas la peine de se vetir, le guerrier se dirigea vers la salle du trône, puis, arrivé devant, s'immobilisa.


La porte été grande ouverte, et la lumiere allumée.

La salle été vide.




L'amiral loucha.

"Mais que diable voulait donc cet espece de geant?"

-Amiral:"Je vous le repete pour la derniere fois, vous ne trouverez rien d'interressant passé la ceinture d'asteroïde" -Spleen:"Laissez moi passé. De suite." -Amiral:"Bien, si c'est ce que vous desirez..." -Spleen:"Merci."

Le geant s'ecarta de l'Amiral et de ses soldats, et se dirigea vers sa propre troupe garé a l'autre extremité de la piste du gigantesque vaisseau.

D'un signe de la main, il ordonna a ses soldats de remonté a bord de leurs vehicule, grimpa a bord du siens, et la petite escadre fonca droit vers la ceinture d'asteroïdes.

"Pauvre fou" pensa l'Amiral."Tes mercenaires ne te sauveront pas des detraqués qui se trouvent au coeur de la ceinture d'asteroïde..."


-Soldat:"Amiral, pourquoi lui avez vous demandez de ne pas y allé?" -Amiral:"Tu ne sais pas ce qu'il y a la bas?" -Soldat":Mes compagnons de chambrée parlent d'une armée renegate..." -Amiral:"Et ils n'ont pas tout a fait tort...voit tu, la ceinture d'asteroïdes n'est qu'un vestige des temps anciens...A l'epoque, a cette endroit meme, se trouvait une planete, capitale d'un empire dont l'histoire n'as retenu que sa demence. On raconte que les dirigeants furent detruit par une espece d'ordre religieux garant de l'ordre et de la morale..." -Soldat:"Je pense que ce sont des sottises..." -Amiral:"Quoi qu'il en soit, les gens qui vivent la bas sont bel et bien fou..."



La flotte s'ecarta, pour laissé passé la petite navette, accompagné de la petite escadres de vaisseaux de mercenaires. Spleen s'approchait a grande vitesse de la ceinture d'asteroïdes.


Tout alla tres vite. Les systemes automatique de defense se mirent en place. La moitié des asteroïde s'ouvrirent, devoilant leurs enormes canon ionique. Spleen fit basculé le levier d'inversion de poussée des fusée d'un coup de poing, passa derriere la formation en V adopté par les mercenaires, se servant de leurs vaisseau comme bouclier.

Les vaisseaux exploserent au bout de six secondes, bombardé de toutes parts.

Sans protections, Spleen devait enchainé sans interruptions les acrobaties imprevisible et dangereuse pour le moteur deja endoummagé par une escarmouche de la veille.

"J'aurais du au moins le faire inspecté" pensa Spleen.

La frequence radio s'alluma:

-Inconnu:"Que faites vous ici?"

Tout en effectuant un triple looping enchainé avec un piqué en vrille des plus saisisant, le commandant repondit:

-Spleen:"je vient en paix, cessez le feu et j'avancerais lentement"

Inconnu:"hum...cessez le feu! mais laissez les canons pointés vers la navette!"

Les tirs cesserent d'un coup. Poggressant lentement a travers les asteroïdes, Spleen revisa pour la millieme fois son plan.

Tout se deroulait comme prevu.




Spleen avait mal, tres mal. Mais il y été arrivé. Les renegats devant lui n'en revenaient pas. Deux semaines. Deux semaines que leurs meilleurs bourreau s'efforcaient a le torturé.Deux semaines qu'il riait, les insultait, et leurs demandait quand arriverais les bourreaux et qu'il en avait marre des stagiaires. Ils avaient finit par le faire libéré, pour l'interrogé eux même.

Ils s'étaient reunis, eux, les chefs de clan, ancien dignitaire d'un empire dechu a jamais, pour decidé de son sort, et lui, ce prisonnier atrocement brulé, entaillé, amputé d'un bras, borgne, et edenté, les avait massacré un a un, ne conservant du groupe d'origine que douzes membres. Quarante morts.

Le premier etranglé avec les chaines qui entravait les bras du prisonnier. Six autres pulverisé avec le mini canon laser que le prisonnier avait caché entre ses fesses. les trois d'apres explosé contre le mur a grands coup de pieds. Le majorité des chefs de clans restant se sont entretué a grands coups de blaster, essayant de visé le geant qui desormais, et ca malgres ses innombrables blessures, sautait comme un diable dans la piece.


Puis le chaos avait cessé. Un blaster dans chaque main, sa chaine explosé a cause d'un tir de blaster d'un chef de clan, Spleen avait executé deux des quatorzes survivants.

