L'AST-Canal Historique

De Apocalypsis
Aller à : navigation, rechercher

AlphonseHubert


Le chef d'Etat-major élu par l'Armée Populaire fit irruption dans le Quartier Général d'AlphonseHubert : "Camarade, nous avons encore bouté les ultrèmes hors de deux nouveaux systèmes ! Nos forces avancent, près de 700 planètes ont au total été libérées, dont la moitié redistribuées ou rendues à leurs premiers possesseurs ! C'est encore..."

Mais il s'interrompit. AlphonseHubert n'avait pas l'air transi de joie à la nouvelle de ces exploits militaires. Certes, la guerre se présentait plutôt bien : tous les systèmes principaux de l'AST résistaient admirablement, le 0 devenait chaque jour un peu plus une forteresse imprenable, les systèmes ultrèmes tombaient lentement et sûrement, la petite escarmouche d'etic et de ses sbires avait lamentablement échoué après un seul jour, mais quelque chose le troublait néanmoins.

Sans répondre à son chef d'Etat-major, AlphonseHubert regarda l'immense Carte Galactique, actualisée tous les deux jours, un chef d'oeuvre de précision réalisé par les meilleurs espions de l'AST, formés jadis sur les bancs de l'Université populaire des Sans-Terres "Redsamouraï", là-bas, au coeur du système 0. Les zones rouges s'étendaient, et plus particulièrement, parmi celles-ci, les zones écarlates, la couleur d'AlphonseHubert, désignant les planètes et systèmes libérés par son armée. "Près de 400 planètes", se dit-il en soupirant...

Puis, il s'approcha de la fenêtre. Là, au-dehors, la Galaxie s'organisait finalement. Les ultrèmes et le PPG réduits à leur portion congrue, les anciennes élites fracassées hurlant à mort, la voie était, non pas libre, car les oppositions seraient toujours là, mais du moins tracée. La négociation devant permettre d'aboutir à un compromis sur l'organisation des élections avançait à grands pas, et AlphonseHubert était très satisfait d'avoir pu obtenir un compromis même avec les hydropathes et l'ULG, partis auxquels il s'était toujours violemment opposé et qui le lui avaient bien rendu. L'UGC de Rudzain et l'engagement de Delenn lui montraient également qu'il y aurait toujours des commandants présents pour défendre la démocratie naissante.

Et après ? Que faire quand les élections auraient eu lieu, quand un Gouvernement serait en place ? A supposer que l'AST tiendrait finalement les rennes du pouvoir, comment établir la démocratie réelle, sociale et égalitaire qu'il s'agissait d'installer ? L'AST, cela semblait clair, ne pouvait être élue que parce qu'elle s'était montrée ces derniers mois exemplaire dans sa défense du petit commandant, quel qu'il soit, dans sa défense de la démocratie. Défense par les armes contre les ultrèmes qui ne comprenaient que ce langage. Défense par les mots contre Imothep qui, ayant à de maintes reprises tenté d'arriver au pouvoir par la force, s'y essayait maintenant par la félonie, le mensonge et la démagogie.

Mais cette AST, pacifiste, modérée, démocrate, prête au compromis avec les forces bourgeoises, était-ce la réelle AST ? Pouvait-on se leurrer au point de croire que les apprentis dictateurs, les chefaillons impérialistes, tous les bourgeois rentiers de cette Galaxie, allaient renoncer à leurs terres sous la pression diplomatique, même de tous les commandants réunis ? Non. La lutte finale, l'expropriation définitive des empires capitalistes, devrait nécessairement se faire par les armes, par les fusils des prolétaires et les canons des ouvriers. Cela était-il compatible avec l'exercice des fonctions gouvernementales ? Bien sûr que non.

Cette réflexion s'était développé depuis assez longtemps dans l'esprit d'AlphonseHubert, mais aujourd'hui, finalement, il se résolut à la conséquence ultime qu'il fallait en tirer. Chose exceptionnelle, jamais vue auparavant, il proposa à un nombre restreint des membres de l'AST, les plus anciens, les plus sûrs, les plus engagés parmi les révolutionnaires, de se rencontrer, en une conférence au sommet, en un politburo ultra-secret, pour parler de l'Avenir des Sans-Terres.


sayyadina

"La Commandante Sayyadina sortait du bureau de la délégation du renseignement où elle venait de rencontrer le Camarade Wima, lorsqu'elle reçu l'appel d'AlphonseHubert.

