Explications

De Apocalypsis
Aller à : navigation, rechercher
  • Le Commandant Gouflette, que l'on avait pas l'habitude de voir en ce lieu, entra dans l'assemblée vétu d'une d'une longue toge émeraude. Son visage était déterminé et ses yeux étincelaient d'une fureur qui lui était peu connue.

Quand il prit la parole, sa voix était puissante et son ton sévère:*


Commandants Commandantes, tout d'abord je vous prie de m'excuser pour cette intervention qui paraitra sans doute futile à certains, cependant j'estime que la situation en est à un point où la diplomatie intérieure est dépassée.

Laissez-moi m'expliquer : Comme tout commandant respectable et respectueux, je mène une expansion au sein de la galaxie, en veillant à n'envahir que les planètes vides, et en rendant les planètes lorsque mes vaisseaux font preuve de lenteur. Cependant, il y a peu , un commandant du nom de Nataku, aux manières peu civilisées, est venu se plaindre de mon intrusion dans son système natal. Bien que je lui ai fait valoir mon bon droit, celui-ci s'entête, il a d'ailleurs fait appel aux services du peu recommandable Improved Carnage, dont les manières loin d'etre civilisées sont puériles. La bestialité de ces deux commandants, ainsi que leur bétise interdisent toutes négociations. Dans la situation actuelle la guerre devient inévitable. J'en appel donc aux commandants qui tirent les ficelles de ce conflit pour apaiser les esprits de ces deux commandants et éviter le conflit. Cette guerre serait d'autant plus stupide que la galaxie est vaste et que le commandant Nakatu peut s'y installer à son aise sans ne gêner personne. Cela nous éviterait un conflit long et sanglant, qui quoiqu'il m'en coûte serait mené férocement s'il devait avoir lieu. Il en va de mon honneur et de celui de mon peuple, et je vous l'assure, il ne sera pas baffoué impunément.


  • Sur ces dernières paroles, que le Commandant avait prononcé avec plus de force que le reste de son discours, celui s'en fut. L'esprit tracassé par cette situation, espérant que son appel à la raison serait entendu.*