Le Fou des Ombres

De Apocalypsis
Aller à : navigation, rechercher

*Le fou se réveille de son long sommeil. Il s’étire longuement dans son lit douillet et se rend compte qu’il n’est pas seul. Ce ne sont pas les femmes qui l’accompagnent qui le dérange, non, c’est une odeur étrange. Un truc jaune, petit, qui fait Pioupiou…*

ARRRRGHH !!

*Hors du palais, le peuple entend soudain plein de « BAOUM » , puis une vitre se brise en 1000 morceaux. On voit plonger dans le vide un être avec une cape rouge : Serbmo le Fou vient de plonger dans le vide, un fusil à pompe dans la main, il vise dans sa chute et parmi els décombres un pauvre poussin qui tente de s’enfuir.*

J’t’aurai !!!

« BAOUM » « BAOUM » « BAOUM »Le sol se rapproche, le fou n’est pas fou, il fait une petite figure acrobatique afin de bien retomber sur le sol. « Chpoc »… Atterrissage magnifique, un genou au sol. Humblement il se relève, il n’a rien et sa cape claque avec le vent, il se redresse tel un héro, son arme sur l’épaule … Mais c’est quoi cette tâche jaune sur son genou ?

Hum, on passe… Des gens l’attendent.

Peu de temps après, une armada de généraux, scientifiques et diplomates marche d’un pas rapide. Ils avancent dans un couloir blanc avec une assurance surprenante. Tels des héros, tels les sauveurs de la galaxie. On peut mettre la scène au ralentit pour plus d’impression, et un soleil couchant fracassant leur dos, et un vaisseau duquel ils sortiraient.

Mais non. C’est un couloir, un couloir assez long.*

On entend des chuchotements :


- Mais pourquoi on marche dans ce couloir ?

- Le seigneur veut nous montrer quelque chose.

- Ca fait 20 minutes qu’on marche…

- Mais qu’est ce que c’est que cette tâche sur le mur ?


*Un général rattrape Serbmo le fou, en première ligne.*


- Seigneur, où allons nous ?

- Hum, au nouveau bloc de communication frangin.

- Nous tous ? Vous avez réuni la plus grande partie de nos équipes pour une inauguration ?

- Non. Nous avons un espion dans les rangs.

- … …et ? *Fronce un sourcil, tend l’oreille*

- C’est un défi que nous nous lançons. Seul ceux en qui j’ai confiance survivront.

*Le fou s’arrête et se retourne vers la troupe. A la façon d’un instructeur il leur annonce, d’un air très sérieux et à la surprise du personnel*

- Ecoutez tous !! Nous traversons actuellement une longue épreuve.

- On dit « une épreuve difficile » Seigneur !

- Non !! Cette épreuve, c’est ce couloir. Ecoutez attentivement. Nous devons traverser ce couloir, nous pouvons tous le faire, nous devons tous le faire. C’est une question de confiance. Arrivé au bout, nous pourrons transmettre notre message.


*Le groupe aquièse sans vraiment comprendre le « défi » dont il parle et se remet en route. Le fou, lui, ne reprend pas la route. Il laisse échapper un petit rire malin quand un « clic » retentit.*


Mouahaha, ayez confiance.


*La première personne tombe raide morte, sur le sol, une fléchette dans le dos. Quelques secondes de silence… Un bruit mécanique puis… « Clac, Schplof, Ting, Shlak, BWOAF, MOUAHAHA » ..Le temps passe… « Clac, Schplof, Ting, Shlak, BWOAF, MOUAHAHA, Clac, Schplof, Ting, Shlak, BWOAF, MOUAHAHA, Clac, Schplof, Ting, Shlak, BWOAF, MOUAHAHA »

Arrivé à l’entrée de la salle de communication, seul deux personnes restent. L’une d’elle a dans la pénombre de la nouvelle salle des yeux tremblants de peur. L’autre un immense sourire. « Clac »… Le fou laisse tomber le dernier scientifique au sol, l’enjambe et s’approche d’une petite boule bleue. Il appuie sur le bouton et s’affiche à l’assemblée.

Alors qu'il s'apprêtait à se présenter, une alarme retentit, un bruit sourd se fait entendre. On voit une cascade de crânes tomber sur Serbmo. Le pauvre Fou est enseveli, et on entend en réaction un ricanement stupide de sa part.*