"Pourquoi vous ne nous tuez pas?" avait demandé un chef de clan.

"Pour que vous soyez douze." avait repondut l'agglomerat de plaies qui avait reussi a les massacrés.

"Pourquoi douze?

"Parce que j'en ait envit....maintenant trouvé moi un morphos, je veut qu'on me refasse mes membres...."

"Les morphos prennent tres chers..."

"Je ne tolererais aucun retard"

"De suite...vous vous appelez?"

"Spleen face de rat..."



L'amiral n'en revenait toujours pas.

Assis devant son tableau de bord,le venerable Amiral, dirigeant de la flotte de la ceinture d'asteroïdes resté immobile.

les petits triangles rouges designant les unités de l'ennemi étaient partout. Les losanges verts, ses propres troupes, clignotaient puis s'evaporé sur l'ecran un a un, tandis que l'ennemi se rapprochaient, inexorablement.

Il repensa aux evenements recents. Tout ca a cause de ce putain de geant. Trois jours apres son depart, l'avant poste de la flotte de l'amiral avait été explosé a coup de bombardements hyper-atomique. Puis la ceinture d'asteroïdes avait explosé, projetant des debris cosmiques sur le gros de la flotte de l'amiral, qui était en train de se faire achevé par ceux qui desormais ce fesait appelé les chiens de guerre.

Le premier message fut emis juste apres l'explosion. "Ici Spleen, Lame d'Acier des chiens de guerre. Rendez vous immediatement, et vous serez integré dans le corps d'armée inter-systeme des chiens de guerre"

Aveuglé par sa vanité, l'Amiral avait dit non et avait fait feu.

La premiere ligne de chiens de guerre avait été pulverisé. Au momment ou les ioniques heurtaient les vaisseaux, l'Amiral recconut ses propres troupes, celle de l'avant poste. Puis les chiens chargerent. Ce fut le chaos, l'espace étaient surchargé de tirs, partout les vaisseaux explosés, desintegré par des milliers de vaisseaux fesant feu a l'unnisson.


Spleen sourit. Il ne restait maintenant que le gigantesque vaisseau-mere. Il ordonna a ses troupes de maintenir leurs viseur sur l'enorme appareil, puis, tout en jubilant interieurement, il donna l'ordre de faire feu. La flotte de l'Amiral n'était plus qu'un souvenir.




"Tuez! Massacrez! Cette ville est a vous!"

L'enfant pleurez, il avait peur, peur de l'homme gigantesque, qui se tenait sur le tas de cadavres, peur du ciel qui été desormais rouge sang, saturé par les tirs des vaisseaux, peur de l'odeur du sang, de l'odeurde la mort. L'enfant avait peur parce que c'est parents, bien que couchez face a lui, n'été plus la, l'enfant avait peur des pas derriere lui, des rires sinistres, puis il eut peur du bruit desormais familier d'une arme qu'on charge, suivit de celle de ce crepitement si familier dans l'air...puis juste avant l'impact, l'enfant n'eut plus peur, de tout son etre, il remercia le tireur, qui venait de lui enlevé la peur...l'enfant n'aurait plus jamais peur, il s'appelait Eric.

"Lame d'acier! regardez le cadeau que vous offrent les chiens!"

Le soldat tenait a bout de bras un cadavre pulverisé d'enfant, le torse dechiqueté par un tir de blaster. Spleen sourit, la planete prise, et ne pouvant payé ses troupes, il avait autorisé le pillage, le massacre et le viol, il avait juste demandé qu'on lui apporte touts les enfants...morts.

Assis sur un trone improvisé constitué d'un reste de batterie anti-aerienne, entouré d'une mer de cadavres, la lame d'acier rendait son jugement.

"Accepte ou meurt." Telle est la devise des chiens de guerre. Ceux qui ne voulaient pas rejoindre la meute été executé, les femmes pouvant etre au préalable violée. La capitale n'était plus qu'un champ de ruine peuplé de cadavres, de soudards, et de survivants servant d'amusement aux pillards. Puis, quand les gens se mirent a essayé de se revolté, les chiens s'en furent, les vaisseaux decolerent. Et pendant que les rescapés festoyaient, heureux d'avoir survecut, se nourrissant de victuailles sur les cadavres de leurs freres, pendant que le vin coulait a flot, le ciel sembla chuté, et les hyper-atomique heurterent la planete, le desastre se repercutant sur le reste du systeme.


A bord de son vaisseau-mere, Spleen tourna son regard vers la petite planete bleu, qui approchait petit a petit.





