Mes yeux seront les tiens

De Apocalypsis
Aller à : navigation, rechercher

Janus-Jana +16



Jana apparut pour la première fois seule devant l’assemblée. Seule sa partie de la bulle fœtale émettait le doux rayonnement rougeoyant propre à la divinité. Janus, plongé dans l’ombre reposante, méditait en silence.

L’entité flottait tranquillement dans les couloirs du Palais des Plaisirs, à la recherche d’Eras Del Sol’Enys. Le trouvant enfin, entouré du reste du Clan, elle s’approcha doucement de lui. Le jeune homme, dont les yeux ne pouvaient plus voir, pouvait néanmoins ressentir la présence de la divinité. Le silence se fit autour d’eux, et Jana prit la parole :


Eras, Cher Eras,

Je viens à vous en ce jour porteuse d’un message de la femme qui m’a donné son âme. Je ne suis pas tout à fait elle, elle n’était pas tout à fait moi, mais notre âme est identique.

Je désire tout d’abord vous présenter les plus plates excuses de la communauté tantrique pour l’incident dont vous avez été victime. L’opération en cours, du fait de son ampleur, a donné lieu à quelques abus et erreurs, dont vous fûtes la première victime. Le but de Red Tantra n’a jamais été de nuire au Plaisir des commandants, le but de cette opération est d’ouvrir leurs yeux et leurs âmes sur l’importance du bonheur tantrique et les moyens de le réaliser.

Cela fait plusieurs mois que Red Tantra appliquait une politique de tolérance, croyant mener les âmes vers le Nirvana grâce à la Pax Tantrica, croyant que l’ouverture d’esprit naturelle du tantrisme pourrait convaincre les hommes de suivre la Voie.

Or, si bien des commandants ont trouvé l’éveil pendant cette période faste et bénie de Paix, la majorité de la Galaxie continuait à vivoter, lasse et indifférente, incapable de jouir du présent pour mieux préparer le futur. Ces commandants qui refusaient le tantrisme couraient droit vers le chaos, victimes consentantes d’un génocide prévu de longue date par les trois dieux de l’autre côté du miroir.

Conscients de l’urgence de la situation, compte tenu de la destruction de l’univers connu qui s’annonçait, nous avons choisi d’accélérer l’éveil des commandants, afin de les tirer des griffes du destin et de leur ouvrir la Voie jusqu’au Nirvana, seul moyen pour eux d’échapper à l’ire des trois dieux de l’autre côté du miroir.

Notre grand dessein n’est donc pas un caprice de tyrans mégalomanes, mais bien une œuvre d’humanisme envers nos semblables.

En ce qui vous concerne, et vos sens en particulier, je souhaite par-dessus tout vous rendre la vue, comme vous avez rendu le bénéfice des sens à Firu. Tout comme l’absence de l’aube vous pèsera sans doute, vous manquerez terriblement à l’aube. Le voile de la tristesse pourrait la recouvrir, et obscurcir le ciel de tous les commandants. Qui sait il se pourrait qu’un jour, ne vous voyant pas, l’aube refuse de se lever…

Je peux vous aider à retrouver la vue, en vous apprenant à voir à travers votre âme, à voir à travers la chaleur des corps humains et célestes. Des yeux ne sont pas nécessaires pour voir, la perte d’un sens physique peut se révéler un chemin vers la maîtrise la plus haute des techniques de méditation tantriques, vous permettant des capacités de perception et une acuité sensible inégalée. Si vous désire que je vous accompagne sur ce chemin, rejoignez moi quand le cœur vous en dit dans le Palais des Plaisirs.

Mata ne vous a pas abandonné Eras. L’Oeil de l’Aube veille encore sur Origine. Déjà lorsqu’elle était physiquement parmi nous, vous n’étiez pas forcément d’accord avec les stratégies du tantrisme. Ces désaccords n’ont pas empêché l’Amour de naître entre vous. Ils ne doivent pas vous empêcher de vous retrouver. Suivez mon chemin, je vous guiderai jusqu’à elle si vous le désirez toujours. Mes yeux seront les votres jusqu'à ce que vous atteignez le Nirvana et que votre âme libérée retrouve enfin la joie dans le regard de Mata.


Jana salua Eras avec respect, puis s’éloigna doucement. D’aucun disent qu’ils ont vu en cet instant une larme rouge perler le long du visage de la divinité.




Eras Del Sol'Enys +12

Eras reste un instant sans rien dire, bougeant la tête pour chercher a voir la divinité, réflexe idiot ... tu ne vois plus ... ne verra plus jamais, rappelle le toi ... Il écoute Jana sans rien dire, un léger sourire mélancolique plane sur son visage. Il secoue légèrement la tête, ne sachant même pas s'il en est face de Jana, puis il prend parole doucement. Sa voix est douce mais emplie de tristesse, de mélancolie, peut être de peine mais elle semble assez bien contenue.

