Cortes, assassin de la paix. 11/03

De Apocalypsis
Aller à : navigation, rechercher
    • La commandante Laylia apparut en hologramme. La fréquence était brouillée et le son mauvais. Sa voix était triste, grave, et comportait une pointe de colère qu'elle avait du mal à contrôler


Commandantes, Commandands,

Je contacte cette noble Assemblée sur une fréquence d'urgence de mon croiseur amiral actuellement en déplacement hyperspatiale en direction d'un système ami.

J'aimerais tant me contenter de confirmer la passation de pouvoir pacifique de la capitale en direction de ma collègue et amie au sein de l'OTPU, Lia.

Mais des évènements incroyablement dramatiques viennent de se produire. Le système 0 vient d'essuyer plusieurs dizaines de tirs HyperAtomiques. L'émotion rend mon élocution difficile, pardonnez-moi, mais les pertes au sein de nos compagnons de toujours, qui étaient en charge de la défense du système 0, se chiffrent par milliers, alors que les dégats matériels sont immenses.

Le coupable est le commandant Cortes, qui vient de s'en prendre lâchement à un peuple en paix qui avait tout donné pour construire la paix au sein de l'OTPU. Mon dégout et ma rancoeur sont grands en ce moment même.

L'Etat d'urgence a été déclaré au sein de l'Empire Universel, afin de décider de l'avenir de la situation.

Le parti sécuritaire de l'Empire m'accuse personnellement de ne pas avoir su empêcher ce qui vient de se produire, en ayant usé de mon influence pour préferer un règlement diplomatique à une éradication pure et simpe lors de la première tentative du commandant Cortès qui avait tenté de s'emparer de notre empire dès son arrivée. Il n'est pas impossible que je sois mise en minorité dans les 24 prochaines heures. C'est peut être la dernière fois que je m'exprime en tant que représentante de l'Empire Universel. Je crains le pire quand à ma succession, mais ai prêté serment devant notre système politique interne, et me soumettrai aux décisions de notre conseil, même si celui-ci doit désigner un militaire à ma succession.

Que la Paix survive à ces évènements. Que l'OTPU en sorte fortifiée... ... Et que Cortes soit jugé.

Au revoir, commandants.

    • L'hologramme disparut rapidement



Discours du Cdt. las casas (12)


Alors que les discutions sur la guerre entre Cronos et de nombreux commandants perduraient, que certains buvaient du lait de chèvre dans la Taverne, que d'autres faisaient leur commerce, un groupe d'étrangers, revêtu d’habits de conquistadors espagnols du XVIème, passa le seuil des portes de l'Assemblée.

Ils s'arrêtèrent au beau milieu de la salle, où le calme se fit dès que les deux grandes portes s'étaient ouvertes. Les commandants qui dormaient, sortirent en torpeur de leur sommeil. D'autres qui étaient occupés à de vives discutions s’arrêtèrent net.

Puis, l'un des commandants s'avança : c'était visiblement le plus grand et le plus vieux. Il pris la parole d’une voix pesée, résultat des nombreuses années que sa calvitie laissait transparaître.

« Salutation aux grands et aux petits, aux faibles et aux puissants, aux soumis et aux insoumis, aux jeunes comme aux plus vieux, aux démons et aux anges, salutation aux commandants et aux commandants, à tous les habitants d’Espérance. Que Dieu éclaire de sa lumière divine les paroles cruciales qui vont suivre.

Tout d'abord, avant d'en venir au sujet premier de notre message, nous tenons à nous présenter, sous notre plus simple expression, au grand jour et sans intermédiaire dans une dimension à notre échelle : celle de simples être humains, composants d'une coalition peut-être connue de certains :

Celle de la nouvelle Espagne. »

Il se retourna alors et montra de la main ses compagnons qui se tenaient plus en retrait : les sept espagnols étaient alignés et écoutaient attentivement leur ami s'exprimer.

« Au moins un d'entre nous, par son courage penseront certains, par sa prétention penseront d'autres, vous étiez déjà presque familier : Ernan Cortès [celui-ci s'inclina légèrement devant l'Assemblée]. L'homme qui a tenté quelque chose, qui a souhaité une progression dans notre fonctionnement. Seulement, nous sommes tous d'accord pour le reconnaître : nous avons très mal fait passer les motifs de cette tentative d'évolution. Ils ont donc été mal perçus par l'ensemble de cette galaxie car nous ne les avons pas franchement éclaircis. C'est en partie le but qui justifie notre présence et notre discours en ce jour qui restera inscrit dans les mémoires pour ce qu'il symbolise : une prise de conscience unanime (nous l'espérons). »

Reprenant quelque peu son souffle, Bartolomé de Las Casas repartit d'un ton calme et nuancé...