Druss attendait. Il savait. Il savait que la meute approchait, il savait qu'il ne tiendra pas une heure. Il pensa a Spleen, a ce que LUI aurait fait dans ce cas la, puis il sourit. LUI aurait reussi, il fit tournoyé sa hache et rugit a la face du ciel.

Les vaisseaux entrerent dans l'atmosphere, une petite partie d'entre eux reduits en charpie par les defenses planetaires. Les autres firent sauté les points clés de la planete, puis les troupes au sol prirent le controle des cités. Spleen entra dans la capitale, a la tete de ses troupes en formation. Il les avait payé pour la vie. Les liant dans sa folie par un pacte innomable, les reduisant en esclavage pour le souffle qu'était leurs vie. Il le venerait, il leurs avait montré la lumiere, il été leurs maitre. Les sacrifices humains avait toujours impressionné les masses.


Tout en savourant la victoire Spleen avanca vers les condamnés a mort, pour l'exemple.


"Nous y voila" se dit Druss. Il se sentait vide, creux sans sa hache, il aurait aimé l'avoir dans sa main, pour rejoindre le Wallalah de ces ancetres. Il releva la tete vers le bourreau, un monstrueux obese armée d'un simple sabre en acier. Il lui cracha au visage et cria: "fait donc ton travail proprement, infâme fils de chienne!"

Il garda la pose, attendant le coup de grace, il pensa aux dernieres années, puis, le regards voilé par la tristesse, il croisa le regards de Spleen.

Et milles cometes exploserent dans sa tete.




Portez le dans mes appartements."

"Quel con" pensa Spleen. "J'ai attaqué mon propre Empire..."

Tout en examinant la situation, Spleen s'injecta une dose massive d'extase verte, pour contré l'ennui qui le rongé.

"J'm'emmerde......"

Il se leva, reposa la seringue vide sur la table, et se dirigea vers le stade recemment construit.


Apres avoir regardé la finale du championnat systemique de gladiateurs, Le commandants fit convoqué dans sa salle de reunion ses lieutenants.

Les nouvelles étaient plutot bonne, l'Empire recemment reconquit été enfin sous controle total, les insurrections avaient été ecrasé, et une armée reguliere avait été levé. Le seul probleme été que les chiens s'ennnuyaient. Il avait beau se defoulé sur les prisonniers de guerre, les soudards n'en avait jamais assez. Il fallait trouvé une solution au plus vite, avant que la meute se mettent a pillé les villes.

Druss dormait.

Assis sur une chaise a coté de son vieil ami, le commandant pensait. A ses dernieres années, a leurs amitié, a Lucia, puis a l'errance qui succeda a sa mort... Tout cela fut vain, vide de sens...les massacres, pillages, viols et autres ignominie aveugle, tout ca masqué par un desespoir mortuaire initial vite remplacé par une simple soif de tué......


Spleen en regardant son ami, se dit qu'il fallait que ca change.

Il se leva, et perdu dans ses pensées, regarda la place qui fesait face au palais...




3eme Epoque: Tribus, Tantrisme, et Gaijin!




Les chiens de guerre étaient en deroute, poursuivit par la flotte amiral qui venait de passé du statut de proie a celui de chasseur.

Spleen, assis sur son fauteuil de commandants, tripotaient nerveusement son medaillon porte-bonheur, souvenir de sa douce Lucia. Ses vaisseaux étaient rapides et nombreux, mais ils ne fesaient pas le poids en bataille rangée face aux lourds croiseur amiraux ennemis.

Le seul vaisseaux réélement imposant été le croiseur Hyper-Atomique ou Spleen se trouvait actuellement. Les petits chasseurs explosaient par centaines,et en quelques heures, la consequente flotte pirate des Chiens de Guerre fut reduite a une demi douzaine de chasseurs...

Deux jours plus tard, les Chiens de Guerres n'étaient plus que des carcasses flottant dans l'espace.



Il se nommait Gaijin, ce qui, dans la langue des Tribus, signifiait etranger. Il n'avait pas de freres d'armes, pas d'amis, pas de femmes. Juste un poney et une tente. Pour les autres membres de la tribu, il était une abberation, un "yeux-rond". Il était a peine mieux considéré qu'un homme des cités.

Le Khan de la Tribu, Tenaka, l'avait trouvé voila 5 mois dans une grotte perdue dans les steppes, a coté d'un cratere fûmant. Il s'été rapidement adapté au conditions de vie d'un guerrier de la tribu, en depit de son apparence bien trop blanche pour etre celle d'un veritable Tribales.