Elle s'empressa de le rejoindre, et le trouva seul, dans la salle du politburo, dans un état mental visiblement agité.

"Camarade Alphonse, tu me sembles bien las, peut être une petite séance de libération sexuelle à la mode AST te ferait le plus grand bien ?"

Epuisée par des mois de lutte incessante aux côtés des Sans-Terre, qui l'avaient menée bien plus haut qu'elle n'aurait jamais pensé atteindre, elle ne réagit même pas au refus marmoné par son Camarade. Ces batailles, ces victoires, qui l'avaient mis à la tête d'un immense territoire qu'elle redistribuait à tout va, l'avaient écartée d'elle même. Sa nature joviale et libérée s'effaçait sous le poids des responsabilités. Sa conscience n'était plus en paix, elle n'était plus telle la jeune passionaria qui s'était spontanément révoltée contre le tyran Sudries...elle se sentait salie par sa propre toute puissance, par sa collaboration avec les anciennes élites impérialistes afin d'organiser de nouvelles élections galactiques, par l'esprit de consensus démocrate et bourgeois qui régnait désormais parmi ses Camarades.

Perdue dans ses méditations, elle n'entendit pas les autres membres du politburo entrer."


AlphonseHubert

A la suite de Sayyadina, on vit arriver prestement wima, le gardien de Newdeun et l'un des plus fins diplomates de l'AST, accompagné par LensA et yersin, révolutionnaires hors pair qui illustraient parfaitement tout le succès des Sans-Terres.

Synoxis fit irruption dans la salle, pendu comme toujours à son com-x, depuis lequel il dirigeait les actions militaires d'un Empire en expansion constante.

Suivit Alcibiade, commandant peu actif ces derniers temps dans l'AST, mais qui gardait encore et toujours la confiance d'AlphonseHubert, aux côtés desquels il s'était battu à de nombreuses reprises.

Last but not least, Mac Polar II, puissant Trésorier des Sans-Terres, arriva à dos de chameau bionique, bousculant presque un adjudant d'AlphonseHubert qui venait de porter une mystérieuse carte postale. Sans attendre de s'asseoir à la table, Mac Polar commença :


Mac Polar II

Camarades du Politburo, je vous fais lecture d'une carte postale du Camarade Yoda que nous venons de recevoir :

"Mes Chers Camarades,

Ma retraite révolutionnaire m'a mené vers une contrée méconnue, dans une autre galaxie appelée "Egalité". J'ai rencontré un peuple accueillant, travailleur, et heureux. Les terres y sont fertiles et l'industrie vivante. Les clones et autres enfants sont riants comme le paysage. Interloqué par tant de bonheur et de prospérité, j'ai demandé à rencontrer le chef de cette galaxie. L'on m'a répondu : "Nul chef, en cette galaxie. Tous égaux, nous sommes, de droit comme de fait". Intéressé plus encore, j'ai décidé de m'arrêter quelques jours pour partager l'expérience des autochtones et connaitre la raison de tant de félicité. J'ai ainsi découvert le secret de leur réussite : l'abandon du droit de propriété individuel et la collectivisation des moyens de subsistance, de production, de défense, de reproduction et de plaisir. Bien entendu cela ne s'est pas fait en un jour, comme nous ils ont du lutter eux aussi contre la gangrène impérialiste. Une fois la mainmise sur l'Etat, comme nous ils ont du faire face à la corruption de certains frères d'armes par l'accumulation de la richesse et le pouvoir. Leur propre puissance est devenue leur pire ennemi.

Fort heureusement, ils ont su se recentrer sur leur combat, ils ont eu le courage de faire tomber les têtes de leurs frères déchus, ils ont sur conserver jusqu'au bout la pureté de leur volonté progressiste. Ils ont surtout compris que leur lutte n'avait de sens qu'en abandonnant la propriété des terres conquises aux impérialistes afin que chacun en dispose librement.

Chers Camarades, membres du Politburo, j'en appelle à notre responsabilité historique, abandonnons les terres que nous avons en surnombre, recentrons nous sur notre combat, débarassons nous de nos éléments gangrénés, mettons en communs nos ressources et détruisons l'Etat !