« Beaucoup d'entre vous semblent se satisfaire de bien peu, j'entends à un niveau diplomatique. Ce comportement pouvait être compréhensible dans les débuts de la création de notre chère galaxie. Mais aujourd'hui, cette absence de réaction (complicité passive) est presque une insulte à la démocratie que nous souhaitons tous. Vous (et nous aussi) avez accepté trop longtemps un gouvernement incompétent ou tout au moins inintéressé par le souhait de chacun d'entre nous : la concrétisation de nos idées démocratiques. Que fait-il et ou est-il ce "gouvernement?". Qu'il sorte enfin de son cloître, de sa bulle classée "top défense" quasi impénétrable. Qu'il compte le nombre de jeunes commandants déroutés par l'absence totale de système politique! Qu'il s'intéresse aux petites guerres internes de plus en plus courantes et témoins de sa non écoute ! Qu'il s'avance parmi son peuple ! Sans tergiverser afin de faire connaître son avis, ses idées et qu'il arrête de se dissimuler derrière de vaines paroles, de futiles hologrammes, autant que derrière des alliés corrompus par le pouvoir, ou derrière sa puissance qui n'y changera rien à nos problèmes. Est ce la fonction d'un gouvernement que de faire miroiter ses Croiseurs Lourds Amiraux et autres machines de guerres dans le but d'asseoir sa position ? Je ne répondrais point à cette question…

Commandants ! Vous-même ne vous dissimulez pas derrière des idéaux complètement utopiques tel que le "pacte de non-agression" ou autres concepts des plus abstraits ? Non ! Cela ne peux continuer. Il nous manque une organisation, un fonctionnement, une structure... (Éléments propres aux galaxies évoluées.) La notre est comparable à une pyramide de cartes sur la glace...jusqu'a quand vont-elles tenir debout avant de sombrer dans le chaos le plus complet ? C'est de l'implication que nous demandons, et ce "gouvernement" nous répond : débrouillez vous ! Pas ouvertement bien sûr, mais il faut être aveugle pour ne pas y voir clair : entreprend t-il la rédaction d'une constitution ? Il choisit la facilité du pacte où il suffit d'attendre de simples signatures. Enfin, que trame t-il dans son système reculé où il se terre tel un fauve dans sa caverne ? Aujourd'hui, nous, membre de la nouvelle Espagne lui donnons raison sur un point et un seul:

Débrouillons-nous !

Nous souhaitons une constitution, un gouvernement un fonctionnement ; nous voulons jeter les bases, le squelette, l'ossature politique inexistante dans notre galaxie et que les peuple d'Espérance espèrent. (Ce nom choisi à la majorité n'est-il pas significatif?) Même si Lia semblait vouloir faire avancer les choses, il est trop tard. Nous ne pouvons plus avoir confiance en l’OPTU.


Nous votons de tout notre cœur pour une constitution et un gouvernement en phase avec les attentes de nos peuple, seulement, nous ne souhaitons pas reproduire l'erreur commise depuis le commencement, à savoir l'abstrait. Les belles paroles ont le mérite d'être belles, seulement d'être belles...et trop de ces paroles ont été jusque là tenues dans cette assemblée. Le concret et la réalisation de nos idées sont les moteurs et les motifs de notre entreprise et eux seules auront le mérite de faire changer les choses. C'est pourquoi nous avons pris une décision en le nom de notre chère Galaxie (et nous vous mettons dans la confidence) :

- Reprendre aux mains des faussaires le commandement immérité qu'ils détiennent.


C'est un premier pas vers une plus juste façon de gouverner : la transmission et l'échange d'informations, ainsi que la concrétisation de nos idéaux s'ils s'avèrent profitables au plus grand nombre. »

Le vieille homme essoufflé termina cette phrase d’un ton terriblement solennel. Malgré la longueur de ses paroles, aucun des nombreux commandants de cette assemblée n’en avait raté un mot. Attendant quelques secondes, celui-ci salua l’assemblée puis rejoignit ses compagnons. On aperçu le commandant Sépulvéda serrer la main de son ami, un sourire pouvait même se lire aux coins de ses lèvres.

La Nouvelle Espagne