Son habileté a manié le cimeterres et l'arc finirent tout de même par balayé une bonne partie des pregugés des anciens, il finit donc par etre membrea part entiere des griffes de loup.

Il se rendit rapidement compte que les Tribales étaient une multitude, une veritable nuée, une multitude dispersé aux quatres vents. La vie dans les steppes était dediée a la guerre. Les tribus se battaient continuellement, pour des motifs plus ou moins valable, et pendant ce temps, les hommes des cités menait des battues, s'aprovisionnaienten esclaves, et encouragaient les rivalités inter-tribales, jugulant ainsi le risque d'une unité.

Les legendes Tribales disaient qu'un jour viendrait celui- qui-embrasse-les-étoiles bouteras les gens des cités hors de ce monde, et que les tribus ne seront qu'une, et qu'ensemble, les Tribales iront tous ensemble embrassaient les étoiles. Gaijin lui, voyait surtout que les tribus vivaient ainsi depuis des siecles, et que les gens des cités se nourrissaient de leurs division.





Les temps ont changé. Gaijin dirige maintenant la tribu des Griffes de Loup. Il est maintenant admiré par dela les tribus, car, voila deux semaines, il a reussi a sauvé le grands shaman Nadir, prophete de celui-qui-embrasse-les-étoiles, et doyen des Tribales des Griffes des gens des cités.

Neammoins, il se sentait mal a l'aise. Etre sur le devant de la scene ne lui plaisait pas, du moins, pas de cette maniere. En peu de temps, Gaijin avait aimé son peuple d'adoption, et rapidement, il avait etablit un reseau d'assassin dans les grandes cités de ce que les gens des cités nommé "l'Empire de Cristal". Le dernier rapport de son agent sur place disait que la guerre civile fesait rage, grâce a un des assassins de l'organisation qui venait de tué le Prime-Avatar, Dieu autoproclamé de l'Empire.

"Notre heure est venu" pensa Gaijin.

Assis devant sa tente, a coté de sa femme, Niobe, il regarda vers l'Ouest...vers l'Empire....





1er jour de siege.

La derniere cité pensa Gaijin...

Ebora, capitale de l'Empire de Cristal, fief du Prime-Avatar...

"Amenez les machines de guerre!"

Les gigantesques catapultes furent amené, trainé par les prisoniers nobles de l'Empire de Cristal, une fois chargés, Gaijin ordonna le tir...

"Qu'ils s'amusent avec ca..." pensa t'il.

Les citadins hurlerent quand ils virent les crânes purulent et les rats morts tombés du ciel....


2eme jour de siege.

"Stop!" Le cri parcourut la plaine, stopant du même coup les tirs de catapultes chargés cette fois ci de pierres gigantesques.

"Fait venir Shadak dans ma tente" dit Gaijin en se tournant vers un des "Naib", l'equivalent des officiers chez les Tribales."


Assis dans sa tente de Grands Khan, Gaijin écouté son fidele chef des Ombres, les unités d'infiltration qui, malgres leurs toutes recentes creation, était d'une efficacité remarquable.

"La reserve d'armes a été brulé,et les puits empoisonnés"

"Et la nourriture?"

"Mon second est en train de s'en occupé, quand je l'ait quitté, il venait de reglé le problemes du général."

"Bien. Tu peut allé te reposé"

"Merci grands Khan."

Le lendemain, dès l'aube, les nobles amenerent la tête du Prime-Avatar.






"Quel molesse..." se dit Gaijin, sur son trône."Pourtant, je devrais etre joyeux, j'ai tout, absolument tout..." Gaijin comptait les pas de la danseuse. Il était assis sur un gigantesque trône en ebonite noire veiné de mithril. Il était loin de sa tente, loin des steppes, dans un chateau immense, immobile...il s'ennuyait. Le pouvoir absolu....le rêve de tout les hommes....

"Pppffff...."

Gaijin se leva, et s'en alla. Les cités de pierres ne lui plaisait pas, les statues a son effigie le fesait vomir, il voulait de l'aventure, il voulait bougé, avancé...


Deux jours plus tard, il decida d'entreprendre un pelerinage vers les steppes, pour rejoindre sa tribu, personne n'avait été mit au courant, et dans la nuit, le grands Khan s'enfuit.


Il traversa incognito les grandes plaines verdoyante de l'ancien Empire du cristal, Il s'attarda devant les ruines de Dros Delnoch, la premiere forteresse a etre passé sous domination Tribale... Apres il contourna les ruines, longea la passe du dragon pourpre, et traversa la passe de Skeln, sa plus grande victoire...plus rien ne poussait par ici, la mort avait tout corrompu. Enfin il s'enfonca dans la vallée, la parcourut, et une fois la chaine entiere traversé, il soupira....