« Très chére Déesse Jana; Je ne le sais que trop bien ... oui ... je ne le sais que trop bien, les intentions de Mata sont celle que vous dites, vos intentions sont celle que vous dites. Je ne puis pas vous en vouloir de réaliser vos rêve, vos propres convictions qui ne sont pas miennes. Chacun cherche a réaliser ses rêves oui ...

Seule la manière donc cela est organisé me fait de la peine; je ne veux pas discuter avec celle qui possède une partie de l'âme de Mata des atrocité que vous avez commise au nom du tantrisme. Atrocité que toute idéologie déviante a commise ou commettra. Vous ne pouvez je pense même pas vous rendre compte de ce que vous faite de notre point vue, de ce que vous appelez erreur ... » il soupire doucement, et balaye cela de la main.

« si vous avez l'âme de Mata et si vous me connaissez bien, alors vous devriez savoir que vous ne me convaincrez pas sur la nécessité de ce génocide que vous faite. Car c'est bien ce que vous faite, et vous voulez en empêcher un autre ? Aucune importance, je ne veux pas discuter de cela ici, avec vous, en ce moment. Je garde cela pour les grand salle oui... » il sourit tristement et secoue la tête

« Chére Jana, chére Mata ... Ne voyez vous donc pas que votre proposition est de mon point de vue n'est pas acceptable. Le tantrisme m'a blessé, autant physique que moralement. Vous savez bien que je ne peux pas accepter. Cela serait contraire a ce que je suis ... Comme a chaque fois, vous proposer les solution facile, les plus évidente. Mais Mata a-t-elle aimé un lâche sans honneur qui choisis la solution la plus facile sans se soucier des torts qu'on lui a causé, sans se soucier de son honneur ?

J'ai mes convictions, j'ai mes rêves, ils m'appartiennent et même Mata peut comprendre cela ... Vous ne pouvez pas m'obliger a vous rejoindre par amour et je ne le ferais jamais ... jamais ... » il prend une pause, respirant doucement, pourtant il tremble légèrement en contenant sa tristesse puis il porte sa main a son bandeau

« Ceci me rappellera chaque jour que je manque a l'Aube et qu'elle me manque, et que cela est la cause des tantras et de leurs idéologie qui a hélas dégénéré. Je ne peut rien accepter du tantrisme après ce qu'il nous a fait. Je sais que vous n'êtes pas Mata ... mais je veux qu'elle sache que ... » le jeune homme laisse presque échapper un sanglot mais se retient au dernier moment, souriant très faiblement

« Que je tiens toujours mes promesses et je l'ai dit, nous nous retrouverons ensemble, un jour ou l'autre, peut être sous d'autres cieux ou d'autres temps. Si le Nirvana est ce que je crois, alors les tantra n'ont pas le monopole de ceci, je te rejoindrais selon ce que j'estime juste et ce qui me paraît bon ... c'est ainsi ... Tu peut comprendre cela, si tu m'a aimé un jour ...

A je ne sais quand, mais un jour mon ange, mon coeur sera a toi ... »


Eras se tourne approximativement vers Steam

« Dame Steam, j'ai effectivement un cerveau , mais aussi un coeur hélas ... merci du compliment, je suis bien en peine de tout cela ... » il soupire légèrement

« William et Tyrian, ne croyez pas qu'ils ont déjà mon peuple et mes planètes loin de la pour le moment ... oui loin de la ... Je résiste comme je peut mais j'ai l'impression de résister bien, enfin a ce que je sache, se message ne vous était pas spécialement destiné; dans ce message j'arrive a comprend son tourment et la peine la dedans; voilà tout, sans doute pas vous ... même si vous avez sans doute raison en partie oui ... » il hausses des épaules triste, se sentant une soudain envie de pleurer, pourtant il s'en empêche ... ses yeux mutilés lui feraient trop mal.



Janus-Jana +13


Eras, merci de ta réponse, je crois comprendre qu'il est temps de se dire au revoir, peut-être adieu...

Tu as choisi ton clan, ton honneur et celui de ta famille. Toutefois, si un jour les circonstances te le permettent, tu sais que l'Aube t'attendra toujours.

Je laisserai un autre William conclure notre histoire, mettre un point que je n'espère pas final. O Eras ! Eras ! Why are thu Eras ?"

My only love sprung from my only hate; too early unknown and known too late.

William Shakespeare - Eras et Mata