Ce voyage m'a redonné l'espoir qui était parti avec le sang de nos frères tués par les ultrèmes, je suis déjà sur le chemin du retour, prêt a me consacrer à notre grand dessein. La lutte continue !

___

Un autre document accompagnait la carte, il portait le titre de "Testament du Camarade Nécrid"

"Commandantes, Commandants, mes chers Camarades,

Quand je rejoignis l'Armée des Sans-Terre, voici désormais de nombreuses années, j'étais plein d'enthousiasme et de fougue. Je croyais que par la seule force de mes idées, j'allais changer la Galaxie, la faire évoluer vers le progrès, la rendre plus juste socialement, l'amener à l'égalité réelle. Je mis toute mon énergie à atteindre ce dessein grandiose. De fait j'eus très vite la satisfaction de voir les rangs de mes Camarades se grossir peu à peu.

Et pourtant tout n'était que vaine - mais si douce - illusion. Parmi ceux-ci, nombreux en effet étaient ceux qui ne désiraient pas réellement changer le monde. Ils se contentaient de quémander qui des armes, qui du matériel, qui des ressources ; de jouir de la protection qu'assuraient les immenses troupes des Sans-Terre ; de se tapir dans l'ombre, tels de nouveaux Brutus, complices d'un complot ourdi dans l'ombre.

Aujourd'hui je suis très largement revenu de mes illusions passées. Je constate que ceux que nous avons en très grande partie contribué à émanciper se retournent désormais contre nous. L'Armée des Sans-Terre est gangrénée de l'intérieur. Il nous faut préserver la pureté de nos nobles idéaux et ne pas laisser notre âme être pervertie par ces éléments perturbateurs qui ont trahi notre cause suprême.

Oui Camarades, nous devons nous expurger de ces éléments parasites qui obèrent notre développement et nous empêchent d'atteindre notre objectif. Nous ne saurions en effet nous laisser manipuler par des traîtres qui ne pensent qu'à une seule chose, nous attaquer par surprise et dans notre dos.

C'est un châtiment exemplaire de ces traîtres, de ces félons, de ces déviationnistes, qu'en ce jour j'appelle donc de mes voeux. Je vous en conjure, chers Camarades : ne nous laissons pas dicter notre conduite par eux ! Empêchons-les dès aujourd'hui de mener à bien leur entreprise !

Pour que vive l'Armée des Sans-Terre, pour qu'enfin liberté, égalité, justice sociale ne soient plus de vains mots, pour que cessent les menées contre-révolutionnaires, chassons les fourbes et poursuivons-les de notre juste colère !

Vive Newdeun ! Vive l'Armée des Sans-Terre ! Vive la Galaxie !"

Commandant Necrid.

maitre yoda

Un serviteur de l'armée populaire ouvrit grandes les portes de la salle "Lénine" où se déroulait la réunion de l'Etat-major de l'AST. "Messieurs, le camarade Synoxis vient d'arriver ! " annonça-t-il. "Faites entrer, faites entrer" répondit Alphonsehubert.

Synoxis passa la grande porte accompagné de 2 des meilleurs éléments de sa garde rapprochée, tous vétus de blanc. D'un claquement de doigts il leur indiqua de l'attendre à la sortie de la réunion.

Synoxis avait une mine réjouie, il s'approcha des autres commandant déjà présents, il revoyait là Wima, Alphonsehubert et Sayyadina avec qui il n'avait communiqué autrement que par Com-X depuis des mois.

"Camarades, j'apporte de très bonne nouvelles. Depuis une semaine on ne me signale plus aucune attaque ultrème dans mon empire, qui s'étend désormais à plus de 400 planètes. Le bilan final est totalement positif, toutes les batailles ont été remportées par les forces Synoxiennes, des centaines de systèmes ont été libérés de la tyrannie Ultrème."

Il ne remarqua pas que ses camarades semblaient ailleurs et ne l'écoutait pas vraiment ... Il continua.

"Camarades, aujourd'hui est un grand jour, mes armées ont triomphé de toutes les forces réactionnaires, les ultrèmes ont rebroussé chemin partout ou je suis passé, j'ai subtilisé aux ultrèmes tous lerus sytèmes refuges et j'ai terrasé Ta princesse, Etic a été écrasé en quelques heures et Cortana n'est plus de ce monde, je commence à manquer de cibles".