Les steppes....


Il y été presque. Le campement n'était pas loin, les odeurs de cuisine, de sueurs et d'excrements lui parvenait deja...."Griffes Rouges, me voila."

Il remonta sur sa monture apres avoir eteint le feu, et lanca la bete au galop. Un detail dans le paysage l'interpella. Un gigantesque cratere, noirci, au beau millieu des steppes. Il descendit de cheval, et se dirigea vers son destin...





Pendant un bon bout d'temps comme disent les gens dans les bars, Gaijin vogua avec son vaisseau, retrouvait dans le cratere, en quete de son ancienne vie. Il revit Druss, reprit ses anciennes planetes, les placant sous domination Tribales. Les Tribus exporterent leurs tradition vers d'autres mondes.






Spleen-Gaijin était heureux. Depuis qu'il avait acquis sa citoyenneté, rien ne s'été aussi bien passé. Nue, a l'exception de son pagne en cuir rouge, sa peau et sa chevelure entierement rouge s'accordaient parfaitement avec les chemins rouges qui parsemaient desormais les steppes. Les tribus s'étaient adaptés au Tantrisme avec une rapidité qui avait deconcerté Spleen-Gaijin; voir les Shamans convertir le peuple avec autant d'enthousiasme lui avait fait chaud au coeur...

Desormais des immenses tente rouge, sobrement nommé "tente a plaisirs" dans chaque campement, ou les Tribales pouvaient ouvrir leurs sens en toute liberté.

Les chefs de tribus et leurs guerriers s'occupaient des Tribus Refractaires, rebaptisaient Nota, "ceux qui n'ont pas d'avenir", les systemes sous le controle des Red Tribes étaient desormais purgés de toute presence non Tantrique, les planetes dispercées ayant été revendus...Malgres son caratere de guerrier, Spleen-Gaijin n'été pas un boucher, et il esperait encore que les resistants suivrait la voie de la raison.


La semaine derniere, les tribus étaient devenut les Red-Tribes, et desormais, ceux qui étaient autrefois des sauvages s'essayaient a l'art, au plaisir, a la jouissance...la conversion proggressaient sans heurts...



"je declare ouvert la grande procession!"

Sa phrase finit, une masse de plusieurs centaines de milliers d'hommes et femmes vetus de robes de plumes rouges s'engouffra dans la gigantesque caverne.

La grande procession...la seule fete annuel ou toutes les tribus se rassemblaient en paix, pour venir communié avec les ancetres.Un carnaval multi-seculaire, la plus vieille tradition Tribale...aujourd'hui remanié a la mode tantique. Les shamans étaient maintenant vétu de plumes rouges, et les guerriers étaient pour l'essentiel nues, tout comme les sages-femmes et la plupart des chefs de clans. En queue de corteges, sur de gigantesque plates formes capitonné recouverte de coussins moelleux se trouvaient les Meres-superieurs, le tout recent ordre de prostitués sacré volontaire. Puis, partout, se trouvait le peuple, en liesse, debordant de joie et de plaisir.Une gigantesque marée humaine rouge, la totalité des Tribales en fait.

En tete de cortege, Spleen-Gaijin, un sourire aux levres, bavardait avec un potier et un chef de tribu, le Tantrisme avait aussi assoupli le systemes de castes des Tribus, autrefois, une conversation traitant de sexualité entre le chef spirituel et militaire des Tribus, un de ses second et un potier aurait non seulement été impossible, mais en plus, aucun des interlocuteurs n'en aurait eu l'idée.

La fete dura la semaine, une semaine de plaisir ininteromput, une semaine de corps entremelés, de lyrrd a l'hectolitre, de soupirs, de hurlements, d'eclats de rire et de victuailles...


Le titre de grands Khan, meme apres une conversion parfaite de tout un peuple au tantrisme, avait quelques inconveniants; Les tribus rebelles harcelaient les convois qui traversaient les regions peu frequentés des systemes Tribales, et les flottes de defense devaient sans cesse se tenir sur leurs gardes, etant donné la presence de troupes rebelles dans des systemes Tantrique...Ne dit on pas que prudence est mere de sureté? Suivant cette maxime, Spleen-Gaijin avait fait venir des troupes fraiches des marches du territoires Tribales, et revendut ces memes marches, totalement inutile, car dispercé et difficile a protégées...






