Général Arakkus

De Apocalypsis
Aller à : navigation, rechercher

«Tourne toi vers l’avenir, chéris tes rêves, n’abandonne jamais… Crois en toi, sers la justice, ne t’écartes du droit chemin sous aucun prétexte… Et surtout ne crains pas la mort, car elle sera ton alliée désormais.

Le bon combat est celui engagé au nom de nos rêves.

Tu seras fort Edgar… Bat-toi, même si tu risques de perdre, car si tu fuis, tu as déjà perdu.

Là où d’autres ont échoué, tu réussiras, car tu es un battant, tu l’as toujours été, et tu le seras toujours.»




Justice… Un très joli nom pour une très jolie planète. Mais quelle ironie. Cette planète est actuellement entre les mains d’un tyran. Tu rêvais de Justice, de Liberté, et d’Egalité. Et pour cela tu es morte… Mais aujourd’hui, pour toi, je peux arrêter ce cauchemar. Encore un dernier ordre à lancer, et mes hommes s’empareront du QG de Flint, et son règne s’achèvera. Comment ais-je pu te laisser mourir? Plus je pense, et plus je souffre. Je ne pourrai jamais réparer mon erreur, mais je peux au moins faire en sorte que ta mort ne soit pas vaine.

La guerre. Se battre encore et toujours… «N’abandonne jamais» disais-tu… Non je n’abandonne pas, et de toute façon je n’ai plus rien à perdre. Alors à quoi bon laisser tomber? Je me battrai pour tes idées, quitte à y rester, alors enfin nous nous retrouverons au Grand Royaume des Cieux, ensemble pour l’éternité.

Trêve de bavardages. Il est temps d’en finir… Maintenant. Et peu importe ce qui arrivera, je ne peux que gagner.


-A l’assaut, soldats!


Ta seule erreur Flint : Combattre un homme qui n’a rien a perdre…


08/11 ETU 11h46, le palais central de la planète Justice tombe entre les mains du Général Edgar Arakkus. Le colonel Flint est retrouvé pendu dans sa suite. Le pouvoir est temporairement confié au Général Arakkus.


Ca aurait été un beau jour pour mourir. Mais finalement, il semble que je doive rester en vie quelques temps encore… Mais ne t’inquiète pas : Un jour viendra où nous serons réunis pour l’éternité… Et ce jour approche, ma douce... Oui il approche...