Il fit un clin d'oeil à Sayyadina car ils avaient lutté côte à côte lors des dernières batailles mais celle ci fit semblant de ne pas le remarquer. Synoxis compris que quelquechose ne tournait pas rond, il s'inquiéta:

"Mes chers compagnons, que se passe-t-il? Vous ne semblez pas partager mon enthousiasme. Réjouissez-vous je vous le dis! Ca y est nous sommes parvenu à notre objectif, nous sommes la première puissance de la galaxie, notre empire est le plus vaste de tous et nous contrôlons plus de peuples que quiconque. Que vous faut-il de plus?"


wima

Un des Gardes du Comité Central annonça l'arrivée de l'Ambassadeur Wima. Celui-ci, après avoir écouté le discours de Synoxis, qu'il considérait comme un ami jusque là, semblait en colère.

Commandant Synoxis ! Perfide lâche ! Traître ! Votre Empire s'étend à 400 planètes ! Je vais vous dire ce que j'ai sur le coeur depuis bien longtemps, et je pense que mes Camarades pourront témoigner, notamment AlphonseHubert, le Gardien de la Doctrine Révolutionnaire. Sous couvert de minables opérations de redistribution, vous n'êtes en fait qu'un vil bourgeois, qui cherche avant tout à défendre ses intérêts. Comment pouvez-vous vous vanter de posséder 400 planètes, alors que des Commandants dans cette Galaxie vivent avec moins de vingt planètes !

Depuis trop longtemps, vous avez apostasié les idéaux révolutionnaires pour vous focaliser sur vos petites jouissances personnelles. Les agapes, auxquelles vous m'avez invité, n'étaient en réalité que des frasques de petits bourgeois, de petit ploutocrate véreux. Oui, vous avez défendu la Révolution ! Mais quelle révolution ? La révolution avec un petit "r", la révolution édulcorée par votre individualisme ! Lorsque le très estimé Maître Yoda a proposé l'abandon de nos Terres pour nous recentrer sur la Révolution, la vraie, celle que vous n'avez jamais défendue, vous avez refusé ! Vous avez trouvé des prétextes fallacieux, vous réfugiant derrière la sacro-sainte formule : "Je ne peux me résoudre à abandonner mes planètes". Sachez, Synoxis, que je vous estimais. Mais vous m'avez déçu. Oui, j'ai été déçu de voir que celui qui était le confident des plus sûrs d'entre nous, s'est laissé séduire par la déviance bourgeoise. Vous vous fourvoyez désormais dans la luxure et dans l'opulence ! Camarade Synoxis, je vous le dis : vous n'avez strictement rien compris au catéchisme révolutionnaire. Vous avez asservi des peuples, exterminé des jeunes Commandants dès leur arrivée dans la Galaxie.

Certains Commandants de l'AST se demanderont pourquoi ce retournement de situation. Et bien, je viens de prendre conscience de l'ampleur de la manipulation de Synoxis, et Maitre Yoda, Mac Polar, Yersin, Sayyadina, LensA, AlphonseHubert pourront témoigner de cette traîtrise. Oh, non ! Ne vous imaginez pas que Synoxis a viré Ultrème...il n'en est rien. Mais il a profité impunément de la confiance que l'AST avait placée en lui. Sympathique, attentionné...nombreux sont les adjectifs dont j'avais qualifié Synoxis. Mais des tensions sous-jacentes se faisaient ressentir depuis trop longtemps et j'ai voulu que cette affaire éclate au grand jour ! Trop de belles paroles ! Votre verbiage ne saura vous défendre, Synoxis ! Vous qui vitupériez les Elites si violemment, qu'avez-vous fait ? Vous en êtes désormais une, une Elite...

Camarades de l'AST, ce n'est pas sans pincement de coeur, que je vous annonce l'ouverture du procès de Synoxis. Nous avions souhaité classer cette affaire secret-défense, mais pour que vive la Révolution et la démocratie, puisse ce félon être jugé !


maitre yoda

Yersin venait de descendre de son croiseur de l'autre côté de la Galaxie où il menait bataille, lorsque son hologramme apparut. L'orateur qui à ce moment là pérorait sur un sujet abscon, se tu immédiatement et se tourna vers l'hologramme de Yersin. Quelques murmures soulignaient la surprise de l'assemblée face à cette irruption. Yersin embrassa la salle d'un regard cybernétique, il s'exprima alors :

L'AST, à laquelle j'ai toujours été fidèle, se reconcentre sur ses idéaux. Tant de profiteurs, d'inactifs, de mous en tout genre qui n'adhéraient pas à la cause ou qui la bafouaient ouvertement, faisant fi de la solidarité et de la lutte contre les impérialistes jamais rassasiés de puissance sans partage parasitent cette noble coalition.