Assis sur le sol de sa tente, Spleen-Gaijin étais en train de changé sa vie, ainsi que celle de tout son Empire.

"Soit" se dit il."L'heure est venut d'accédé a de nouvelles arcanes, a de nouveaux horizons...

Lentement, il se leva. Il étais desormais entierement nue,et la trop longue exposition de la boue parfumée et sechée au rayons du soleil l'avait fait devenir rouge, pour toujours.

Ses muscles puissant s'étaient devellopé ces derniers temps, et ses cheveux agglomerrés en boue sechés avaient eux aussi poussé a une vitesse anormale.

Il sortit de sa tente, et se dirigea vers le centre du campement. Partout, les Tribales marchaient nus, non parce que leurs chefs le fesaient, mais parce que, et Spleen-Gaijin en était persuadé, ils avaient trouvés la voie. ROUGE. Il se concentra sur ce mot, a la maniere des shamans. Depuis quelques temps, tout était rouge, il imposa donc rapidement ce concept a son esprit. ROUGE. Il commenca par etre prit de vertiges, puis sa tete sembla se detaché de son corps, il baissa les yeux vers le sol, et il vit qu'il avait enfin reussi. Son esprit, ou quoi que ce fut, s'était detaché de son enveloppe charnelle. Il s'envola droit vers les cieux, a la vitesse d'une comete.

Le grand Khan avait decidé que ce soir, son peuple ferait honneur au Tantrisme.



Des larmes magenta coulaient le long des joues du corps du grand Khan, et un sourire beat emplissait une bonne partie de son visage.

"L'heure est elle venut Shaman?"

"Je pense en effet que notre seigneur attends que nous acomplissons ses ordres."

"Alors ne perdons pas de temps."

Le chef de guerre et le shaman sortirent de la tente, et ce dernier commenca a la demontait, exposant a la vue des Tribales le corps de leurs chefs.


Tout en brulant les affaires du chef,(la tente est enorme), le Shaman se demandait pourquoi son maitre lui avait donné ces ordres plutot bizarres.

"Rassemble les Tribus mon ami! Et quand la larme et le rire se meleront, expose moi a la vue de tous et brûle mes affaires."

Etrange...Quoique, depuis quelques jours, le Grand Khan était de plus en plus detaché du monde qui l'entourais...en apparence. Bien que d'apparence en etat constant de beatitude, le Khan semblait etre au courant de presque tout ce qui se passais dans son Empire....Magie? ou bien réseau d'espions? certainement un peu des deux se dit le Shaman...


Pendant ce temps, conformement aux ordres de Spleen-Gaijin, le chef de guerre envoya le message preparait a l'avance par le grand Khan a l'ensemble de la population, grâce au reseau megacom, recemment installé au quatres coins du territoire Tribale.

Tout en mettant en marche le processus a partir du gigantesque Terminal, installé sous terre, le chef de guerre eclata de rire...il se demandait ce que son maitre avait bien pu preparé...

L'image du chef spirituel, militaire, et diplomatique des Tribus s'imposa sur touts les ecrans, personnel ou publique, des steppes galactique.



Il était la, assis sur un monticule de terre, tournant le dos aux steppes de In'Garat, le premier fief des Tribales. Il semblait presque fou, assis nue, exposait a une pluie dilluvienne plutot inhabituelle, tandis que l'orage tonnait ci et la.


"L'heure est venu!"


La voix tonna a travers les cent mondes du territoire des steppes galactique.

"l'heure est a la dissolution! l'heure est a l'exaltation!"

Il marqua une pause, il parlait les yeux fermés, des larmes magenta barbouillant sa peau rouge et ses levres retroussé par un sourire devoilant ses dents d'un blanc eclatant.

"Bientot, les grands de ce qui fut l'Empire des Sens rejoindront le Nirvana, accomplissant ainsi l'ultime dessein!"

Il passa sa main gauche dans ses cheveux, tant il semblait excité, heureux, et a la fois géné d'etre en proie a tellement de bonheur, se demandant s'il le meritait vraiment. Il se leva, ses robustes muscles desormais luisant et degoulinant de rouge. C'est certainement a ce momment la que le peuple s'apercu du changement. Des ouvertures, ci et la, parsemaient son corps, plaies beantes vers un ocean rouge. Des especes de levres fines et allongés, s'ouvrant et se refermant, sur ses jambes, flancs, dos, et nuque.

Ceux qui étaient pres du corps inerte de Spleen-Gaijin se retournerent vers lui, apercevant les levres, qui elles, continuait a s'ouvrir et a se refermé, de minces filets rouge s'écoulant d'elles.

