Avis de Guerre 27/02

De Apocalypsis
Aller à : navigation, rechercher
  • Une créature vêtue de guenilles se présenta à l'assemblée. Celle-ci se tenait courbée et malgré un pas boitillant, parvint à se hisser jusqu'au pupitre*

Bonjour, honneur pour moi être devant assemblée. Moi Zaâtrhass. Venir devant vous pour donner message Commandant Galen. Zaâtrhass pas vouloir venir, Zaâtrhas préférer taverne mais commandant Galen dire affaire importante, alors Zaâtrhas obéir. Commandant Galen jamais venir assemblée, non non non non. Préférer toujours envoyer pauvre Zaâthras. Mais bon, vie de Zaâthras être comme ça et Zaâtrhas être heureux quand même venir ici. Délivrer message pour vous maintenant.

  • Il sortit une sphère lumineuse de sa poche. Une image se forma et fit apparaître la silhouette d'un homme vêtu d'un pardessus sombre*

« Représentants du gouvernement, mesdames et messieurs les députés, commandants, je vous présente mes respects.

Peu d'entre vous me connaissent puisque c'est la première fois que je m'exprime devant cette assemblée et si aucun autre événement fâcheux ne vient troubler ma quiétude, je serais un long moment sans solliciter votre attention.

Je vous apporte hélas de bien tristes nouvelles. Un conflit a débuté il y a quelques jours envers un commandant dont je tairai le nom par respect pour ses proches (bien que ce nom ait déjà été évoqué à maintes reprises dans cette assemblée). Mes ordinateurs n'ayant pas la puissance de calcul suffisante pour évaluer le nombre de fois où cette personne s'en est prise à de jeunes commandants ainsi que le nombre de fois où les accords de non agression n'ont pas été respectés, aucun recours diplomatique n'est envisageable. La guerre totale est donc déclarée pour le motif suivant: "NON RESPECT DES REGLES ELEMENTAIRES DE BIENSEANCE".

Je n'irais pas jusqu'à son extermination, mais le combat ne cessera que lorsque ses capacités offensives ne lui permettront plus de nuire à qui que ce soit. Hélas, celui-ci étant installé dans l'ensemble de cette galaxie, cette guerre ne pourra pas se limiter à quelques systèmes.

Bien que les mots soient faibles dans de telles circonstances, je tiens à vous exprimer ma plus vive compassion vis-à-vis des éventuels dommages collatéraux que vous auriez à subir pendant ces temps troublés. Même si les pertes humaines ne pourront être oubliées, je vous aiderai de mon mieux lorsque le temps de la reconstruction sera venu.

Souhaitant qu'une nouvelle espérance puisse naître, je vous prie d'accepter l'expression de mes meilleurs sentiments. Chaleureusement, Commandant Galen »

  • Zaâtrhas rangea la sphère et descendit de l'estrade. Il s'éclaircit la voix*

Hum, Hum ... Zaâtrhas devoir partir maintenant. Beaucoup travail attendre Zaâtrhas dans nouvel hôpital. Mais peut-être Zaâtrhas revenir bientôt, peut-être non. Zaâtrhas pas savoir.




Intervention remarquée par le Cdt. Alonzo Vieni (16)


Un homme relativement agé mais d'une stature imoposante entra dans l'hémicyle. Ses premiers pas le menère au greffier le plus proche et une courte discussion s'engagea.

Le greffier "Oui ? que puis-je pour vous étranger ? Peut-être êtes-vous un nouveau commandant ? Dans ce cas, je ne serais trop vous conseillé la salle de présentation des nouve..."

L'Etranger l'interrompa quelque brutalement - au sens verbal du terme bien sûr. " Je me nomme Archidamos, je viens parler au nom du commandant Vieni. J'ai toutes les autorisations pour parler en son nom en ce lieu."

Archidamos présenta rapidemment divers certificats et autres preuves de ses dires.

Le greffier " Euh... Je suis navré de cette confusion. Si vous voulez prendre la parole, je vous en prie." Le greffier indiqua alors de la main la direction de la tribune des orateurs, direction que prit alors Archidamos.

Archidamos " Commandants et autres présents, Je me nomme Archidamos. Je parle au nom du commandant Vieni. Je suis son homme de terrain, son ministre de la guerre."

Son regard se fit dur.

"De par les privilèges qui sont les miens, je viens en mon nom vous mettre en garde. Depuis quelques jours, certains commandant percoivent nos flottes comme de potentiels dommages collatéraux. Cette situation inacceptable, croyez-le, m'a dans un premier temps enchanté."

Des murmures se firent entendre dans l'assemblée.

"Homme de guerre, j'étais alors ravi à l'idée de répondre militairement à ces insultes... prononcées contre notre armée, contre moi-même, contre notre peuple et surtout contre le noble ALonzo Vieni. J'envisageai alors des conflits relativement localisés afin d'apprendre aux gueux les bonnes manières. Cependant, cette situation est révolue. En effet, il semble que le commandant Vieni soit littéralement fou de rage.. et je pèse mes mots. Un de ces pairs, petit de surcroît, à osé lui expliquer qu'il n'était aps digne de confiance et qu'à ce titre, il n'y avait pas lieu de le prévenir des opérations en cours quant bien même ses flottes allaient être exposées à des tirs de ioniques."

Archidamos marqua un court arrêt dans son discours. Il prit alors une pause plus "militaire" - c'est à dire les mains croisées dans le dos, toput en se tenant droit.

"La situation est la suivante. Il semble que le commandant Vieni, à la lecture de cette missive et des pétitions des familles de nos soldats morts au combat ait eu une légère crise de paranoïa ce qui, d'après certains, est un trait de famille. En effet, les mesures de sécurité viennent d'être renforcées, de nombreuses flottes sont désoramis en attente, alors même que nos usines viennent de reprendre la production d'unités militaires... et le palais où réside notre commandant est, pour l'heure bouclée. Si je viens vous prévenir de tels faits. C'est avant tout pour vous mettre en garde Selon les demandes du noble commandant Vieni, tout dommage collatéral sera désormais considéré comme une déclaration de guerre, dès lors que notre empire n'en aura pas été averti. Un avertissement ne sera pas non plus considérer comme étant une autorisation de détruire nos flottes bien entendu."

court silence

"Tenez le vous pour dit, nous répondrons à la violence par la violence."