En tant que Fédéré arrivé dans la galaxie aux balbutiements de l'AST je désire prendre part aux purges et à la lutte finale de la manière la plus active. Ma flotte actuelle est prête et mes réserves mobilisables à tout moment, mes ioniques attendent chargés à bloc, mes CLA et BHA ont les soutes pleines, mes ouvriers prêts à produire de nouveaux vaisseaux en masse, enfin mes kamis par centaines de milliers n'attendent qu'un ordre pour fondre sur les planètes de ceux qui ont cru nous tromper en misant sur une molesse de l'AST faisant suite à ses nombreux succès.

Je suis un fédéré et une chose me met en joie, anéantir ceux à l'esprit étriqué qui ont cru tromper l'AST ou abuser de sa générosité. j' irais reprendre par la force les planètes de ceux qui n'auraient jamais dû les posséder, anéantissant toute flotte considérée comme ennemie présente sur mon chemin.

Je suis prêt et volontaire, une demande officielle de membres honorables de l'AST suffira, j'attaquerais avec violence et sans aucune pitié tout commandant désigné comme cible et présent dans des systèmes où je me trouve.

Tout fédéré de l'AST fiable recevra mon aide dans ce combat s'il le désire, en échange de sa collaboration indéfectible aux purges.


Mac Polar II

Commandants, Camarades, Amis

L’AST a aujourd’hui réussi a instaurer le socialisme dans un seul pays. L’intergalactique socialiste, qui regroupe tous les territoires de la révolution, a détruit l’impérialisme orgueilleux d’Imothep et des Ultrèmes.

Le capitalisme appartient au passé.

L’émancipation est en route. Partout, les militants communistes répandent la bonne parole. Les jeunes ne sont plus les éternels seconds des vieux ; les pauvres les éternels exploités des Anciennes Elites.

Les débris moribonds du capitalisme sauvage n’en finissent pas de mourir.

L’AST leur donnera le coup de grâce !

Dans leur stratégie déséspérée, les Anciennes Elites ont tenté d’infester nos rangs de traîtres. On ne compte plus les espions qui souillent les rangs de notre belle coalition. Faut-il les laisser ? faut-il de l’indulgence ? de la compassion ? Jamais ! Nos ennemis joueront sur toutes nos faiblesses, soyons en conscients. Il nous faut plus de communisme, pour le communisme.

J’entends déjà les voix de nos ennemis, qui grondent dans les campagnes. Les yeux brillants de malice, la fourberie sans limite, qui nous accusent, nous ! le prolétariat émancipateur de la galaxie ! d’intransigeance et de violence.

Parfaitement ! nous serons intransigeants, car les Anciennes élites sont intransigeantes Parfaitement ! nous serons violents, car les Anciennes Elites sont violentes.

Nous n’avons que faire de vos accusations !

Pour vous écraser, parasites impérialistes, j’annonce, au nom du Canal Historique de l’AST, une restructuration du parti.

Fini la tolérance petite bourgeoise !

Des procès ont déjà été lancés, pour nettoyer nos rangs des parasites qui sabotent le travail des vrais militants. Ces procès continueront jusqu’à ce que nos rangs soient vierges de toute pollution opportuniste et élitiste.

Pas d’émancipation sans épuration !

Par ailleurs, l’AST se retire de la vie politique de la démocratie bourgeoise. Et ne se présentera donc pas aux élections, depuis longtemps manipulées par Imothep et ses alliés sociaux traîtres.


Une nouvelle époque commence.

Que ceux qui sont de notre côté se réjouissent ! grâce à chaque action, grâce à chaque mobilisation le socialisme sera bientôt réalité dans toute la galaxie.

Que ceux qui osent encore s’opposer à la marche de l’histoire tremblent, dans leurs palais d’or et de débauche, dans leurs églises de mensonge, dans leurs bunkers de répression.

Les bases de la démocratie bourgeoises ont été ébranlées. L’AST Canal Historique l’achèvera, sans coup férir ; une nouvelle époque, unie sous le socialisme, s’annonce déjà, pleine d’espoirs et de découvertes.