La voix du grands Khan les rappela.

"Il est l'heure mes amis...il est l'heure..."



L'esprit filait a toute vitesse, les nuages efleurant a peine son envellope astrale.

Des larmes coulaient de ses yeux. La tristesse prenait le pas sur le bonheur, la frustration aussi...frustration d'avoir entr'apercu, et avec peine, le grand depart de la majorité des Red Tantras vers le Nirvana...STOP! chasse donc ces pensées de ton esprit, ton tour viendras, si tu le desire vraiment!

Tout en evitant de trop pensé, l'esprit fila toujours plus loin vers les cieux, jusqu'a debouché vers le vide sideral.

"Le message doit etre terminé."

Enfin, son peuple venait d'entendre son annonce de depart, et par la meme occasion, le grands sacrifice que ses fiers Tribales devaient a tout pris realisé.

Car l'heure était a la dispersion,a la grande Diaspora. Des steppes Galactiques, il ne restera qu'une planete, In'garat, qui serviras de halte. C'été la fin des tribus, la fin d'une ere...

Les etoiles le frôlait et le traversait. Pendant ce temps, son entourage voyait son corps bouillir, devenant une flaque rouge bouillonnante.

Puis, tandis qu'il foncait droit vers un systeme mort, detruit par les bombardements, il chanta...


Laisse moi un peu de toi, juste pour essayé, laisse moi entré en toi, pour pouvoir t'aimé, laisse moi etre ton roi, laisse moi donc faire comme ca,


oui, A se faire prier, a se faire aimer, a donné et a recevoir, et a force d'y croire,


oui, j'y suis arrivé, benissez le, l'instant present, communié, ne rien regreté, benissez le, l'instant present,


oui, et a force d'aimé, je t'y amenerais, dans ce jardin secret, je t'y amenerais, au trefond de mon coeur, au dela de nos peurs.


car, apres toutes les abimes, et le temps qui s'enfuit, j'ai bien peur qu'il ne reste, que le neant, la pluie, de tes reves qui s'abiment,


alors, restons ensemble ici, tous a nous regardé, comme une fille qui veut tout savouré, comme si c'été la derniere fois, la derniere nuit ici, etre seul, toi et moi...


il ferma les yeux...a quoi bon les gardé ouvert, quand rien ne vous atteinds, quand meme les asteroïde vous traverse comme un voile.


Derriere lui, trainée rougeatre dechirant l'espace, ses larmes s'étaient figés, en un flot immobiles, cascade aux abois...


Il était resté.




Et ils obeirent. Tous s'en allerent, mue d'un elan insensé, que les nons croyant prirentpour de la folie. Les vaisseaux se dispercerent, le fleuve se perdant en une multitude de bras, de ramifications, qui echouerent ci et la.

Partout bientot, des gens voyageraient, en souvenir de l'epoque bennis de l'Empire du sens...Les vestiges du tantrisme Tribale, ceux qui ont perdu leurs dieux, ceux qui ne doivent plus rien aux autres, les errants de l'espace, voguant a travers les limbes siderales.

Ils ne sauront jamais si c'est bien ce que voulait leurs Khan, qui s'était auto-dissous en ce jour du 10 novembre ETU. Ils ne se poseront que rarement la question, quand ils seront au plus mal, quand l'incertitude, mais a chaque fois, la Presence viendras a eux, et ils continueront...

Car bien que divisaient, ils se savaient légions, et en ce bas monde, le nombre equivaut a la sureté.




Et depuis, on peut l'entendre gémir, de plaisir ou de douleur, nul ne le sais, toutefois les sages connaissent sont echec. Il est resté, quand la majorité est parti. Qui sais ce qu'il adviendra de lui?


"Et le Fils des hommes rouges s'en alla vers les etoiles, ses larmes flottant derriere lui, on dit qu'on peut le voir encore, a la recherche du paradis, refuge de ses amis"


Tiré du grand chant des Errants.






Bientot, des steppes galactiques, il ne resta plus rien, si ce n'est In'Garat, recemment rennomée "La Halte". La presence était heureuse. Son peuple avait comprit son dessein, et avait accepté son sort sans se posé des questions, conscient de la necessité de partir. L'ere Rouge s'eteind, emportant avec elle les dernieres cendres Tribales. Il repensa a une chanson, une chanson qui toute sa vie, l'avait accompagnée....


"Ce soir une fée Dans un pays hanté Ce soir

Ce soir une fée D'une voix enchantée Ce soir

Al'heure où l'on fait dormir Des enfants de tous les empires Al'heure où l'herbe respire Où le vent souvent se retire Al'heure où tout se ressent Comme une blessure Plus profonde encore Al'heure où plus rien n'est sûr Quand la nuit descend Par une fissure Ce soir...

Il était une fois Quelque part dans un pays Un pays qu'on ne connaît pas Une fée Qui avançait dans le froid Avançait dans un mauvais temps Tonight

J'ai allumé le soleil Pour cet enfant dans son sommeil J'ai réveillé la chaleur Pour éclairer et sécher ses pleurs J'ai rempli le jardin de fleurs Pour chasser la nuit le froid le malheur J'ai rempli son chemin d'ivresse De mille lumières De mille couleurs Ce soir

Il était une fois Quelque part dans un pays Un pays qu'on ne connait pas Une fée Qui avançait dans le froid Avançait dans un mauvais temps Tonight tonight La la la."


Il erra longtemps autour de ce qui fut le berceau de la civilisation Tribales. Il sanglota, puis essaya de se controlé. Certe, il était encore la, mais au moins, durant sa breve existence, il avait pu ressentir le Tantrisme, effleurait du bout des doigts cette machine a bonheur... "C'est deja ca" se dit il.


Puis tout jaillit.

Il se laissa, une derniere fois, submergé par le bonheur. Il n'atteindra peut etre pas le nirvana, mais au moins, il partira rempli du plus de plaisir possible.

En position foetale, immobile et invisible dans le vide sideral, il succomba a milles etreintes cosmiques, il haleta, gemi jusqu'a ne plus pouvoir y arrivé, et dans un éclair rouge aveuglant il eclata.


Les legendes des Errants disent que la on son âme se dissous, ceux qui le veulent vraiment peuvent encore le ressentir.




L'errant, dans son vaisseau monoplace rafistolé pesta.

"C'est quoi ca?"

une lumiere rouge lui barrait le chemin. Il se stabilisa, et observa le curieux phenomene.

Il avait été un des derniers a devenir Red Tribes, sa tribu s'était converti il y a a peine quelques jours. Et voila que leurs souverain s'en allait.

La lumiere rouge sembla decroitre, quand soudain sa tete explosa.

La bave aux levres, les yeux revulsés, le pilote vivait.Ou plutot revivait. Une vie complete, qui n'était sienne.

Ca a commencé par une fille de joie enceinte. Puis un enfant qui grandi, jusqu'a devenir soldat.

Il a vu le temps du bonheur, ou celui que l'on nommait le Tres-Haut succomba a l'amour d'une femme, nommée Lucia. Puis vint le temps du chaos, celui des chiens de guerre. La haine semblait partout, et la destruction teinté chacun des actes de cette homme..

Arriva le temps de l'oubli, suivit de celui de l'abandon...C'est a ce momment la qu'il se rendit compte qu'il était en train de revivre l'histoire de Spleen-Gaijin.

Puis enfin, il se retrouva au coeur d'une lumiere rouge, fesant face a des ombres pourpre...

Une voix vrilla son crâne.

"Souvient toi de moi comme on se souviendra du Tantrisme....Maintenant ecoute moi, j'ai quelque chose a te demandé..."


Il se reveilla avec une migraine du tonnerre. Il avait vu, il avait été Le grand Khan.

Il fonca droit vers La Halte.



Il arma le vaisseau. Il proceda comme les autres planetes. Les restes des steppes ne profiteraient a personne, meme La Halte. Le rayon fila en direction de la planete, puis, dans un cramoisi exquis, il explosa. Il repeta l'operation 12 fois. Quand il reparti, les 5 systemes des anciens Red Tribes étaient vierges de toutes presence.


/HRP/

Un dernier remerciement aux Red Tantra pour avoir rendu mon RP beaucoup plus, interressant (du moins, j'espere vous avoir interresé). Sans l'Empire des Sens, Spleen-Gaijin n'avait plus de raison de vivre, j'ai donc decidé de partir avec le maximum de panache possible. Je remercie touts les Red T donc pour les raisons cités plus haut,

Les resistants pour m'avoir franchement fascinés, avec leurs discours explosifs, Dieu pour une si belle Galaxie, Les milliards de chope de lyrrd disponible a l'Izakaya, touts les commandants en fait, qui ont fait vivre origine, Deus Machina, qui m'as offert ma premiere coalition et ma seule trahison, et tout ce que j'ai oublié.

Si y en a qui veulent reagir(bien que je m'en doute, vu les evenements autrement plus pressant qui agite la Galaxie), lachez vous.

A bientot, sous une autre incarnation!