Pour la liberté ! Pour le socialisme ! Pour la Révolution !


AlphonseHubert

AlphonseHubert, ayant entendu leurs discours et compris que ses camarades partageaient son ambition, partageaient son désir de retourner aux fondements de la lutte révolutionnaire, essuya une larme dans un coin de son oeil, tout en se disant que cette larme serait la dernière, probablement de sa vie : au révolutionnaire, aucune faiblesse n'est permise.

Puis il prit la parole :

"Camarades,

eh bien, notre destin collectif est donc décidé. Nous avons exploré tous les moyens de la lutte démocratique, de la légalité, de la respectabilité bourgeoise. Le succès a été exceptionnel : nous avons déposé nos ennemis les plus orgueilleux et les plus acharnés, nous avons foulé du pied les impérialistes, nous avons fait du système gouvernemental un havre de paix imprenable, nous avons créées toutes les conditions de la démocratie bourgeoise.

Or, cette démocratie, mes chers camarades, je suis content de constater que nous n'en voulons point. Je suis content de voir que sous le poids des responsabilités, sous l'habit de soie du pouvoir, bouillonnent toujours en chacun d'entre vous les convictions révolutionnaires de nos débuts, des premiers jours de l'AST.

La bourgeoisie de cette Galaxie étant faible, nous l'avons créée, montée de toute pièce, renforcée, portée au pouvoir et consolidée, parfois en nous y mêlant car c'était nécessaire, mais sans jamais y prendre goût. La mission historique de la bourgeoisie étant d'abattre les anciens régimes despotiques et de leur substituer des formes - vides - de démocratie, c'est l'Armée des Sans Terres qui s'y est collée, et aujourd'hui, la démocratie, bien qu'instable, semble en place. Et pourtant, sa faiblesse même, son instabilité, sa débilité, est paradoxalement un avantage pour nous-mêmes qui l'avons construite, car elle prouve que la démocratie véritable reste à bâtir.

Et, encore une fois, devant l'absence hors de l'AST d'une classe révolutionnaire organisée et structurée, possédant les moyens intellectuels et humains d'abattre la démocratie pour lui substituer la dictature du prolétariat, c'est encore à nous qu'incombera cette tâche. Devant l'absence des conditions historiques nécessaires à la Révolution prolétarienne, nous les avons créées de toute pièce, et les voici, prêtes à nous assurer notre réussite. Nous avons créé les conditions de notre propre triomphe, de celui de la Révolution, et de la libération, enfin, de toute propriété individuelle des moyens de production, de toute exploitation capitaliste et de toute oppression bourgeoise.

Camarades, cette nouvelle mission historique que nous nous proposons de remplir, que dis-je, que nous remplirons, exigera de nombreux sacrifices de notre part à tous, mais avec cette grande responsabilité viendra également une immense libération : celle d'avoir une action enfin ouvertement en accord avec nos objectifs, celle de voir s'approcher enfin visiblement le terme de notre lutte, celle de pouvoir avancer enfin à visage découvert, et non plus masqués. Camarades, nous avons été des bourgeois exemplaires, parce que les conditions historiques nous y forçaient. Maintenant que nous avons créé et consolidé une classe bourgeoise, nous allons la détruire. Cette mission, la plus dure et la plus éprouvante de toutes, nécessitera de nous une discipline de fer et un engagement sans faille, aussi, je vous propose d'adopter dès maintenant cette déclaration du révolutionnaire, qui devra guider désormais nos consciences et nos esprits, mais plus encore nos faits et gestes."


AlphonseHubert

AlphonseHubert sortit son petit calepin rouge, qui ne le quittait jamais, et le fit passer autour de la table, s'excusant de n'avoir point eu le temps de recopier cette nouvelle déclaration.

L'enthousiasme révolutionnaire ayant regagné tous les esprits, elle fut adoptée immédiatement à l'unanimité. Le politburo de l'AST choisit de se retirer sans plus tarder pour commencer la lutte. C'est ainsi que chacun s'éloigna, se rassit dans ses croiseurs, et fonça, propulsé par ses réacteurs à hyperfusion vers la Révolution, l'esprit enivré d'une ferveur qui vaut toutes les beuveries.

L'Armée des Sans Terres était enfin de retour, et le monde bourgeois en tremblait déjà.